Ouvrir le menu principal

Barbaggio

commune française du département de la Haute-Corse

Barbaggio
Barbaggio
Vue de Barbaggio.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Haute-Corse
Arrondissement Calvi
Canton Biguglia-Nebbio
Intercommunalité Communauté de communes Nebbiu - Conca d'Oro
Maire
Mandat
Étienne Marchetti
2014-2020
Code postal 20253
Code commune 2B029
Démographie
Population
municipale
290 hab. (2016 en augmentation de 22,36 % par rapport à 2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 41′ 26″ nord, 9° 22′ 42″ est
Altitude 300 m
Min. 7 m
Max. 940 m
Superficie 10,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Barbaggio

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Barbaggio

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Barbaggio

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Barbaggio

Barbaggio est une commune française située dans la circonscription départementale de la Haute-Corse et le territoire de la collectivité de Corse. Le village appartient à l'ancienne piève de Patrimonio, dans le Nebbio.

Sommaire

GéographieModifier

SituationModifier

Commune de la région du Nebbio appelée depuis l'antiquité Conca d'Oro (traduction Conque riche), Barbaggio est l'une des 14 communes composant l'actuel canton de Biguglia-Nebbio. Située au sud-est de Patrimonio réputée pour ses vignobles et dont elle partage l'AOC pour les vins qu'elle produit, la commune jouxte le sud de l'agglomération bastiaise dont elle est séparée par la Serra di Pigno. Le village se trouve à 9 km de Montesoro, quartier sud de Bastia, et autant de Saint-Florent.

ReliefModifier

 
Collines du Monte Sant'Angelo.

Le territoire de Barbaggio est adossé au versant occidental de la chaîne montagneuse de la Serra di Pigno, le prolongement de la dorsale schisteuse du Cap Corse. Il s'étale vers sa plaine située au sud-ouest du village. Son côté oriental est représenté par le vallon du ruisseau de Lucitello, avec le village bâti sur une arête rocheuse, sous le Pigno (958 m).

Ses limites se définissent ainsi :

  • au nord, par une démarcation partant du pont de la D 81 à l'entrée de Saint-Florent, remontant le cours du ruisseau de La Trutta à travers un canyon creusé dans les collines calcaires du Monte Sant'Angelo (Poggio-d'Oletta), puis le cours du ruisseau de Vaccareccia avant de suivre une ligne de crête passant par Cima Malaspina (537 m) jusqu'au sud du Pigno (958 m) où sont implantés des pylones de télécommunications repérables à la ronde ;
  • à l'est, par une ligne de crête passant par Cima Orcaio (788 m), longeant la D 81 à hauteur d'une ancienne carrière désaffectée située à environ 700 m à l'est du col de Teghime, puis la coupant à la jonction de la D 81 et de la D 338, passant par Monte Canarinco, Monte Fesso (358 m), jusqu'au sud de la carrière exploitée au lieu-dit Ponte Fesso, limite méridionale de la commune ;
  • au sud, la ligne de crête passe par Monti Rossi (674 m), coupant la route D 38 au sud d'une ancienne carrière avant de plonger rapidement vers la plaine, pour rejoindre les collines calciques du Monte Sant'Angelo, 300 m au nord du mont ;
  • à l'ouest, les limites sont matérialisées par la ligne de crête des collines calcaires du Monte Sant'Angelo jusqu'au pont de la D 81.

Barbaggio ne possède pas de façade maritime. Le pont de la D 81 est situé à environ 700 m (distance orthodromique) de la mer.

HydrographieModifier

Barbaggio occupe le bassin versant du ruisseau de La Trutta. Celui-ci qui a son embouchure à Olzu dans le golfe de Saint-Florent, porte en amont le nom de ruisseau de Vaccareccia. Il prend sa source sous Cima di Malaspina à 470 m d'altitude. Il est alimenté par les eaux du ruisseau de Natio (en amont son nom est ruisseau de Lucitello), et de son affluent le ruisseau de Forci.

Climat et végétationModifier

Comme les autres communes du Nebbio et celles du littoral occidental du Cap Corse, Barbaggio bénéficie d'un climat méditerranéen aux écarts thermiques modérés. La neige n'atteint les hauteurs du Pigno que quelques jours par an, tombant rarement en dessous de 400 mètres. Aussi, les chutes de neige ne perturbent qu'exceptionnellement la circulation au col de Teghime qui se situe à 536 m d'altitude.
Le pouvoir qui se devrait rafraîchissant de la Serra di Pigno est faible en été ; les flancs de la montagne sont arides, ensoleillés et exposés à la sulana (adret), soumis au fréquent libeccio, vent d'ouest dominant, sec, violent, souvent mêlé au punente, l'autre vent d'ouest. De par leur position géographique, Barbaggio et sa plaine sont relativement bien abrités des vents du nord, la tramuntana hivernale, vent sain, sec, violent et glacial, mais aussi du nordet hivernal humide, apportant froid et neige d'Italie.

Le manteau végétal des zones non cultivées offre différents paysages selon les étages. Près des crêtes, la végétation est une lande rase, sculptée par les forts vents, avec des pelouses rocailleuses. À l'étage inférieur, c'est un maquis dense, composé de nombreux arbrisseaux épineux (angelas, genêt de Corse), de ronces, d'églantier de Pouzin (rosa pouzinii) et de salsepareilles, qui le rendent souvent impénétrable, sans arbres en raison d'incendies fréquents. À hauteur du village, apparaissent les oliviers, des bosquets de chênes verts, et même quelques châtaigniers. Autour du village palmiers, mimosas, figuiers de Barbarie et agaves apportent une touche d'exotisme.
Les zones cultivées sont situées en plaine. Elles le sont essentiellement de vigne produisant des vins et muscats A.O.C.. En période de pointe estivale elles bénéficient d'un apport d'eau provenant du lac de Padula.

Voies de communication et transportsModifier

 
Hameau de Piazze

Accès routiersModifier

Lorsqu'on quitte Bastia pour se rendre à Saint-Florent, on emprunte la D81 qui traverse la commune et on franchit le Col de Teghime (536 m). Dans la descente on arrive à Barbaggio, premier des deux villages qui sont situés sur l'itinéraire, Le petit village, perché à 170 m d'altitude est faiblement habité malgré la proximité de l'agglomération bastiaise. La D 81 relie Bastia à la Balagne via Saint-Florent et le Désert des Agriates.
Au col de Teghime se situe la jonction des routes D 81 et D38 ; cette dernière permet d'accéder à Oletta via Poggio-d'Oletta.

La route D 338 permet de se rendre au sommet du Pigno où se trouvent des pylones de télécommunications. Sa jonction avec la D 81 se situe à près de 700 m à l'est du col de Teghime. Elle se termine en cul-de-sac aux installations des télécommunications du Pigno distants de 4,1 km.

À noter l'existence d'une petite route communale qui permet d'éviter la traversée des villages de Barbaggio et de Patrimonio. À partir de la D 81, une entrée est située peu avant le village de Barbaggio, marquée par un caveau de famille, la sortie se situant à la cave vinicole Orenga de Gaffori.

TransportsModifier

Il n'existe pas de transports en commun de voyageurs. Barbaggio est distant, par route, de 15 km du port de commerce de Bastia, de 14 km de la gare des CFC de Bastia et de 28 km de l'aéroport de Bastia Poretta.

Communes limitrophesModifier

UrbanismeModifier

 
Hameau de Poggio

Le village de Barbaggio est bâti sur une arête rocheuse, sous le Pigno (958 m). Il est composé de trois hameaux voisins :

  • Piazze, le centre où se trouvent mairie, église, monument aux morts et place du village,
  • Poggio et
  • Gorgaccia, légèrement retiré à l'ouest. La plaine est occupée par des fermes isolées.

Les maisons aux façades austères, sans balcons, sont à 2 ou 3 niveaux. La plupart sont enduites, restaurées. Les couvertures alternent entre lauzes et tuiles rouges.

Du village et du col de Teghime où se trouve une table d'orientation, la vue est superbe sur le Golfe de Saint-Florent, sur les montagnes du Nebbio et sur des versants calcaires ensoleillés, couverts de vignobles. Du Pigno, le panorama est grandiose ; on a la vue à la fois, d'un côté sur la mer Tyrrhénienne et des îles de l'archipel toscan, et de l'autre sur le golfe de Saint-Florent, les Agriates et presque tout le Nebbio.

HistoireModifier

PréhistoireModifier

Le site était déjà occupé au Néolithique comme en témoignent les découvertes dans l'abri nommé Strette I[1]..

Par ailleurs, en 1965, avait été découverte près du lieu-dit Foata dans la plaine de Barbaggio, une statue-menhir en parfait état de conservation. Elle a été nommée U Nativu. Cette découverte fortuite l'avait été à l'occasion d'un défonçage profond par un engin mécanique. Selon certains témoins s'y trouvaient également d'autres pierres qui ont été aussitôt ensevelies.

En 1985, la zone où avait été découverte U Nativu devant être aménagée en terrain de sport, une fouille de sauvetage urgent a été effectuée par J.-G. Ottaviani et J. Magdeleine. Les sept tranchées ouvertes ont amené la découverte de trois blocs de calcaire miocène (roche dans laquelle a été façonnée U Nativu) provenant très probablement d'une ou plusieurs statues-menhirs brisées à une époque très ancienne[2].

Déposée depuis à Patrimonio, la statue-menhir U Nativu est de nos jours dite « de Patrimonio ».

AntiquitéModifier

Moyen ÂgeModifier

Temps modernesModifier

Au XVIe siècle la pieve de Patrimonio était constitués de lieux habités qui avaient pour nom lo Palazzo, la Ficagia, la Picinasca, lo Cardeto, lo Calvello, la Feruciasca, Barbagio, Brigheta, Casatico. Vers 1550, elle comptait environ 550 habitants[3].

Barbaggio au temps de la Grande révolte des Corses contre les Génois (1729 - 1769)Modifier

Dans sa Chronologie des évènements, Antoine-Dominique Monti rapporte les faits suivants relatifs à la participation des gens de Barbaghju contre l'occupant génois[4] :

  • 1730, les gens du Nebbio prennent le parti de la République de Gênes contre les Corses en révolte. Le gouverneur concède 100 fusils aux gens du Nebbio dont ceux de Barbaghju[5].
  • 1735 avril : les Génois barrent la route aux Nationaux qui veulent investir le Capicorsu. Ils occupent Olmeta, Barbaghju, Ortale, et Lucciana, mais subissent une lourde défaite à Furiani.
  • 1748 le 8 juillet : Les Français tentent en vain de surprendre Barbaghju.
  • 1755 :
    • 8 novembre. Le gouvernement corse, ayant constaté la tiédeur des populations du Nebbiu à combattre les Génois, commande la mobilisation des gens en armes et les convoque pour le lendemain au couvent de Muratu. Sont exclus de cet ordre les gens d'Oletta, Poghju et Barbaghju qui résistent vaillamment au harcèlement des troupes de Giovan Giacomo Grimaldi, commissaire général, un des plus illustres sujets de Gênes.
    • 18 novembre. À San Fiurenzu, Grimaldi tente une sortie. Il est repoussé pendant qu'un détachement envoyé de Bastia par Doria est mis en pièces par les gens de Barbaghju.
  • 1768 :
    • 29 juillet. Marbeuf écrit à Paoli pour le sommer de retirer ses soldats de Barbaghju et Patrimoniu, afin de laisser aux Français la libre communication entre Bastia et San Fiurenzu, et de lui remettre l'Isula Rossa ; il se porte dans la nuit à Teghjime avec 2 000 hommes et donne l'ordre à M. de Grandmaison de sortir de San Fiurenzu.
    • 1er août. Après deux jours de durs combats et de lourdes pertes, les Français s'emparent de Patrimoniu et Barbaghju.
    • 29 août. Le gouvernement national convoque une consulte pour étudier la situation résultant de l'inattendue et injuste attaque des Français contre Barbaghju et Patrimoniu et de la publication de l'édit du Roi faisant état d'un transfert de souveraineté.
  • 1769 :
    • Nuit du 13 au 14 février. Les Corses s'emparent de Barbaghju, où ils ont été introduits par les habitants, et s'installent à Teghjime.
    • 15 février. Marbeuf chasse les Nationaux de Teghjime et encercle Barbaghju.
    • 16 février. Les Français reprennent Barbaghju.

Au XVIIIe siècle à la cession de la Corse à la France par les Génois, la pieve prend le nom de pieve d'Olmeta. Avec la Révolution de 1789, les pievi deviennent des cantons. La piève devient le canton Saint-Florent.

Époque contemporaineModifier

En 1954, le canton de Saint-Florent était formé avec les communes de Farinole, Patrimonio, SaintFlorent et Barbaggio qui comptait alors 104 habitants.

1971 - 1973, de nouveaux cantons sont créés. Le canton de la Conca-d'Oro est créé avec la fusion imposée des anciens cantons d'Oletta et de Saint-Florent.

Bataille du Col de TeghimeModifier

Article détaillé : Col de Teghime.
 
Nom de la place du village de Barbaggio

Le 3 octobre 1943, au cours de la Seconde Guerre mondiale, le col de Teghime a été le théâtre d'une bataille qui a opposé des forces allemandes qui en défendaient le passage au 2e groupe de tabors marocains débarqués dans le golfe de Saint-Florent, commandé par le lieutenant-colonel Pierre Boyer de Latour du Moulin. Les quelques fortifications allemandes de ce point stratégique ont été enlevées au prix d'un combat acharné à l'arme blanche.

Pour commémorer le fait d'armes, une stèle a été érigée en bordure de la route D 81 et un canon (origine russe ?) placé.

La commune de Barbaggio a honoré Pierre Boyer de Latour du Moulin en donnant son nom à la place du village.

Politique et administrationModifier

 
Mairie

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Olivier MEI DVD  
mars 2014 En cours Etienne MARCHETTI DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2016, la commune comptait 290 habitants[Note 1], en augmentation de 22,36 % par rapport à 2011 (France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
263249262304281314309330329
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
303307300319293282252261196
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
20517715112714216011910477
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016
737578111164200206243290
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

 
Route des vins AOC Patrimonio

La viticulture est la principale activité agricole de la commune.

