Ouvrir le menu principal

Concours Eurovision de la chanson 1970

concours de musique européen
Concours Eurovision de la chanson 1970
Illustration.
Dates
Finale 21 mars 1970
Retransmission
Lieu RAI Congrescentrum
Amsterdam, Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Présentateur(s) Willy Dobbe
Directeur musical Dolf van der Linden
Superviseur exécutif Clifford Brown
Télédiffuseur hôte NOS
Ouverture Vues d'Amsterdam
Entracte Don Lurio Dancers
Participants
Nombre de participants 12
Débuts Aucun
Retour Aucun
Retrait Drapeau : Finlande Finlande
Drapeau : Norvège Norvège
Drapeau : Portugal Portugal
Drapeau : Suède Suède
Carte de participation.
  • Pays participants
  • Pays ayant participé dans le passé, mais pas en 1970
Résultat
Chanson gagnante All Kinds of Everything
par Dana
Drapeau : Irlande Irlande
Système de vote Un jury par pays, composé de 10 membres. Chaque membre attribuait un vote à sa chanson préférée.
Nul point Drapeau : Luxembourg Luxembourg

Le Concours Eurovision de la chanson 1970 fut la quinzième édition du concours. Il se déroula le samedi 21 mars 1970, à Amsterdam, aux Pays-Bas. Il fut remporté par l'Irlande, avec la chanson All Kinds of Everything, interprétée par Dana. Le Royaume-Uni termina deuxième et l'Allemagne, troisième[1].

Sommaire

OrganisationModifier

À la suite de l'ex æquo de l'édition 1969, les quatre pays gagnants présentèrent leur candidature pour organiser le concours. Il fut alors procédé à un tirage au sort et ce furent les Pays-Bas qui se retrouvèrent responsables de l'édition 1970[1].

Afin d'éviter tout nouvel ex æquo, l'UER adapta le règlement du concours. Désormais, si deux ou plusieurs chansons obtenaient le même nombre de votes, elles seraient chantées à nouveau. Les jurys des autres pays devraient alors revoter et choisir laquelle leur semblait la meilleure. En cas de nouvel ex æquo, les chansons concernées seraient toutes déclarées gagnantes[2].

Pays participantsModifier

Douze pays participèrent au quinzième concours.

L'Autriche, la Finlande, la Norvège, le Portugal et la Suède décidèrent de s'abstenir, mécontents du résultat de l'édition 1969 et du système de vote en usage[1].

Le Portugal se retira tardivement. Le pays avait alors déjà choisi sa chanson et son représentant : Onde vais rio que eu canto, interprétée par Sergio Borges.

FormatModifier

 
Le RAI Congrescentrum, à Amsterdam.

Le concours eut lieu au RAI Congrescentrum d'Amsterdam[3], un centre de conférence inauguré en 1961.

Les responsables de la télévision publique néerlandaise durent adapter le déroulement du concours au retrait de cinq pays et à la participation de seulement douze autres. Ce faisant, ils modernisèrent les standards de l’Eurovision et créèrent un nouveau format, toujours appliqué à l'heure actuelle : le concours s’ouvre sur une séquence vidéo, présentant le pays organisateur, la ville hôte du concours et le bâtiment où il déroule. S’ensuit un mot d'introduction des présentateurs, afin de souhaiter la bienvenue aux téléspectateurs. Enfin, des cartes postales introduisent chaque chanson[4].

Justement, l'innovation principale de cette édition 1970 fut l'introduction des cartes postales. Il s'agit de courts-métrages, présentant au public les artistes et projetés avant chaque prestation[4].

Le décor avait été conçu par Roland de Groot. D’inspiration moderniste, il se composait de cinq barres horizontales incurvées et de sept sphères suspendues, ainsi que d’une passerelle métallique par laquelle les artistes faisaient leur entrée. Pour chaque prestation, les barres et les sphères étaient disposées de manière différente. En outre, des spots permettaient de donner des couleurs spécifiques à l'arrière-fond et d’obtenir des jeux de lumière sur les barres et les sphères. Ce fut la première utilisation réellement moderne des possibilités offertes au concours par la télévision couleur[4].

