Conflit corse

Le conflit corse est un conflit nationaliste en Corse qui a débuté en 1976.

Conflit corse
Description de l'image Corsican conflict.jpg.
Informations générales
Date Depuis le
(46 ans, 3 mois et 5 jours)
Lieu Drapeau de la Corse Corse (La violence s'est parfois étendue à la Drapeau de la France France métropolitaine et à l'Drapeau de l'Italie Italie)
Issue En cours[1]
Belligérants
Les forces de sécurité de l'État

Drapeau de la France Forces armées françaises (1 caserne en Corse)
Drapeau de la France Gendarmerie nationale
Drapeau de la France Police nationale
Drapeau de la France Police municipale


Drapeau de l'Italie Forces armées italiennes
Drapeau de l'Italie Police nationale
Drapeau de la Corse Paramilitaires nationalistes corses
Drapeau de la Corse Front de libération nationale corse
Drapeau de la Corse Armata di U Populu Corsu
Drapeau de la Corse Armata Corsa
Drapeau de la Corse Resistenza
Drapeau de la Corse Armée de libération nationale corse
Drapeau de la Corse Resistenza Corsa
Drapeau de la Corse Clandestini Corsi
Forces en présence
Drapeau de la France + de 2 800 policiers et gendarmes[2] et 1 300 soldats (des FFL, par Calvi)Drapeau de la Corse 300-1 000 membres
Pertes
Drapeau de la France 14 tuésDrapeau de la Corse De nombreuses arrestations
+ de 140 tués[3]

1970: « Attirer l'attention sur la Corse »Modifier

À la suite de sa salve d'ouverture le 4 mai, le Front de libération nationale de la Corse (FLNC) a lancé une autre série d'attentats à la bombe à travers l'île le 20 mai. La série d'attentats et l'émergence du FLNC ont coïncidé avec le procès de dix membres de l'Action régionaliste corse, récemment interdite. Les procureurs ont affirmé que les hommes avaient été impliqués dans la mort par balle de deux policiers français cet été-là[4]. Au cours de l'été, le FLNC est devenu plus actif et, dans la nuit du 17 juillet, il a mené une nouvelle vague d'attaques qui comprenait une attaque à la roquette et au mortier contre la gendarmerie d'Aghione, qui impliquait l'utilisation d'un lance-grenades américain M79[5]. Cette hypothèse a augmenté selon laquelle le FLNC était fourni par la Libye, qui approvisionnait à l'époque d'autres groupes révolutionnaires en Europe, y compris l'IRA provisoire. En , le FLNC tentait d'assassiner de hauts responsables militaires français. Lors d'incidents séparés dans la ville de Corte, un assassinat général a manqué de peu alors que sa voiture était criblée de balles; son chauffeur a perdu une oreille dans l'attaque. Pendant ce temps, la maison d'un autre officier supérieur de la ville a été la cible d'un attentat à la bombe[6]. Le 7 septembre, sept miliciens masqués ont détourné et bombardé un Boeing 707 stationné à l'aéroport d'Ajaccio[7].

Le début de l'année 1977 a vu peu d'activité du FLNC. En avril, plusieurs attaques ont eu lieu contre des locaux associés aux nationalistes corses et au FLNC. Les attentats ont été revendiqués par un nouveau groupe se faisant appeler FRANCIA (Front d'Action Nouvelle Contre l'Indépendance et l'Autonomie). Bien que d'autres groupes anti-séparatistes existent en Corse, FRANCIA semble être le seul groupe capable de mener de véritables attaques. Le 14 mai, ce groupe a détruit l'imprimerie d'Arritti (une publication nationaliste corse) lors d'un attentat à la bombe. Le FLNC a répondu aux attaques du 24 mai en menant un raid audacieux sur l'avant-poste de l'armée française à Fort-Lacroix, près de Bastia, où huit militants armés ont fait sauter des installations sans fil après avoir soumis les sentinelles. Début juin, ils ont détruit une grande partie de la gare de Bastia lors d'un attentat à la bombe; un mois plus tard, le FLNC a lancé une offensive de nuit contre 27 cibles françaises, suivie du bombardement de la station de relais de télévision de Serra di Pigno[8],[9]. Dans la nuit du , neuf miliciens armés portant des cagoules ont pris d'assaut et ont bombardé la station radar de l'OTAN à Solenzara à l'aide de 40 kg d'explosifs, dans le cadre de l'« opération Zara »[9],[10],[11],[12].

Le FLNC a subi un sérieux revers en lorsque 27 membres présumés ont été arrêtés en Corse et en France[13]. La police est tombée sur un dépôt d'armes du FLNC dans la ville de Cardo au cours d'une enquête sur un cambriolage ordinaire. Alors qu'elle se trouvait sur les lieux, la police a remarqué des hommes à proximité qui déplaçaient ce qui ressemblait à des armes. À la suite de cet incident, plus de 300 personnes ont été interrogées et plus de 60 détenues par les autorités. D'autres suspects sont arrêtés à Paris, Nice et Lyon. En , le FLNC a multiplié les attaques contre les casernes de police - lors d'un incident, la base de gendarmerie de Borgo a été la cible de tirs de mitrailleuses lourdes - ce qui a fait craindre que le FLNC ne commence à concentrer ses attaques sur des personnes ainsi que sur des cibles matérielles[14]. À cette époque, le FLNC a également commencé à demander que ses prisonniers soient traités comme des prisonniers politiques.

1980 : « Une nouvelle offensive »Modifier

En 1979, le nombre d'attentats du FLNC augmente ; en deux mois, de janvier à début mars, on dénombre plus de 115 attentats à la bombe sur l'île[15]. Cependant, en juillet, plusieurs de ses militants sont capturés et condamnés à de longues peines de prison, ce qui entraîne un manque d'action ou d'activité de la part du FLNC. Le Front a annoncé qu'il allait maintenant lancer une « nouvelle offensive dans la lutte de libération » et a conseillé aux Corses membres de la police ou de l'armée de quitter l'île[16]. Le 10 mars, dix banques à travers la Corse ont été attaquées à la voiture piégée par le FLNC. Puis, le 10 avril, trois banques parisiennes sont également endommagées par des explosions, et plus tard, le Palais de justice de Paris est dévasté par une bombe à retardement dont les dégâts s'élèvent à plus de 3 millions de francs. La fin des années 70 et le début des années 80 marquent un changement décisif de la politique du FLNC, similaire à celle de l'IRA. Le FLNC décide désormais de « porter le problème corse aux Français » en menant des attentats à la bombe sur le continent français. Le , le FLNC réussit à faire sauter 20 banques à Paris et le 30 mai, d'autres banques sont endommagées par des explosions[17]. Début juin, le FLNC revient aux activités sur l'île elle-même avec 25 explosions majeures et un attentat à la voiture piégée contre le quartier général de la police à Paris. Le , le FLNC a fait exploser le palais de justice de Paris et a également attaqué à la mitrailleuse quatre gendarmes qui gardaient l'ambassade d'Iran, faisant trois blessés[18].

L'année 1980 a également vu les partisans du FLNC devenir plus visibles en termes de protestations et d'activités politiques. Le FLNC a continué à demander que ses prisonniers obtiennent un statut politique. Les manifestations de masse en faveur du statut politique des prisonniers corses sont fréquentes et les partisans du FLNC participent activement à toutes les manifestations que l'on peut qualifier de « Corses contre Français »[19]. En , 12 prisonniers du FLNC à Paris entament une grève de la faim pour protester contre l'inégalité de traitement des prisonniers nationalistes corses. Cette protestation a coïncidé avec celle de six grévistes de la faim de l'IRA en Irlande du Nord[20]. Les prisonniers corses ont été nourris de force pendant plusieurs semaines avant de mettre fin à leur grève. Le , le FLNC appelle à un cessez-le-feu pour la durée des élections présidentielles et, après la victoire de François Mitterrand, annonce qu'il prolongera le cessez-le-feu pour « voir comment les choses évoluent »[21].

Le 18 septembre, le FLNC a annoncé la fin de son cessez-le-feu lors d'une conférence de presse tenue dans les montagnes du centre de la Corse. Il condamne les autonomistes qui tentent d'utiliser les « voies habituelles et inutiles » du système politique et s'oppose à la « politique d'apaisement » de la France avant d'affirmer que la lutte armée reprendra et que le FLNC ne déposera pas les armes[22].

Le , le FLNC a lancé sa nuit de violence la plus spectaculaire avec la « violente nuit bleue », au cours de laquelle 99 attaques ont été menées contre des cibles gouvernementales.

Au milieu des années 1980, l'organisation a également intensifié ses attaques contre les trafiquants de drogue présumés, en tuant quatre en l'espace de douze mois en 1986.

En 1988, une trêve est conclue entre le gouvernement français et le FLNC. Cependant, ce cessez-le-feu n'a pas été bien accueilli par certains membres de l'organisation, ce qui a entraîné une scission au sein du mouvement[23].

 
Une banderole érigée par les membres de Ghjuventù Indipendentista appelant à la libération d'Yvan Colonna. De nombreuses banderoles et graffitis, dans et autour de l'Université de Corse-Pascal-Paoli à Corte, sont apparus montrant le soutien au FLNC et à l'indépendance de la Corse.

1990 : Querelles internes et assassinat de Claude ÉrignacModifier

Les années 1990 ont vu l'organisation du FLNC se déchirer à travers une série de querelles internes meurtrières. Ces scissions et ces querelles s'expliquent en grande partie par les rivalités politiques des membres de l'organisation ainsi que par des conflits personnels.

L'année 1991 a vu l'une des premières fusillades entre le FLNC et les gendarmes militaires, lorsqu'un commando du FLNC a réussi à sortir d'une embuscade et à s'échapper. La même année, le FLNC a mené une attaque contre une raffinerie sur l'île voisine de Sardaigne.

En , le FLNC a commencé une offensive de Noël à travers la Corse. À Figari, le FLNC a lancé une attaque à la mitrailleuse contre des casernes militaires, tandis qu'à Zicavo, une attaque à la grenade a été menée contre le commissariat de police[24],[25]. En 1997, la faction Canal-Habituel du FLNC a demandé un cessez-le-feu, ce qui a conduit la faction Canal Historique à tenter de prendre le contrôle de l'organisation et à lancer une nouvelle offensive. En 1998, les attaques du FLNC se multiplient, faisant des morts parmi les policiers et les maires. L'offensive culmine avec l'assassinat de Claude Érignac à Ajaccio. Érignac était le préfet français de Corse et le plus haut représentant de la République française sur l'île. L'attentat est fortement médiatisé et critiqué par la population locale, au point que le FLNC est contraint de nier sa responsabilité[26], tandis que le consensus pour l'indépendance atteint son plus bas niveau historique au sein de la population (6 %). Des scissions, des querelles internes, des cessez-le-feu et des ruptures de cessez-le-feu ont caractérisé le FLNC depuis 1999.

2000 : « Réunification des factions internes »Modifier

Le FLNC a poursuivi ses attaques dans les années 2000, bien qu'à un rythme beaucoup plus lent qu'à la fin des années 1970[27]. De nombreuses bombes du FLNC n'ont pas explosé ou les attaques ont dû être annulées. Néanmoins, le FLNC a réussi à mener un certain nombre d'attaques réussies, notamment l'attentat à la bombe de 2002 contre une caserne militaire à Lumio, qui a blessé plusieurs gendarmes, des attentats à la bombe contre plusieurs hôtels à Marseille en 2004 et des attaques à la roquette contre plusieurs casernes en 2007.

En 2009, il a perpétré un attentat à la voiture piégée contre une caserne de gendarmerie à Vescovato. Le FLNC a également affirmé que toutes les différentes factions s'étaient réunifiées. Au début des années 2000, le FLNC avait été divisé entre le FLNC-UC, le FLNC-1976 et le FLNC-22 octobre[28].

Le FLNC a poursuivi ses attaques contre les propriétés des Français de métropole vivant en Corse. Fin 2011, le groupe a publié une déclaration dans laquelle il a revendiqué 38 attentats à la bombe au cours des 4 mois précédents. Dans cette déclaration, le groupe armé a déclaré qu'il « resterait attentif et ne laisserait jamais passer une occasion de paix »[29].

2010 : Cessation des hostilités et incidents mineursModifier

En , le FLNC-UC a annoncé la cessation de la lutte armée, déclarant que le Front a « décidé de s'engager unilatéralement dans un processus de démilitarisation et de sortie progressive de la clandestinité »[30],[31]. Le , le FLNC-22 a annoncé qu'il allait « mettre fin aux opérations militaires » d'ici , à l'instar du FLNC-UC, afin de permettre à la nouvelle assemblée de l'île, dirigée par les nationalistes, « de remplir son mandat dans le calme »[32],[31]. En , le FLNC-22 a averti d'une « réponse déterminée, sans aucun état d'âme » pour toute attaque djihadiste en Corse[33].

Malgré la cessation officielle des hostilités en 2014, un certain nombre d'attaques ont eu lieu dans les années 2010, très probablement menées par de petits groupes dissidents. Le , des émeutes ont éclaté à Bastia à la suite de la condamnation de trois nationalistes pour un attentat à la bombe en 2012. Des cocktails Molotov et des projectiles ont été lancés sur la police[34]. En , avant la visite du président Emmanuel Macron en Corse le 4 avril, deux villas ont été bombardées sans faire de blessés[35]. Puis, trois jours seulement avant l'arrivée du président Emmanuel Macron, deux engins explosifs artisanaux ont été trouvés devant des bâtiments gouvernementaux à Bastia[36]. Fin , un groupe de nationalistes corses, dont l'un était armé, a annoncé la renaissance du FLNC dans un message vidéo. Le groupe a menacé d'attaquer les biens des investisseurs étrangers et a demandé que la vente de terres à des non-Corses soit interdite[1]. Encore une fois, le , un groupe de quatre militants armés a tenu un discours public dans un village à 50 kilomètres de Bastia. Le groupe a revendiqué un incident de tir à la gendarmerie de Montesoro à Bastia et a laissé un tract demandant l'enseignement obligatoire du corse en maternelle et la limitation des touristes à deux fois la population de l'île pendant les mois d'affluence[37].

2022 : Meurtre d'Yvan Colonna et troublesModifier

De nombreuses émeutes ont eu lieu en Corse après la mort d'Yvan Colonna en prison[38].

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en-GB) Henry Samuel, « Corsican separatists warn against foreigners buying homes and take up arms for first time since 2014 - The telegraph », The Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. « La conduite de la politique de sécurité menée par l'Etat en Corse »
  3. « 35. France/Corsica (1967-present) »
  4. Ramsay p.103
  5. Ramsay p. 127
  6. Ramsay p. 134
  7. Harro Ranter, « ASN Aircraft accident Boeing 707-328 F-BHSH Ajaccio-Campo Dell'Oro Airport (AJA) », sur aviation-safety.net (consulté le )
  8. Ramsay p. 141
  9. a et b « Laboratoire Urbanisme Insurrectionnel: CORSICA, un urbanisme explosif », sur laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.com.ar (consulté le )
  10. (it) « Indipendentisti corsi sul piede di guerra » [archive du ] (consulté le )
  11. « archive-fr.com - archive-fr Resources and Information. » [archive du ], sur archive-fr.com (consulté le )
  12. « #Corse StoriaCorsa -1978 " Le FLNC plastique la Base Aérienne 126 de Sulinzara " | Unità Naziunale », sur www.corsicainfurmazione.org
  13. Ramsay p. 150
  14. Ramsay p. 172
  15. Ramsay p. 173
  16. Ramsay p. 184
  17. Ramsay p. 174
  18. Ramsay p. 191
  19. Ramsay pgs. 174–175
  20. Ramsay p. 197
  21. Rasay pgs. 200–201
  22. Ramsay p. 205
  23. Charters p. 104
  24. « Corsican Separatists Claim Responsibility For Three Recent Attacks », sur www.hartford-hwp.com (consulté le )
  25. « Archived copy » [archive du ] (consulté le )
  26. Kushner p. 265
  27. « Corsican National Liberation Front - political organization, Corsica »
  28. http://www.corsematin.com/ta/vescovato/205162/corse-deux-membres-d-un-flnc-unifie-revendiquent-l-attentat, Two members of a unified FLNC claimed the attack, Corse Matin, 10 August 2009
  29. Moloney, Mark. "Corsica: Europe's hidden independence struggle", Iris - The Republican Magazine, Issue Number 26, April 2012, ISSN 0790-7869
  30. « Corse: le FLNC dépose les armes »
  31. a et b Mark Moloney, « Corsica's last major armed group to decommission to 'boost peace process' », An Phoblacht,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. "Corsican separatists to end military campaign", EuroNews, 3 May 2016
  33. (en-GB) « Corsican nationalists warn jihadists of tough response - BBC News », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  34. « France: Corsicans protest jail sentence for nationalist bomb attackers », sur Ruptly (consulté le )
  35. « Corsica: two villas partly destroyed by attacks », sur tellerreport (consulté le )
  36. « Bombs and arson attacks spark fears of return of terror campaign in Corsica », sur The Local, (consulté le )
  37. « Un commando armé se réclamant du FLNC fait irruption à un débat à Casabianca », sur france.tv (consulté le )
  38. (en) « Corsica protests turn to riots over assault of jailed nationalist Yvan Colonna », sur France 24, (consulté le )

Voir aussiModifier