Barbaggio se situe dans l'aire de l'appellation contrôlée Patrimonio (AOC) pour les vins produits sur le territoire de sa commune. C'est donc le début d'une route des vins dont la qualité n'est plus à démontrer. Rouges, rosés et blancs, autrefois produits essentiellement en coopérative, sont produits, élaborés par la plupart des viticulteurs qui se sont dotés de matériels adéquats. Les vins muscat qui y sont produits, bénéficient de l'appellation contrôlée Muscat du Cap-Corse.

Du fait de l'existence de 4 producteurs sur la commune, celle-ci se trouve sur la Route des Vins (Strada Vignaghjola).

D'autre part, depuis longtemps la commune produit des blocs d’enrochement destinés notamment à la création ou au renforcement de digues portuaires, comme pour le port de Bastia et le port de plaisance de Toga, mais aussi pour la construction de murs et parapets, de tout venant. Deux anciennes carrières à ciel ouvert ne sont plus exploitées ; celle en bordure de la D81 vient d'être réhabilitée. L'ancienne carrière située en bordure de la D38, sur les flancs du monte Secco, produisait des pierres à maçonner de formats irréguliers mais possédant une face naturellement lisse aux tons ocre/marrons.

Une demande d'extension de carrière de métagabbros en roche massive est en cours pour l'actuelle carrière exploitée à Ponte Fesso. Le gisement est formé de métagabbros à filons de leptynites[10].

Lieux et monumentsModifier

Patrimoine naturelModifier

ZNIEFFModifier

Barbaggio est concernée par trois Zones Naturelles d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF)

Crête calcaire de Barbaggio / Teghime (940031072)[11] ;
Crêtes asylvatiques du Cap Corse (940004076)[12] ;
Défilé des Strette et collines calcaires de Saint-Florent (940013101)[13].

Natura 2000Modifier

Barbaggio est concernée par un site d'intérêt communautaire (Dir. Habitat) :

Stations à choux insulaires de Barbaggio et Poggio d'Oletta

La zone couvre une superficie de 67,2 ha des communes de Barbaggio et Poggio-d'Oletta. Situé au niveau de la Corse alpine, le site est une pointe calcaire gris-bleut, zoné, à lits quartzeux, replissés avec des calcschistes[14]. La zone abrite de belles stations à chou insulaire de Corse.

Site archéologiqueModifier

Strette I

Les mises au jour dans l'abri ou grotte nommé Strette I de Barbaggio[1] ont permis de dater l'occupation du site :

  • au néolithique : Bos taurus Linnaeus, 1758 (Bœuf domestique, Vache domestique), Prolagus sardus (Wagner, 1832) (Prolagus sarde), et Sus scrofa Linnaeus, 1758 (Sanglier) ;
  • à l'âge du fer : Capra hircus Linnaeus, 1758 (Chèvre domestique) et Ovis aries Linnaeus, 1758 (Mouton domestique).

Patrimoine religieuxModifier

 
Église Saint-Marcel.
 
Monument aux morts.

Église Saint-MarcelModifier

  • L'église paroissiale Saint-Marcel, date du XVIIIe siècle. Elle possède un remarquable clocher à coupole.

L'édifice religieux renferme un tableau saint Jérôme dans le désert du XVIIe siècle, provenant vraisemblablement de l'ancienne collection du cardinal Joseph Fesch. Cette peinture à l'huile sur toile est classée Monument historique par arrêté du 22 novembre 2007[15].

Ancienne église San PietroModifier

Cette ancienne église romane pisane du XIe siècle était l'église principale de la pieve de Patrimonio. Barbaggio était alors la piévanie. L'église San Pietro se trouvait au centre des lieux d'habitation, isolée à plus de 200 m des maisons au sud du village. L'église ruinée, dont la dernière mention sur les plans cadastraux est de 1863, n'est pas portée sur les cartes. Les arcs sont encore bien conservés.

Patrimoine civilModifier

Le col de Teghime

Ce passage stratégique entre le golfe de Saint-Florent et Bastia a été le cadre en octobre 1943 d'une bataille pour la libération de la Corse lors de la Seconde Guerre mondiale. Ce « point fort » de la commune offre un vaste panorama d'un côté, sur le golfe de Saint-Florent, les Agriates et le Nebbio, et de l'autre sur la mer Tyrrhénienne avec plusieurs îles de l'archipel toscan, la Plaine de la Marana. En période de grande visibilité, les côtes italiennes sont perceptibles.

Monument aux morts

Il est représenté par une plaque commémorative apposée au mur de la place "Lieutenant Colonel Pierre Boyer de Latour".

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier