Ouvrir le menu principal

Commanderie de Reims

commanderie située dans la Marne, en France

Reims
Image illustrative de l’article Commanderie de Reims
Arcades romanes de l'ancienne église des Templiers, déplacées par Hugues Krafft, au jardin du Musée-hôtel Le Vergeur
Présentation
Fondation Drapeau de l'Ordre du Temple Templiers 1170
Reprise Drapeau des chevaliers hospitaliers Hospitaliers 1312
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Ville Reims
Coordonnées 49° 15′ 34,5″ nord, 4° 02′ 00,5″ est[1]

Géolocalisation sur la carte : Reims

(Voir situation sur carte : Reims)
Reims

Géolocalisation sur la carte : Marne

(Voir situation sur carte : Marne)
Reims

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Reims

La Commanderie de Reims était une commanderie dont l'origine remonte aux Templiers et qui fut dévolue aux Hospitaliers qui se situait dans l'enceinte de la ville de Reims, dans le département de la Marne.

Description géographiqueModifier

 
L'emprise de la Commanderie jouxtant l'enceinte fortifié de la ville de Reims, carte de 1788.

Le siège de la commanderie se trouvait rue du Temple, entre la porte de Mars et la rue Linguet et la chapelle, aujourd'hui disparue, occupait l'emplacement des maisons no 15 et 17[1]. Il y avait aussi d'autres maisons: une dans l'enclos du Temple, deux derrière le jardin, une rue des Bouchers, mais également rue Montginglon, rue Neuve, rue des Telliers, rue des Templiers, près du cimetière St Jacques, près de la porte Cérès et sept rue du Temple.

HistoriqueModifier

Elle est fondée en 1170 à l'emplacement de l'église de la Trinité alors en ruine et louée avec le terrain par Henri, Archevêque de Reims aux Templiers de La Neuville[2],[3]. Ils y construiront un hôtel, un manoir seigneurial, un colombier, un auditoire et auront droit de haute et basse justice dans l'enceinte. Ils fondent aussi une école.

Reims était le chef-lieu de la baillie. Après la destruction de l'Ordre, la commanderie est dévolue à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Sur la place devant la chapelle se trouvait une croix pattée où se déroulait à la st-Georges, une foire[4].

L'ordre du TempleModifier

Les Commandeurs templiers :

Commandeur Période
Étienne 1170 -[5],[3] ?
Acelin 1179 [6]
Hugues [1244- 1263[7]
Baro 1263[7] - ?
Arnoul de Wesemale, commandeur de la baillie de Reims († 1291)
Jean le Verjus 1279 - 1291[8]
Gaucher de Liancourt[N 1] (baillie de Reims) 1299 - 1307[8]

Leurs acquisitionsModifier

Sans dates précises:

L'ordre de Saint-jean de JérusalemModifier

PossessionsModifier

Cette liste est issue en grande partie d'un inventaire établi par Édouard de Barthélemy en 1866 à partir des documents disponibles aux archives départementales[17]. Elle englobe toutes les acquisitions sans toujours préciser la date exacte, ce qui empêche parfois de distinguer l'ordre qui s'en porta acquéreur :

  • Ambonnay, la commanderie de Crilly, qui en était séparée jusqu'au XVIe siècle[18], et dont l'origine remonte aux hospitaliers.
  • Baconnes, dès 1190, la moitié de la seigneurie. Les hospitaliers étaient donc présents dans ce secteur à l'époque des templiers. Ils vendent le domaine en 1530 pour la rançon de François Ier de France consécutive au traité de la Paix des Dames mais le rachètent en 1564[10].
  • Bétheny : 7 journels, 77 perches de terres.
  • Brimont : une vigne.
  • Cauroy-lès-Hermonville : des prés, vignes et terres.
  • Cernay-lès-Reims : la dîme du canton.
  • Cierges : un tiers de dîmes et des droits sur bêtes.
  • Cormicy : deux champs et un bois.
  • Courcelles-lès-Rosnay : le pré du Temple, un fief, une seigneurie, droits de justice.
  • Courtagnon : un tiers de dîmes et deux tiers des offrandes.
  • Cunel : une moitié de dîme.
  • Épernay : un pré des bois, des vignes et une maison. Biens qui proviennent de la commanderie templière de la Neuville[19]
  • Époye : justice avec mairie, la justice sur un canton, un treizième de dîme.
  • Fismes : cinquante arpents de terre avec droits de cens, des prés, des maisons, des droits de justice et de vinage.
  • Fresne : un fief seigneurial avec mairie.
  • Ludes : une seigneurie, un droit de rouage, de forage, de surcens et des bois et des champs.
  • Montcornet : une maison et 40 arpens de terres.
  • Monthelon : des vignes, desdroits de cens et d'obole.
  • Mont-Saint-Remy : une terre et un droit seigneurial.
  • Nanteuil-la-Fosse : deux chapelles et un droit de dîme.
  • Ormont, cf. Breuil (Marne): un couvent[20].
  • Pouillon: une vigne.
  • Prouilly (Proley): rentes de 12 setiers, de 8 muids, de 20 sols, de 10 sols ainsi que vigne et chapellenie qu'ils tenaient d'Ebalus, seigneur de Prouilly et d'Agnès sa femme.
  • Romain : basse justice, des rentes et cens en grain, en argent, des revenus de l'autel, un quart de fauchée des prés, des maisons des terres, de la vigne.
  • Saint-Hillier : un quarante-huitième de dîme.
  • Savigny-sur-Aisne : un tiers de dîme.
  • Sugny : une moitié et un autre quart de dîme.
  • Vaudesaincourt : dix setiers de blé, une moitié de dîme.
  • Villers-Franqueux (Villari Frainqueu): mairie avec moyenne et basse justice avec censive, bourgeoisie, aubaines, lods, ventes et des maisons jardin et vignes.

NotesModifier

  1. 1304 à La Neuville pour recevoir comme nouveau templier Aymon de Clairmont, son neveu : « per fratrem Galterum de Biencuria [sic] [lire Liencuria] militem preceptorem Remensem, fratrem Aymonem de Claromonte nepotem ipsius »[9].

RéférencesModifier

  1. a et b Tarbé 1844, p. 164-166
  2. Bartélemy 1882
  3. a et b Varin 1839, p. 364
  4. étienne Povillon-Piérard, Description étymologique et topographique de Rheims, livre troisième, 1822, p83.
  5. Delisle 1878, p. 902, 905
  6. Barthélemy 1879, p. 54
  7. a et b Varin 1839, p. 862
  8. a et b Trudon des Ormes 1898, p. 212
  9. Michelet 1841, p. 407, disponible sur Gallica
  10. a et b Académie nationale de Reims 1866, p. 126
  11. a et b Académie nationale de Reims 1866, p. 137
  12. Académie nationale de Reims 1866, p. 134
  13. a b c et d Académie nationale de Reims 1866, p. 131
  14. Barthélemy 1883
  15. Académie nationale de Reims 1866, p. 127-129
  16. Académie nationale de Reims 1866, p. 129
  17. Académie nationale de Reims 1866, p. 125-137
  18. Académie nationale de Reims 1866, p. 130
  19. Édouard de Barthélemy, Diocèse ancien de Châlons-sur-Marne, histoire et monuments : suivi des cartulaires inédits de la commanderie de la Neuville-au-Temple, des abbayes de Toussaints, de Monstiers et du prieuré de Vinetz., vol. 1, , 447 p. (lire en ligne), « Recueil des chartes de la commanderie du Temple de la Neuville-lèz-Chalons », p. 418 (doc. 79)
    Bulle du pape Innocent IV en 1248 énumérant les possessions de la commanderie de La Neuville dont: « Domum, vineas, terras et prata que in villa de Esparnoi ».
  20. Mémoires de la Société d'agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l'Aube, vol. 12, (lire en ligne), p. 159

BibliographieModifier


Articles connexesModifier