À droite de la scène, se trouvaient le tableau de vote et le pupitre du superviseur, et au pied, dans la fosse, l'orchestre.

Le programme dura près d'une heure et treize minutes.

Cartes postalesModifier

Chaque carte postale montrait les artistes déambulant dans la capitale de leur pays. Les représentants monégasque et luxembourgeois furent cependant filmés à Paris[4].

DéroulementModifier

La vidéo introductive montra des vues aériennes d'Amsterdam, intercalées de vues touristiques des rues et monuments de la capitale néerlandaise. S’ensuivirent des vues du Congrescentrum, de jour, puis de nuit. La caméra parcourut le hall d’entrée, deux hôtesses lui ouvrirent une porte et elle pénétra dans la salle.

La présentatrice de la soirée fut Willy Dobbe[3]. Ses interventions furent en nombre limité : après la vidéo introductive, elle salua brièvement les téléspectateurs, en anglais, en français et en néerlandais, puis ne revint que pour présenter le vote.

L'orchestre était dirigé par Dolf van der Linden[3].

ChansonsModifier

Douze chansons concoururent pour la victoire.

Le représentant français, Guy Bonnet, participait pour la première fois au concours en tant que chanteur mais pour la deuxième fois en tant qu’auteur. Il avait en effet écrit la chanson La Source, qui, interprétée par Isabelle Aubret, avait représenté la France lors de l’édition 1968 et terminé troisième[4].

La représentante britannique, Mary Hopkin, était la favorite des parieurs. La chanteuse avait déjà remporté de très nombreux succès musicaux, depuis sa découverte en 1968, dans l’émission Opportunity Knocks. Elle avait alors signé un contrat avec Apple, la maison de disques des Beatles[5].

Le représentant luxembourgeois, David Alexandre Winter, né à Amsterdam et de nationalité néerlandaise, avait remporté, en 1969, un grand succès commercial en Europe, avec le titre Oh Lady Mary. Il n’était autre que le père de la chanteuse française Ophélie Winter[6].

Le représentant espagnol était un Julio Iglesias à ses tout débuts. Sa carrière de footballeur professionnel avait été brutalement interrompue par un accident de voiture, dans lequel il s’était brisé la jambe. C’est sur son lit d’hôpital qu’il avait appris à jouer de la guitare et avait décidé de se lancer dans la musique[5].

La représentante monégasque, Dominique Dussault, chanta un hommage à Marlène Dietrich, regrettant de ne pouvoir lui ressembler. Au troisième couplet, elle fit deux imitations de la star, en allemand et en anglais[2].

Chefs d'orchestreModifier

EntracteModifier

Le spectacle d'entracte fut interprété par les Don Lurio Dancers d’Amsterdam[3]. Il consista en un numéro de danse moderne rythmique, exécuté sur la musique du morceau Rich Man's Frug, tiré de la comédie musicale Sweet Charity.

CoulissesModifier

Durant le vote, la caméra fit deux plans sur les artistes en coulisses. Elle montra à chaque fois Dana, entourée par Henri Dès et Mary Hopkin.

David Alexandre Winter exigea d’obtenir le silence complet durant le vote, ce qui déplut aux autres concurrents. À la fin de l’annonce des résultats, il se retrouva ridicule, terminant dernier avec "nul point"[6].

VoteModifier

Le vote fut décidé entièrement par un panel de jurys nationaux. Les différents jurys furent contactés par téléphone, selon l'ordre de passage des pays participants.

Le système de vote fut le même que l'année précédente. Les jurys se composaient de dix personnes. Chaque juré attribuait un vote à la chanson qu'il estimait la meilleure. Les votes des jurés étaient ensuite additionnés, chaque jury national attribuant finalement dix votes[3].

Les résultats des votes furent annoncés oralement, selon l'ordre de passage des pays participants.

Le superviseur délégué sur place par l'UER fut Clifford Brown[3].

L'Irlande mena le vote du début à la fin. Le porte-parole du jury irlandais, qui prit la parole le dernier, salua Willy Dobbe de ces mots : « Hello, Amsterdam ! This is a cheerful Dublin calling ! »

RésultatsModifier

 
La gagnante, Dana.

Ce fut la première victoire de l'Irlande[7].

La médaille du grand prix fut remise à Dana par Lenny Kuhr, la gagnante néerlandaise de l’année précédente. Pour la reprise, une reproduction géante du logo de l’édition 1970 fut descendue des cintres.

À son retour à l’aéroport de Dublin, Dana fut ovationnée par une foule d’admirateurs venus l’accueillir. Pour les remercier, elle chanta All Kinds of Everything depuis la passerelle de l’avion qui l’avait ramenée[4]. La chanson remporta par la suite un très grand succès commercial partout en Europe[8].

Pour la toute première fois, le Luxembourg termina dernier, avec « nul point »[7].

Ordre Pays Artiste(s) Chanson Langue Place Points
01   Pays-Bas Hearts of Soul Waterman Néerlandais 7 7
02   Suisse Henri Dès Retour Français 4 8
03   Italie Gianni Morandi Occhi di ragazza Italien 8 5
04   Yougoslavie Eva Sršen Pridi, dala ti bom cvet Slovène 11 4
05   Belgique Jean Vallée Viens l'oublier Français 8 5
06   France Guy Bonnet Marie-Blanche Français 4 8
07   Royaume-Uni Mary Hopkin Knock, Knock Who's There? Anglais 2 26
08   Luxembourg David Alexandre Winter Je suis tombé du ciel Français 12 0
09   Espagne Julio Iglesias Gwendolyne Espagnol 4 8
10   Monaco Dominique Dussault Marlène Français 8 5
11   Allemagne Katja Ebstein Wunder gibt es immer wieder Allemand 3 12
12   Irlande Dana All Kinds of Everything Anglais 1 32

Anciens participantsModifier

Pour la toute première fois de l'histoire du concours, aucun artiste ayant déjà concouru précédemment ne revint tenter sa chance.

Tableau des votesModifier

Votes attribués
                        Total
Pays Pays-Bas   3 3 1 7
Suisse 2   2 1 2 1 8
Italie   1 2 2 5
Yougoslavie   4 4
Belgique   3 1 1 5
France 1 2   2 3 8
Royaume-Uni 3 2 2 4 2   2 4 4 3 26
Luxembourg   0
Espagne 3 2   3 8
Monaco 1 1 2 1   5
Allemagne 1 1 3 4 1   2 12
Irlande 5 6 9 1 4 2 3 2   32
Le tableau suit l'ordre de passage des candidats.
  • Jury

TélédiffuseursModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c KENNEDY O’CONNOR John, The Eurovision Song Contest. 50 Years. The Official History, Londres, Carlton Books Limited, 2005, p. 40.
  2. a et b KENNEDY O’CONNOR John, op.cit., p. 43.
  3. a b c d e et f http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=223#About the show
  4. a b c d e et f KENNEDY O’CONNOR John, op.cit., p. 41.
  5. a et b KENNEDY O’CONNOR John, op.cit., p. 42.
  6. a et b HAUTIER Jean-Pierre, La folie de l’Eurovision, Bruxelles, Editions de l’Arbre, 2010, p. 33.
  7. a et b http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=223#Scoreboard
  8. FEDDERSEN Jan & LYTTLE Ivor, Congratulations. 50 Years of The Eurovision Song Contest. The Official DVD. 1956-1980, Copenhague, CMC Entertainement, 2005, p. 8.