Communauté d'agglomération de la Presqu'île de Guérande Atlantique

intercommunalité française de la Loire-Atlantique et du Morbihan

Communauté d'agglomération de la Presqu'île de Guérande Atlantique
Blason de
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Bretagne
Département Loire-Atlantique
Morbihan
Forme Communauté d'agglomération
Siège La Baule-Escoublac
Communes 15
Président Nicolas Criaud (DVD)
Budget 74 653 499[1]  (2016)
Date de création
Code SIREN 244400610
Démographie
Population 74 058 hab. (2017)
Densité 192 hab./km2
Géographie
Superficie 386,12 km2
Localisation
Localisation de
Localisation de la communauté d'agglomération dans le département de la Loire-Atlantique. Les communes situées dans le Morbihan sont en marron.
Liens
Site web http://www.cap-atlantique.fr/
Fiche Banatic Données en ligne
Fiche INSEE Dossier complet en ligne

La communauté d'agglomération de la Presqu'île de Guérande - Atlantique, dite Cap Atlantique, est une intercommunalité comprenant 15 communes s'étendant sur deux départements (Loire-Atlantique et Morbihan) et deux régions (Pays de la Loire et Bretagne).

Territoire communautaireModifier

GéographieModifier

Située à l'ouest du département de la Loire-Atlantique, la communauté d'agglomération de la Presqu'île de Guérande-Atlantique regroupe 15 communes et présente une superficie de 386,12 km2[2].

 
Carte de la communauté d'agglomération de la Presqu'île de Guérande Atlantique au .

CompositionModifier

 
Carte des densités de population (millésimée 2016) des communes de la communauté d'agglomération de la Presqu'île de Guérande Atlantique. Composition en communes au [3].

La communauté d'agglomération regroupe quinze communes[4] ; douze d'entre elles (Assérac, Batz-sur-Mer, Guérande, Herbignac, La Baule-Escoublac, La Turballe, Le Croisic, Le Pouliguen, Mesquer, Piriac-sur-Mer, Saint-Lyphard, Saint-Molf) se situent en Loire-Atlantique, les trois autres (Camoël, Férel et Pénestin) se trouvent dans le Morbihan.

Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
La Baule-Escoublac
(siège)
44055 Baulois 22,19 16 132 (2017) 727
Assérac 44006 Asséracais 32,91 1 790 (2017) 54
Batz-sur-Mer 44010 Batziens 9,27 2 906 (2017) 313
Camoël 56030 Camoëlais 14,33 1 007 (2017) 70
Le Croisic 44049 Croisicais 4,5 4 093 (2017) 910
Férel 56058 Férélais 28,9 3 220 (2017) 111
Guérande 44069 Guérandais 81,44 15 873 (2017) 195
Herbignac 44072 Herbignacais 71,43 6 822 (2017) 96
Mesquer 44097 Mesquerais 16,72 1 941 (2017) 116
Pénestin 56155 Pénestinois 21,69 1 946 (2017) 90
Piriac-sur-Mer 44125 Piriacais 12,37 2 245 (2017) 181
Le Pouliguen 44135 Pouliguennais 4,39 4 275 (2017) 974
Saint-Lyphard 44175 Lyphardais 24,63 4 760 (2017) 193
Saint-Molf 44183 Mendolphins 22,82 2 622 (2017) 115
La Turballe 44211 Turballais 18,53 4 426 (2017) 239

SuperficieModifier

Le territoire de la communauté couvre 386,12 km2. Les marais salants s'étendent sur 2 600 hectares, dont 2 000 hectares pour le bassin de Guérande et 600 hectares pour le bassin du Mès.

Réseau routierModifier

Le territoire est desservi par 25 km de routes nationales, 250 km de routes départementales et 186 km d’itinéraires cyclables.

LogementsModifier

Le territoire compte 70 877 logements dont 51,6 % de résidences principales (source : Filocom 2013).

DémographieModifier

La communauté d'agglomération compte 73 600 habitants au et présente une augmentation de la population de 1,9 % entre 2011 et 2016. En saison estivale, la population est évaluée autour de 360 000 habitants[4].

Évolution démographique
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
44 38548 37652 43458 46164 05870 24872 80273 599
Les données proposées sont établies à périmètre géographique identique, dans la géographie en vigueur au .
(Sources : Insee[5])

Économie et emploisModifier

L'agglomération compte 18 parcs d'activités communautaires dont 14 gérés par Cap Atlantique.

L'activité est soutenue par 7 128 établissements (dont 95 % ont moins de 10 salariés), et repose sur 6 143 entreprises et commerces (hors agriculture). Ces établissements fournissent environ 24 400 emplois (+ 4 000 depuis 1999) pour 30 213 actifs (41,5 % de la population).

