Ouvrir le menu principal

Hermonville

commune française du département de la Marne

Hermonville
Hermonville
La mairie d'Hermonville.
Blason de Hermonville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Reims
Canton Bourgogne
Intercommunalité Grand Reims
Maire
Mandat
Katia Beaujard
2014-2020
Code postal 51220
Code commune 51291
Démographie
Gentilé Hérémondois
Population
municipale
1 447 hab. (2016 en augmentation de 3,14 % par rapport à 2011)
Densité 109 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 20′ 10″ nord, 3° 54′ 34″ est
Altitude Min. 73 m
Max. 217 m
Superficie 13,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de la Marne
City locator 14.svg
Hermonville

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Hermonville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hermonville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hermonville

Hermonville est une commune française située dans le département de la Marne et la région Grand Est.

GéographieModifier

Hermonville est traversée par la route touristique du Champagne, le ruisseau de la Robassa et fait partie du Massif de Saint Thierry.

LocalisationModifier

Géologie et reliefModifier

Les alternances d'argiles et de calcaires permettent l'existence de cultures étendues dans cette région. Une assez vaste carrière dans l'angle de la route de Bouvancourt à Hermonville, entame le plateau calcaire dans le lutétien continental. Dans la descente vers Hermonville, sur la gauche, d'anciennes exploitations souterraines, creusées dans le calcaire grossier du lutétien moyen. Une grande partie des matériaux extraits, le banc-royal d'Hermonville ou pierre dure d'Hermonville, fut utilisée pour la construction de la cathédrale de Reims et des églises et maisons de la région.

Carrières aussi utilisées autrefois pour la culture des champignons de couche. La superficie totale des galeries, datant de 1882, est d'environ cinquante hectares[1].

Il existes d'autre carrières dans le massif. En 1297, l'abbé et les religieux de Saint-Thierry permettent de prendre dans les carrières de leur abbaye entre Trigny et Hermonville toutes les pierres nécessaires à la construction de l'ancienne église Saint-Nicaise[2].

Les sables thanétiens qui affleurent entre Toussicourt et Marzilly ne contiennent pas de principes fertilisants et leur grande perméabilité les rend absolument stériles pendant les périodes de sécheresse

HydrographieModifier

Le territoire d'Hermonville n'est traversé que par un mince ruisselet qui n'atteint pas un mètre de largeur. C'est le ruisseau de Robassa qui vient des marais des Grattières et des Coquins, traverse la route de Laon et va se perdre dans la craie, dans le Vivier-Colin, réservoir situé sur la lisière des territoires d'Hermonville et de Cauroy-les-Hermonville.

Un autre, le ruisseau des Merlivats, d'importance encore plus faible draine la région comprise entre Toussicourt et Marzilly et vient se perdre au bas de Toussicourt dans un ancien marais que l'on est parvenu à dessécher en creusant un puits qui descend jusqu'à la craie ; de sorte que les eaux qui tombent sur le territoire n'ont nulle part d'écoulement, elles sont entièrement absorbées par le sol.

Les sources minérales des environs : fontaine Saint-Martin ou du Bois de l'Arbre, fontaine des Coquins, fontaine des Grattières qui faisaient tourner de nombreux moulins, sont répertoriées depuis le début du XVIIIe siècle[3].

ToponymieModifier

Hermonville vient du latin Herimundi Villa, c'est-à-dire domaine d'Herimund ; Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en -ville au sens ancien de « domaine rural ». C'était souvent en milieu rural une ferme ou un hameau avec ses terres d'exploitation. Et il était d'usage de rattacher un nom de lieu à celui du maître du lieu. Les toponymistes y reconnaissent le nom de personne de type germanique comme Herman(n).

D'après Auguste Longnon, on trouve mention d'Hermonville[4].

  • Villa Herimundi, VIe siècle (Flodoard, test. de saint Remy).
  • Hermundivilla, 987-996 (Marlot, t. II, p. 809).
  • Herimundi Villa, comm. du XIe siècle (Polyptyque de Saint-Remi ).
  • Hermunville, Hermunvilla, 1203 (cartulaire B de Saint-Remi , p. 155).
  • Heremondivilla, 1205 (St Remy, l.101). –
  • Domus d'Ermonvilla, 1212 (cart. C de S.-Remy, f 43 r°).
  • Hermonvilh, 1213 (arch. lég. de Reims, cout. p. 181).
  • Hermondivilla, 1223 (S.-Remy, l. 133).
  • Hermonvile, 1261 (S.-Symphorien, b. i).
  • Hermonneville, 1556 (arch. lég. de Reims, cout. p. 876).
  • Armonville, XVIIIe siècle (Cassini).

HistoireModifier

Vers 1825, quand les habitants d'Hermonville tiraient de la terre pour leurs vignes, ils mettaient fréquemment au jour des tombes en pierre. Au lieu-dit la Croix de Ringlet, aux environs de l'écart de Saint-Martin, au-dessus du mont Cholet, sur un monticule qui s'élève à quelque distance à l'est du hameau disparu de Sommeville, une nécropole mérovingienne du VIIe siècle ou VIIIe siècle a été découverte[5].

Moyen ÂgeModifier

Herimundi Villa est cité dans le cartulaire connu sous le nom de Polyptyque de Saint-Remi, comme une manse tributaire de Villarum Sancti Remigii, l'abbaye Saint-Remi de Reims[6].

Une charte de Philippe-Auguste autorise Hermonville à s'ériger en commune et y établit des foires et des marchés[7].

Au Moyen Âge, le terroir d'Hermonville appartenait à 8 ou 9 seigneuries distinctes, certaines aux mains de seigneurs ecclésiastiques : l'abbaye Saint-Remi de Reims, l'abbaye Saint-Pierre-les-Dames et l’abbaye de Saint-Thierry, le chapitre métropolitain de Reims, le trésorier de ce chapitre, le comte de Roucy, détenteur de la grande vicomté, et le petit vicomte, son vassal[7],[8] et la Commanderie de Reims au lieu-dit le Temple[9].

Hermonville appartenait en partie à l'abbaye de Saint-Thierry, probablement dès la fin du XIIe siècle. L'abbaye de Saint-Thierry était non seulement seigneur, mais aussi curés primitifs de l'église et patron collateur de la paroisse du village. L'autel lui avait été donné en 1093 par l'archevêque Renaud du Bellay[10]. Le droit de patronage (possibilité de présenter à l'évêque, pour qu'il l'ordonne, le desservant d'une église) lui appartenait donc, ainsi qu'une part dans les dîmes et revenus de l'autel. Les réparations de l'église incombaient en partie aux paroissiens, en partie au patron. Vers 1146, les habitants domiciliés au-delà du ruisseau, vers l'église Saint-Martin, construisirent un four, avec l'intention d'en affecter les profits aux réparations de l'église, four, qui devint alors banal et avait été donné par les habitants aux moines. Une bulle du 13 janvier 1156 mentionne le manse seigneurial de Toussicourt, avec le ban et la justice. En 1256, les moines de Saint-Thierry prétendaient avoir d'ancienneté en certains lieux d'Hermonville[8].

Chacune de ces seigneuries avait son maire et ses échevins nommés par le seigneur et à qui appartenait l'exercice de la haute justice. La population formait néanmoins une seule communauté, représentée par cinq jurés. En juin 1230, une charte de franchises, limitant les droits seigneuriaux, est concédée par l'abbaye Saint-Remi de Reims aux habitants d'Hermonville [11]. Un accord fut conclu en janvier 1256, les religieux de Saint-Thierry renoncèrent à réclamer la dîme des produits qui n'y avaient pas été assujettis jusqu'alors, tels que légumes, fruits, œufs, fromages[8].

Baudoin d'Avennes céda tous ses droits sur le comté de Hainaut à Jean, son frère aîné, se réservant le titre de la seigneurie d'Avennes. Il partit plusieurs fois en croisade, et accompagna Saint Louis en Palestine en 1263. À son retour de la Terre sainte, Philippe le Hardi, pour le récompenser de ses services lui donna les terres et la seigneurie d'Hermonville, Clamecy, Villers-en-Prayères, Trucy, etc. Baudoin mourut à Hermonville en 1284[12].

Un accord est passé le 16 septembre 1320 entre les religieux de Saint-Remi de Reims et les habitants d'Hermonville, au sujet de la nomination des jurés chargés d'administrer le village, accord reconnu et accepté aussi par le chapitre de Reims et confirmés par des lettres de Philippe V, en 1320 et en 1321[7].

Plusieurs seigneuries d'Hermonville furent possédées par des seigneurs ardennais. En 1331, on trouve Baudry de Lonny, seigneur d'Angehan sur Muese (Anchamps), et Alis de Juvincourt, sa femme, qui reconnaissent comme vicomtes les franchises d'Hermonville et en 1353, Gui de Chappes (Cheppes, commune de Contreuve), qui était seigneur pour la moitié de Sainte-Marie-sous-Bourcq et tenait un fief à Neuvizy. Les conflits étaient fréquents entre ces petites seigneuries enchevêtrées les unes dans les autres : en 1353, il y a un conflit entre Gui de Cheppes et l'abbaye Saint-Remi[13].

En 1373, pendant la guerre de Cent Ans, les Anglais commandés par Jean de Gand, duc de Lancastre et Jean de Bretagne envahirent la Champagne, pillèrent et ravagèrent Hermonville pendant la chevauchée de Lancastre[14].

Un accord est passé le 7 avril 1374 entre les religieux de Saint-Remi de Reims et les jurés et habitants d'Hermonville, par lequel ces derniers ont droit de tenir un ban avant la moisson de chaque année, et de fixer le jour pour l'ouverture de la moisson. Le 17 décembre 1393, permission est donnée par le chapitre de Reims aux habitants d'Hermonville, d'instituer des courtiers de vin, et de faire la visite et la taxe du pain mis en vente[7].

Époque moderneModifier

Jean-Baptiste Blavier (1705-1775) a dressé vers le milieu du XVIIIe siècle le sommaire des propriétés, seigneuries, fiefs et bois relevant de l'ancien comté de Roucy. La partie de ce manuscrit écrit à Hermonville, le 29 juin 1749, donne les détails sur l'appartenance des seigneuries[15]:

  • La Grande Vicomté d'Hermonville, appartenant à Marthe Elisabeth de la Rochefoucauld (1720-1784), duchesse d'Ancenis. Sa juridiction consiste en tous les usages dans toute la montagne, dans tous les chemins ; en la police, même sur les autres seigneuries, tous les rapports des délits se font au greffe de la Grande Vicomté, juridiction sur trois maisons de Marzilly.
  • La deuxième à l'abbesse de Saint-Pierre-les-Dames, 24 à 25 maisons répandues dans différents endroits et mêlées avec les autres seigneuries. L'église est dans l'étendue de sa juridiction, ainsi que la place au-devant et le cimetière et la maison seigneuriale, à main gauche de l'église.
  • La vicomté de Cramaille appartenant à Louis-Joseph d'Avennes (1710-1780)[Note 1]. Elle consiste en juridiction sur 24 ou 25 maisons, répandues dans tous les différents endroits du village et mêlées avec les autres seigneuries et plusieurs héritages sur différents cantons du terroir, aussi mêlés avec les autres seigneurs. Il a sur ces maisons et héritages droit de cens, emportant lots et ventes. On fait rapport en sa justice de tous les délits qui se font dans le village et sur le terroir d'Hermonville jusqu'au port du septentrion, depuis la fontaine de Gracières jusqu'au pont de Luxembourg, en suivant la rivière de Robansac qui sépare cette vicomté de Cramaille, appelée communément la Petite Vicomté, de celle de Mme la Duchesse, qui est de l'autre côté du ruisseau, côté du midi et qui est appelée la Grande Vicomté; et cependant les gardes-terroirs, gardes-vignes et autres se nomment toujours à la Grande Vicomté pour tout le terroir indistinctement.
  • La quatrième aux religieux de Saint-Remi qui ont la juridiction sur près de 80 maisons, situées comme les autres, dans différents endroits du village d'Hermonville et mêlées avec les autres seigneuries.
  • La seigneurie du Chapitre de l'Eglise Métropolitaine de Reims qui ont la juridiction sur 23 ou 24 maisons du village et sur plusieurs héritages situés sur le terroir, le tout mêlées et confondu avec les autres seigneuries.
  • Le fief de Révigneux ou de Follepeine, relevant de la terre de Cormicy, appartient pour les deux tiers à M. de Chimer d'Hermonville, l'autre tiers à M. d'Avennes, à M. de Tourville, à M. du Moncet, à M. Langlois et à M. de Courtel, chacun pour des parts inégales ; il consiste en la juridiction sur 24 ou 25 maisons et sur plusieurs héritages répandus sur le village et terroir d'Hermonville, mêlés comme les autres et portant cens, lots et ventes.
  • La seigneurie du commandeur du Temple qui n'a juridiction que sur une maison dont il est propriétaire : deux pièces de vignes, une en gratière, l'autre en marseleine; trois pièces de terre, l'une au clos de Marzilly ou près du Temple et deux à Herville dont il est pareillement propriétaire.
  • La seigneurie du trésorier de l'église métropolitaine de Reims a juridiction sur toutes les maisons de Marzilly, à l'exception des trois maisons qui sont de la juridiction de la Grande Vicomté et le château, mais n'a aucuns cens, ni lots, ni ventes. Le château est un franc-alleu noble.

La plus grande partie du terroir d'Hermonville et plusieurs maisons du village sont en franc-alleu, ne payant aucun droit à qui que ce soit et ces héritages, aussi tenus en franc-alleu, ne composent point des cantons particuliers, mais sont mêlés partout et dans tous les cantons avec les héritages sujets à droits de cens envers les différents seigneurs et messieurs les religieux de Saint-Rémy prétendant sur ces francs-alleus la juridiction qui leur est contestée par les autres seigneurs. La Montagne entière est du nombre des francs-alleus et les anciens titres en donnent la juridiction au comté de Roucy. Tous les bois sont aussi en francalleu.

Hermonville faisait partie, en 1789, de l'élection de Reims et suivait pour partie la coutume de Reims, pour partie celle de Vitry. Son église paroissiale, diocèse de Reims, doyenné d'Hermonville, était consacrée au Saint Sauveur; l'archevêque de Reims en était collateur[4].

Époque contemporaineModifier

En février 1814, Hermonville est occupé par 6 000 soldats de l'Empire russe sous les ordres du prince Kowansky et en 1815 par le régiment de hussards Alexandriski (régiment de Sa Majesté Impériale Alexandra Feodorovna de Russie)[16].

Hermonville est connu pour la production de vin rouge, le vin rouge de Marzilly et d'asperges.

On y exploite d'importantes carrières de pierre à bâtir. En 1846, il y plus de 200 ouvriers carriers rattachés à la commune[17]. En 1876, la Société Châtelot-Forest et Cie exploitent les carrières [18]. En 1889, La carrière de Saint-Joseph est exploitée par Châtelot et la carrière des Rouges-Monts de Marzilly par Dufresne. [19].

On y fait aussi un commerce de coutellerie.

Hermonville était sur la ligne du chemin de fer de la Banlieue de Reims (C.B.R), Reims-Cormicy, inauguré le 14 avril 1897.

L'électricité est installée dans la commune dans les années 1910[20].

Première Guerre mondialeModifier

Hermonville est envahi par les Allemands au début de la guerre, puis le village reste en possession des français pendant presque toute la durée de la guerre. Il est situé à proximité immédiate du front et des combats pour la possession de Loivre et le contrôle du canal de l'Aisne à la Marne. C’est un lieu de cantonnement, très fréquenté par les soldats au repos, et une réserve pour les attaques françaises.

En 1914, Le Château de Marzilly sert de PC à l’état-major de la 12e brigade d'infanterie (5e et 119e régiment d'infanterie) de la 6e D.I, engagée dans la 1ère bataille de l'Aisne. Le général de division Philippe Pétain, commandant la 6e D.I., est nommé au commandement du 33e C. A., après avoir été fait officier de la Légion d'honneur par le général Hache au P. C. de la tour d'Hermonville, en octobre 1914[21].

En 1915, est créé l'école des missions spéciales pour former dans le plus grand secret des dizaines d'espions et de les déposer derrière les lignes ennemies pour y mener des actions de sabotage et de renseignement. Il faut trouver des hommes courageux mais surtout pourvus d'une connaissance aiguë du terrain. Le commandement français se tourne alors tout naturellement vers le corps militaire des douanes de Charleville-Mézières. C'est à Hermonville que ces douaniers sont formés aux rudiments de l'espionnage[22].

Roland Dorgelès y séjourne longuement au début de 1915 avec le 39e R.I.

En avril 1917, il sert de base arrière à l’armée française, pour la bataille du Chemin des Dames, qui s’abrite notamment dans ses champignonnières.

Hermonville est re-occupé par les Allemands de la fin mai à octobre 1918.

244 soldats reposent dans le cimetière britannique, morts pour la plupart lors de l’offensive surprise allemande du 27 mai 1918.

Il y avait une nécropole nationale à Hermonville, la nécropole nationale du Luxembourg, qui n’existe plus. Les corps ont été transférés à la nécropole nationale de Cormicy en 2007[23].

La commune est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le 1er octobre 1920.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

IntercommunalitéModifier

La commune, antérieurement membre de la communauté de communes des Deux Coteaux, était membre, depuis le 1er janvier 2014, de la communauté de communes du Nord Champenois.

En effet, conformément au schéma départemental de coopération intercommunale de la Marne du 15 décembre 2011[24], cette communauté de communes du Nord Champenois était issue de la fusion, le 1er janvier 2014, de :

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
? (en fonction en 1467)[27]   Jehan Marchant   Maïeur
         
  ? (en fonction en 1793)[16] Jean Lombart    
    Daubin[16]    
Juillet 1795 octobre 1795[16] Jean-Nicolas Clicquot de Toussicourt (1746-1821)    
Octobre 1795 juin 1800[16] Ponce-Louis Harlaut    
juin 1800 octobre 1815[16] Jean-Nicolas Clicquot de Toussicourt (1746-1821)    
Octobre 1815[16] ? Amédée Louis Charles d’Avesnes (1785-1847)    
    Ernest d'Avennes (1821-1892)    
         
? (en fonction en 1842)[28] ? César Adolphe Péronneau (1807-1864)    
1853   Henri Raymond Victor Petit (1819-1872)[29]    
  1874 Jean Marie Leroux-Goumant (1802-1875)[30]   Juge, conseiller d’arrondissement
? (en fonction en 1879)[31]   Paul Communal (1836-1898)[32],[33]    
         
? (en fonction en 1896)[34]   Lemerle    
         
? (en fonction en 1908)[35]   Georges Communal (1840-1913)[36],[37]    
         
? (en fonction en 1914)   Jules Chrétien    
         
    Henri Forest    
         
mars 2001 mars 2008 Marie-Annick Fressard    
mars 2008[38] nov. 2012[39] Joël Gourmand   Président de la CC des 2 Côteaux (2001 → 2011)
Démissionnaire
1er février 2013[40] en cours Katia Beaujard   Réélue pour le mandat 2014-2020[41]

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[43].

En 2016, la commune comptait 1 447 habitants[Note 2], en augmentation de 3,14 % par rapport à 2011 (Marne : +0,76 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0109801 2261 2321 4351 4451 5171 5791 552
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5141 5611 4841 2441 2551 2071 1841 0811 095
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0841 0611 013790695700691704679
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
7377938549241 1241 2451 2981 3041 455
2016 - - - - - - - -
1 447--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[44] puis Insee à partir de 2006[45].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • L'église Saint-Sauveur date du milieu du XIIe siècle. Elle est classée monument historique par arrêté du 10 décembre 1919.Elle précédée d'un avant-porche champenois . Le buffet d'orgue en chêne, qui se trouvait avant la Révolution dans l'église Saint-Étienne de Reims, remonte en partie aux XVe, XVIIe et XXe siècles. Il est également classé monument historique depuis le 23 avril 1979[46]. Plusieurs tableaux datant de la Renaissance sont classés monuments historiques, ainsi qu'un retable en pierre.
  • Le monument aux morts de la Première Guerre mondiale, inauguré le 27 juillet 1924..
  • Le cimetière militaire britannique d'Hermonville où 244 soldats britanniques sont inhumés..
  • Les maisons avec leurs statues, bas-reliefs et porches anciens.
  • La place du village, rénovée, les marronniers centenaires creux et malades ont été remplacés, la place est modernisée, tout en conservant son style.

ChâteauxModifier

 
Château de Toussicourt
 
Château de Marzilly

Hermonville avait plusieurs châteaux :

  • Le château de Toussicourt, construit au XVIIIe siècle, par Jean-Baptiste Clicquot, conseiller au bailliage et directeur de la monnaie de Reims[47], à proximité immédiate d'une vaste ferme, plus ancienne. Au XVIIIe siècle, le domaine, dont les bois encadraient des terres de culture et même des vignes, devient la propriété de Jean-Baptiste Arnould, dit Arnould-Senart (1794-1846), marchand de draps à Reims, puis de Jacques Edmond Arnould [Note 3], qui l'a vendit, en 1855, au père de Hugues Krafft[48]. Bombardé pendant près de quatre ans, pendant la Première Guerre mondiale, le château ne sera pas reconstruit[49], les dommages de guerre ayant servi à la reconstruction de l'hôtel Le Vergeur
  • Le premier châteaux de Marzilly, le pré, le plus ancien datant du XIe siècle, relais des Templiers, détruit au XVIIIe siècle, reconstruit notamment par Le Nôtre et appartenant plus tard à Jonathan Holden puis au consul d’Italie, Emile Mazucchi, détruit pendant la Première Guerre mondiale.
  • Le deuxième château de Marzilly, propriété de l'industriel Jonathan Holden, puis du général Dubois puis à sa fille et son gendre Étienne Peignot. Il a été récemment complètement rénové en 2012 par Bernard Ullens de Schooten.
  • Le château d’Avennes ou du Mesnil d'Avennes, actuelle maison de retraite, place de la mairie.
  • Le château Druart, rue Visin, détruit pendant la Première Guerre mondiale et reconstruit.
  • Le château du Bois de l’Arbre ou château d’Hervelon, près de l'actuelle ferme Saint-Joseph, au lieu-dit Hervelon, construit en 1854 par Dubois de Fresnay, ayant appartenu ensuite aux familles Arnould, Guéry, de Bary et à Léon d'Anglemont de Tassigny (1862-1944), négociant en vins de Champagne, détruit pendant la Première Guerre mondiale. Il n'en reste rien.
  • Le château Saint Rémy ou de Sommeville, rue Charles de Gaulle, fut la propriété d'Achille Renard, président du tribunal civil de Reims, conseiller honoraire à la cour d’appel de Paris, où son fils l’écrivain Maurice Renard écrivit ses œuvres, puis propriété de Claire Renard, la fille d'Achille Renard, mariée avec le docteur Octave Guelliot. Il fut détruit pendant la Première Guerre mondiale.
  • Le château de Long-voisin, ayant appartenu à la famille Dubourg-Maldan.
  • Le château de Georges Communal.

Manifestations culturellesModifier

La ville est animée par un festival artistico-musical Art & Jazz dans ma cour qui se déroule sur trois jours et plusieurs rues du village.

Personnalités liées à la communeModifier

 
Blason de la famille d'Avennes
  • La famille d'Avennes[12], vicomtes de Cramaille, seigneurs d'Hermonville, de Toussicourt, du grand hameau de Romain, de Variscourt et du fief de Plessy, appartient à la noblesse de Champagne et a conservé jusqu'à une période récente la terre d'Hermonville[50],[Note 4].
Article détaillé : Famille d'Avennes.

Par ordre chronologique des naissances :

  • Guillaume Chardon, vicomte d'Hermonville (? - †1497 ou 1499)
  • Jean-Anténor Hüe de Caligny, né à Hermonville le 12 juillet 1657, ingénieur militaire français.
  • Louis-Joseph-Nicolas de Champagne (1707-1765), chevalier de Saint-Louis, seigneur des Hantes, Le Chêne , Ventelay, Vandières-sur-Marne, ancien capitaine de grenadiers au régiment d'infanterie du roi, officier de l'Armée du Rhin de Louis XV, en septembre 1744, veuf d'Anne-Radegonde de Champagne, meurt à Hermonville le 2 juin 1765 des suites de blessures. Il est inhumé dans l'église d'Hermonville[51].,[52].
  • Jean-Baptiste Clicquot (1717-1785), conseiller au bailliage, directeur de la monnaie et échevin de Reims, construisit le château de Toussicourt, annobli par Louis XV, dès lors connu comme Clicquot de Toussicourt, il mourut en 1785[48].
  • Jean-Nicolas Clicquot de Toussicourt (1746-1821), fils du précédent, seigneur de Toussicourt et d'Hermonville, écuyer, chargeur du Roi et entreposeur de tabac, propriétaire du château de Toussicourt, prit part en 1789 aux assemblées de la noblesse tenues à Reims, maire d Hermonville en 1808.
  • Jean Marie Leroux-Goumant, né le 18 mai 1802 à Guyencourt (Aisne), décédé à Hermonville le 12 avril 1875, juge suppléant, juge de paix du canton de Fismes, conseiller d’arrondissement, ancien vice-président du Comice agricole de l’arrondissement de Reims, ancien maire d’Hermonville.
  • Pierre Joseph Camille Dubourg-Maldan (1807-1881), conseiller municipal de Reims, mort à Hermonville, médecin, directeur de l’École de médecine de Reims en 1864[30].
  • Bernard de Susbielle (1808-1893), général de division, grand officier de la Légion d'honneur[53], habite, une fois à la retraite en 1879, le château de Marzilly.
  • Alphonse Bertherand (1815-1887)[Note 5], médecin militaire, propriétaire du château de Marzilly en 1866.
  • Henri Raymond Victor Petit (1819-1872), né à Vernon (Eure), docteur en médecine, maire d’Hermonville, membre du conseil d’arrondissement, mort le 25 septembre 1872, en revenant de soigner un malade à Trigny (Marne). Maire, il fonda en 1853 une caisse d’épargne. En 1855, il s’efforça d’établir une caisse de secours mutuels qui ne dura que quelques années ; il créa, sur la place d’Hermonville, un square donnant à la commune un aspect nouveau, il contribua à la fondation d’une bibliothèque communale et rendit l’instruction primaire entièrement gratuite[54].
  • Jonathan Holden (1828-1906), industriel, propriétaire du château de Marzilly en 1906.
  • Emile Mazucchi, consul d'Italie à Reims, propriétaire du château de Marzilly en 1914.
  • Urbain Paul Louis Communal (1836-1898), maire d’Hermonville pendant plus de vingt ans, membre titulaire du Comice agricole de l’arrondissement de Reims, ancien capitaine de la compagnie de sapeurs-pompiers, président de la musique municipale[33].
  • Georges Communal (1840-1913), Capitaine de vaisseau, maire d'Hermonville[37],[55].
  • Comte Edgard de Maigret (1841-1910), vice-amiral, grand-croix de la Légion d'honneur[56], fils d'Aline-Félicie d'Avennes d'Hermonville, comtesse de Maigret (1817-1870).
  • Le géneral Dubois (1842-1928), né à Hermonville[57], chef de la maison militaire du président de la République Emile Loubet, propriétaire du château de Marzilly en 1908, conseiller municipal d’Hermonville , chargé de faire ériger le monument aux morts, inhumé à Hermonville[58].
  • Gustave Deuzé (1843- ), membre de la Commune de Paris[59].
  • Comte Gaston Joseph Octave de Maigret (1850-1904), né à Hermonville, frère du vice-amiral comte Edgard de Maigret, membre du Conseil supérieur de la Marine[60].
  • Elise Lurette (1852-1940) née à Hermonville, dame de compagnie de Marie-Eugénie Spencer, de la famille anglo-américaine Spencer, à laquelle appartenaient Winston Churchill et Lady Diana, rescapée du naufrage du Titanic qui eut lieu le 14 avril 1912.
  • Le docteur Octave Guelliot (1854-1943), propriétaire du chateau Saint Rémy
  • Étienne Peignot (1871-1946), conseiller à la cour de cassation, gendre du général Dubois, il habitait le Château de Marzilly.
  • Maurice Renard (1875-1932), écrivain, il évoque Hermonville dans son roman La Jeune Fille du Yacht.
  • Odette Pauvert-Tissier, (1903-1966), petite-fille du général Dubois, artiste-peintre, prix de Rome 1925, première femme admise à la Villa Médicis.

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d'azur à la gerbe de blé d'or posée sur une champagne cousue de sinople, au chef d'argent chargé de deux grappes de raisin de sable tigées et feuillées de sinople.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • L.Demaison, « Les archives de la commune d'Hermonville antérieures à 1790 », Travaux de l'Académie nationale de Reims, vol. 84,‎ 1887-1888, p. 393-414 (lire en ligne).
  • Gaston Robert, « L'Abbaye de Saint-Thierry et les communautés populaires au moyen-age », Travaux de l'Académie nationale de Reims, vol. 142,‎ 1927-1928, p. 87-120 (lire en ligne).
  • Gaston Robert, Les Seigneurs d'Hermonville au moyen âge, Impr. coopérative, , 25 p. (présentation en ligne)
  • Gaston Robert,La Juridiction échevinale à Hermonville en 1467, Reims, impr. L. Monce, 1910, 36 p.
  • Pol Gosset, « Notes généalogiques, tirées des registres paroissiaux du canton de Fismes », Travaux de l'Académie nationale de Reims, vol. 138,‎ 1924-1925, p. 46 (lire en ligne, consulté le 27 février 2019).
  • Georges Lallemand, L’église d’Hermonville à travers les âges, Imprimerie Coulon, Reims, , 72 p. (présentation en ligne)
  • Georges Lallemand, Hermonville, souvenirs du passé, Reims, Imprimerie Coulon, , 93 p..
  • Patrick Demouy, Genèse d'une cathédrale : Les archevêques de Reims et leur Église aux XIe et XIIe siècles, Éditions Dominique Guéniot, , 814 p..
  • Gilberte Touret, Hermonville, mémoires de la Grande Guerre,2016.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Références et notesModifier

Notes
  1. La petite vicomté ou vicomté de Cramaille, appartint aux Chardon, à la famille de Bezannes, puis à la famille d'Avennes
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  3. Jacques Edmond Arnould dit Arnould-Baltard (1821-1893), exploitant du domaine de Toussicourt de 1842 à 1846
  4. Gustave Chaix d'Est-Ange indique que Saint-Allais a cherché à la rattacher à la famille des anciens seigneurs de la ville d'Avesnes, en Hainaut « mais le système de filiation adopté par Saint Allais ne s'appuie sur aucune preuve et les premiers degrés de sa généalogie sont remplis d'anachronismes et de contradictions qui les rendent inacceptables ».
  5. Alphonse Bertherand (1815-1887) sur data.bnf.fr
Références
  1. Société d'histoire naturelle des Ardennes, Bulletin de la Société d'histoire naturelle des Ardennes, Charleville-Mézières, Sociéte d'histoire naturelle des Ardennes, (lire en ligne), p. 24.
  2. Annales de l'Académie de Reims, 1843
  3. Pierre-Joseph Buc'hoz, Dictionnaire minéralogique et hydraulogique, t. 2, Paris, (lire en ligne).
  4. a et b Auguste Longnon, Dictionnaire topographique du département de la Marne : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, , 380 p. (lire en ligne), p. 130.
  5. Charles Poulain, « Le peuplement des cantons de Fismes et de Ville-en-Tardenois pendant le Haut Moyen Age (V-Xe siècle) », Bulletin de la Société archéologique champenoise, Reims,‎ , p. 65 (lire en ligne, consulté le 3 mars 2019).
  6. Benjamin Guérard, Polyptyque de l'abbaye de Saint-Remi de Reims : Dénombrement des manses des serfs et des revenus de cette abbaye vers le milieu du neuvième siècle de notre ère, Paris, , 214 p. (lire en ligne).
  7. a b c et d Académie nationale de Reims 1887, p. 399
  8. a b et c Académie nationale de Reims 1927, p. 105
  9. Édouard de Barthélemy, Notes sur les établissements des ordres religieux et militaires du Temple, de Saint-Jean de Jérusalem et de Saint-Antoine de Viennois dans l'ancien archidiocèse de Reims, Paris, Champion, (lire en ligne), p. 12 et 48.
  10. Demouy 2005
  11. Travaux de l'Académie nationale de Reims, 1925
  12. a et b Nicolas Viton de Saint-Allais, Nobiliaire universel de France, t. 2, Paris, Bachelin-Deflorenne, 1872-1878, 505 p. (lire en ligne), p. 89-92.
  13. Gaston Robert, Les Seigneurs d'Hermonville au moyen âge, Impr. coopérative, , 25 p. (présentation en ligne)
  14. P. Chevallier, Histoire du département de la Marne, Paris, G. Guérin, (lire en ligne), p. 12.
  15. « Chronique », Revue de Champagne et de Brie,‎ , p. 70 (lire en ligne, consulté le 25 mars 2019).
  16. a b c d e f et g Georges Lallemand 1963, p. 17-19
  17. Rapports et délibérations du Conseil général de la Marne, 1846
  18. Rapports et délibérations du Conseil général de la Marne, avril 1876
  19. Répertoire des carrières de pierre de taille exploitées en 1889
  20. Revue pratique de l'électricité, 1910-1911
  21. Historique du 22e régt d'artillerie pendant la campagne contre l'Allemagne, H. Charles-Lavauzelle, Paris, 1920
  22. "Histoires 14-18 : L'école des missions spéciales " France 3 Grand Est
  23. Nécropole nationale Le Luxembourg, le Moulin de Cauroy sur www.francegenweb.org
  24. « Schéma départemental de coopération intercommunale de la marne » [PDF], Tout savoir sur votre SDCI, Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP), (consulté le 19 juillet 2015), p. 2.
  25. « Arrêté préfectoral du 29 mai 2013 portant création du nouvel Établissement public de coopération Intercommunale issu de la fusion de la Communauté de communes de la Colline, de la Communauté de communes de la Petite Montagne, de la Communauté de communes des Deux Coteaux et de la Communauté de communes du Massif », Bulletin d'information et recueil des actes administratifs de la préfecture de la Marne, no 5 ter,‎ , p. 18-21 (lire en ligne).
  26. « Avant la fusion des communautés Les derniers vœux de la Colline », L'Union,‎ (lire en ligne).
  27. Travaux de l'Académie nationale de Reims, 1908
  28. Acte d'état civil, sur la base LEONORE
  29. « Les maires de Hermonville », sur mairesgenweb (consulté le 23 juillet 2015).
  30. a et b Almanach Matot-Braine de 1876
  31. Almanach Matot-Braine de 1879, p225
  32. Revue de Champagne et de Brie, 1899
  33. a et b Almanach Matot-Braine de 1900
  34. Bulletin de la Société de secours aux blessés militaires des armées de terre et de mer, juillet 1896
  35. Congrès international de bienfaisance, 1908
  36. Revue savoisienne, 1909
  37. a et b Georges Communal , « Cote LH/577/68 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  38. Liste des maires de la Marne au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  39. « Hermonville : Le maire annonce sa démission par courrier », L'Union,‎ (lire en ligne)
  40. Guillaume Flatet, « Élection de la maire : Confiance, maître-mot de Katia Beaujard - Sans surprise, mais avec beaucoup de bonne humeur et de confiance, Katia Beaujard a été élue hier soir maire d'Hermonville », L'Union,‎ (lire en ligne)
  41. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le 19 juillet 2015).
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  44. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  45. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  46. Notice no PM51000484, base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 2 février 2013.
  47. Nicolas Viton de Saint-Allais, Nobiliaire universel de France, t. 3, 1, Paris, Bachelin-Deflorenne, 1872-1878 (lire en ligne).
  48. a et b Annuaire-bulletin de la Société des amis du vieux Reims, 1925
  49. Photographie du Château de Toussicourt en 1914 disponible sur Gallica
  50. Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, t. 2, Evreux, impr. de C. Hérissey, (lire en ligne), p. 127
  51. Pol Gosset, « Notes généalogiques, tirées des registres paroissiaux du canton de Fismes », Travaux de l'Académie nationale de Reims, vol. 138,‎ 1924-1925, p. 46-62 (lire en ligne, consulté le 27 février 2019)
  52. De Champagne, Impr. de J. Claye (Paris), 1851 disponible sur Gallica
  53. Bernard de Susbielle, « Cote LH/2559/17 », base Léonore, ministère français de la Culture
  54. Almanach Matot-Braine de 1873
  55. Base collaborative Pierfit, « Georges COMMUNAL », sur http://gw.geneanet.org (consulté le 23 juillet 2015).
  56. Marie-Edgar de Maigret, « Cote LH/1691/75 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  57. Émile Oscar Dubois, « Cote LH/811/62 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  58. Le Figaro du 27 janvier 1928
  59. notice DEUZÉ Gustave , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 juillet 2009 sur le Le Maitron
  60. Almanach Matot-Braine de 1905