Économie primaireModifier

L'agglomération inclut les 2 premiers ports de pêche de Loire-Atlantique[4] : La Turballe et Le Croisic.

Sur le littoral, la production conchylicole (moules, coques, huîtres, palourdes) produit annuellement 7 500 tonnes (sans compter la pêche à pied professionnelle).

L'agriculture et la saliculture totalisent 16 232 hectares agricoles exploités (plus 1 126 hectares entretenus) par 211 exploitations agricoles (hors saliculture) et 290 producteurs de sel.

TourismeModifier

Sur le territoire de Cap Atlantique, on recense 60 hôtels, 65 campings pour une capacité d’accueil commercial de 44 450 lits, tous types d’hébergements confondus[4].

AdministrationModifier

Liste des présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  10 juillet 2020 Yves Métaireau LR Maire de La Baule-Escoublac (1995-2020)
10 juillet 2020 En cours Nicolas Criaud[6] DVD Maire de Guérande (depuis 2018)

ÉlusModifier

  • Le conseil communautaire est composé de 51 membres[4].
  • Le bureau communautaire compte X membres, dont 14 vice-présidents.
  • Depuis le , le président de la communauté d'agglomération est Nicolas Criaud, maire de Guérande.

Compétences communautairesModifier

Actuellement[Quand ?], 22 compétences communautaires[4] ont été définies :

  • Développement économique
  • Aménagement de l’espace communautaire
  • Équilibre social de l’habitat
  • Politique de la ville
  • Accueil des gens du voyage
  • Élimination et valorisation des déchets des ménages et déchets assimilés
  • Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations
  • Alimentation en eau potable
  • Assainissement des eaux usées (collectif et non collectif)
  • Gestion des eaux pluviales
  • Construction, aménagement, entretien et gestion d’équipements culturels et sportifs d’intérêt communautaire
  • Protection et mise en valeur de l'environnement et du cadre de vie
  • Études d’intérêt communautaire
  • Soutien par des actions d'intérêt communautaire à la maîtrise de la demande d’énergie
  • Création ou aménagement et entretien de voies, chemins, sentiers pédestres, équestres et cyclables d’intérêt communautaire
  • Enseignement musical
  • Autres actions dans le domaine de l'eau : prévention des submersions marines, protection des milieux aquatiques et gestion d'ouvrages
  • Infrastructures et réseaux de communication électroniques
  • Équipement funéraire
  • Tourisme
  • Service d'incendie et de secours

Commissions permanentesModifier

Sept commissions de travail thématiques permanentes [4] émettent des avis préparatoires aux décisions des instances délibératives. Elles sont aussi chargées de garantir la cohérence de l’action de Cap Atlantique, qu’elle soit politique, financière, ou relative aux moyens ou aux usagers des services intercommunaux, en lien avec les communes. Chaque commission est une instance de relais d’information entre le niveau communal et intercommunal. L’intérêt communautaire doit prévaloir sur les intérêts propres à chaque commune :

  • finances ;
  • économie ;
  • aménagement de l’espace, énergie et transports ;
  • habitat, politique de la ville et santé ;
  • gestion des services urbains (GSU) ;
  • environnement, risques et itinéraires de loisirs ;
  • grands équipements.

Commissions réglementairesModifier

Actuellement[Quand ?], onze commissions réglementaires [7] gèrent les compétences obligatoires en coordination avec les autres acteurs publics ou la société civile :

Conseil intercommunal de sécurité et de prévention de la délinquance (CISPD)Modifier

Présidé par Michèle Quellard, le CISPD comprend 36 membres dont :

  • le sous-préfet de l'arrondissement de Saint-Nazaire ;
  • les présidents des conseils départementaux ;
  • le procureur de la République du tribunal de Saint-Nazaire ;
  • les maires des 15 communes de Cap Atlantique ;
  • les acteurs de la sécurité (gendarmerie, police nationale et police municipale) ;
  • les acteurs de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports et de la protection judiciaire de la jeunesse, le service pénitentiaire d'insertion et de probation ;
  • les représentants d’associations ou organismes œuvrant pour la prévention et l’aide aux victimes dans les domaines du logement, du transport, de la sécurité routière, des droits des femmes et des familles, etc.

Le conseil intercommunal de sécurité et de prévention de la délinquance est l'instance de concertation sur les priorités de la lutte contre l'insécurité autour desquelles se mobilisent les institutions et organismes publics et privés cités. Il anime sur le territoire la politique de prévention de la délinquance et en coordonne la mise en œuvre.

Conseil de développementModifier

Présidé par Olivier Le Baube, le conseil de développement comprend :

  • 57 membres bénévoles issus de la société civile, nommés sur proposition du président et des vice-présidents de Cap Atlantique. Ils sont répartis en quatre collèges d'activités : économiques et de tourisme, agricoles et maritimes, associatives et de service ;
  • trois personnalités qualifiées ;
  • dix élus (le président et les vice-présidents de Cap Atlantique) formant un 5e collège.

Le conseil de développement est force de proposition et émet des avis (sauf le collège des élus) destinés à éclairer les décisions des élus communautaires, essentiellement sur les sujets stratégiques liés au développement du territoire de Cap Atlantique.

Commission intercommunale pour l'accessibilité (CIA)Modifier

Présidée par Françoise Haudebourg, la commission intercommunale pour l'accessibilité se compose des représentants :

  • des 15 communes de Cap Atlantique et des partenaires institutionnels (conseils départementaux, régionaux et syndicat des transports) ;
  • des associations de personnes handicapées ;
  • des associations ou organismes de personnes âgées, des acteurs économiques ainsi que d’autres usagers.

La CIA a pour mission d'accompagner les communes dans leurs obligations en matière d’accessibilité, notamment :

  • en dressant un constat de l’état d’accessibilité du cadre bâti existant, de la voirie, des espaces publics et des transports et de faire toutes propositions pour améliorer l’existant ;
  • en recensant et en diffusant sur internet l’offre de logements et la liste des établissements publics accessibles aux personnes handicapées.

Commission consultative des services publics locaux (CCSPL)Modifier

Présidée par Yves Métaireau, la commission consultative des services publics locaux comprend trois élus titulaires et trois suppléants, six représentants d'associations titulaires et six suppléants et six représentants des usagers.

La CCSPL a pour vocation de permettre aux usagers des services publics d’obtenir des informations sur le fonctionnement effectif des services publics, d’être consultés sur certaines mesures relatives à leur organisation et émettre toute proposition utile en vue des adaptations envisagées.

Comité technique (ex-comité technique paritaire)Modifier

Présidé par Françoise Fonmarty, le comité technique comprend 17 représentants du personnel et de l'administration.

Le comité technique a pour mission d'émettre des avis sur l’organisation et le fonctionnement des services de Cap Atlantique.

Comité hygiène et sécurité et des conditions de travail (CHSCT)Modifier

Le CHSCT se compose de six représentants du personnel et des élus, assistés sans voix délibérative des acteurs de la prévention.

Le comité hygiène et sécurité et des conditions de travail contribue à la protection de la santé et de la sécurité des agents dans le travail.

Commission d'appel d'offres (CAO) et commission de délégation de service public (CDSP)Modifier

Présidées par Hubert Delorme, les commissions d'appel d'offres et de délégation de service public sont chacune composées de dix membres.

La CAO et la CDSP examinent les candidatures, les offres et attribuent les contrats en matière d'appels d'offres et de délégations de service public.

Commission locale d’évaluation des charges transférées (CLECT)Modifier

Présidée par Thierry de Lorgeril (démission le ), la commission locale d'évaluation des charges transférées comprend 31 membres.

La CLECT a pour mission d'évaluer le montant des charges transférées des communes vers l'intercommunalité.

Commission intercommunale des impôts directs (CIID)Modifier

Présidée par Yves Métaireau, la commission intercommunale des impôts directs comprend vingt membres : dix commissaires et dix suppléants désignés par le directeur départemental des finances publiques.

La CIID a pour mission d'émettre un avis sur les évaluations foncières des locaux commerciaux et biens divers.

Commission des concessions d’aménagement (CCA)Modifier

Non permanente, elle est installée selon les projets.

Notes et référencesModifier

  1. http://www.cap-atlantique.fr/dossiers/vote-du-budget-primitif-2016-de-cap-atlantique
  2. « Chiffres-clés du territoire de l'intercommunalité. », sur le site de l'Insee (consulté le 3 septembre 2019)
  3. Les densités de population sont calculées automatiquement dans un SIG en utilisant la surface géométrique de la commune, avec un niveau de précision du contour de 5 m tel qu'il ressort de l'export du découpage administratif au niveau communal (contours des communes) issu d'OpenStreetMap, et non la superficie cadastrale définie par l'Insee, qui est une donnée purement administrative. Des différences de classe peuvent ainsi éventuellement apparaître pour les communes qui se situent en limite de franchissement de seuil de classe.
  4. a b c d e f et g « Carte d'identité », sur Cap Atlantique (consulté le 21 avril 2015).
  5. Séries historiques sur la population et le logement en 2016 - CA de la Presqu'île de Guérande Atlantique (244400610)., sur le site de l'Insee (consulté le 11 septembre 2019)
  6. Mathieu Hennequin, « Nicolas Criaud élu président de CAP Atlantique », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  7. « Les commissions réglementaires|CAP Atlantique », sur www.cap-atlantique.fr (consulté le 15 octobre 2015).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier