Colette de Jouvenel

fille de Colette et écrivaine

Colette Renée de Jouvenel des Ursins, plus connue sous le nom de Colette de Jouvenel, est une journaliste, résistante et féministe française, née le [1] dans le 16e arrondissement de Paris et morte le à Créteil[2].

Colette de Jouvenel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
CréteilVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Colette Renée de Jouvenel des UrsinsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Mère
Fratrie
Autres informations
Membre de
Mouvement
Colette tombestone.jpg
Vue de la sépulture.

Elle est la fille de l'écrivaine Colette (qui la surnommait Bel-Gazou[3]) et du journaliste et homme politique Henry de Jouvenel.

BiographieModifier

Enfance et adolescenceModifier

Elle passe, jusqu'à 9 ans, une enfance assez solitaire au château de Castel-Novel, élevée par une nurse anglaise, Miss Draper. Elle souffrira énormément de l'absence physique de sa mère (qui lui a donné naissance à 40 ans et qui lui rend très rarement visite)[4].

Début 1922, elle revient à Paris où elle entre, pour quelques mois, au lycée Molière, avant d'être finalement placée, en octobre 1922, en internat, dans un pensionnat de Saint-Germain-en-Laye, où sa mère ne viendra pas plus l'y voir. En plein divorce entre ses parents (1923), elle devient de plus en plus rebelle et en échec scolaire[4].

En septembre 1926, elle entre en classe de quatrième, au lycée Victor Duruy de Versailles, où la directrice, lassée par ses mauvais résultats finit par l'exclure. En 1927, à 14 ans, elle intègre le collège féminin de la rue du Four, à Paris, où elle apprend la couture, le secrétariat et la sténographie, avant de passer en apprentissage dans la maison de couture Germaine Patat[5]. Mais elle préfère l'indépendance, vivre dans la nature, nager, danser, dessiner, peindre, écouter de la musique ou fumer en cachette[4].

À 18 ans, elle doit encore construire sa propre individualité et surtout travailler[4].

Le cinéma et la décorationModifier

En juillet 1931, elle débute dans le cinéma, comme assistante de la réalisatrice Solange Bussi pour le film La Vagabonde. Puis Yves Mirande lui propose de la recruter au sein de la Paramount. Mais la société ne veut à aucun prix d'une assistante femme… Colette de Jouvenel se souviendra de cette discrimination. En 1933, elle devient assistante de réalisation du film de Marc Allégret, Lac aux dames (sorti en 1934). En 1935, elle assiste également Max Ophuls pour le film Divine. En mai 1935, elle part pour Conakry, via l'Algérie et la Côte d'Ivoire pour connaître la vie des planteurs.

Mais, le 11 août 1935, sous la pression familiale, qui la trouve probablement trop aventurière, elle épouse un médecin de 32 ans, Camille Dausse, qu'elle quitte deux mois plus tard et dont elle divorcera en juillet 1936. Ce choc sera suivi d'un second, celui de la mort de son père, dont elle se sentait proche, en octobre de la même année. Elle sait désormais, aussi, qu'elle préfère les femmes et jusqu'en 1939, elle sera décoratrice d'intérieur[6]

Pendant l'Occupation : résistanteModifier

La Seconde Guerre mondiale éclate et en , Colette de Jouvenel part s'installer en Corrèze, dans le château familial de Curemonte. Elle se rapproche très vite des antifascistes, dont les Videau, couple d’instituteurs, et de Berthe Vayssié qui tient le café-bar-épicerie du village. Elle commence par mettre en place un circuit de ravitaillement efficace, puis participe de plus en plus à des activités de résistance. Elle se met au service de l’Œuvre de secours aux enfants par l’intermédiaire de sa belle-sœur ; il s’agit de mettre à l’abri des enfants dont les parents ont été arrêtés ou déportés. En 1943, elle fréquente André Malraux, et Josette Clotis, sa compagne, Emmanuel Berl et sa femme Mireille, chanteuse qui ne peut plus travailler, parce que juive. Elle est chargée de missions précises dans les rangs de l’opposition active au STO, et au côté des Corréziens, elle aidera enfants, réfugiés, juifs, résistants ou pourchassés. Colette de Jouvenel vivra deux histoires d'amour pendant cette période : d’abord avec Simy Wertheim, puis avec Jocelyne Alatini qui lui permettent de trouver un peu de joie dans cette période agitée. En , elle se rend à Oradour-sur-Glane, le village martyrisé deux mois plus tôt, et ce qu'elle y voit ne cessera de la hanter. Au début d', elle est nommée présidente du comité social et sanitaire de Brive, et en janvier 1945 désignée comme adjointe au maire de Curemonte[7].

Après la GuerreModifier

Le journalismeModifier

Devenue gaulliste, la guerre lui a donné l'envie d'écrire et de témoigner sur ses ravages. En novembre 1944, son premier article paraît dans Femmes françaises, sous le titre « travail urgent ; travail social ». Juliette Jonvaux, directrice du journal clandestin Fraternité (né sous l'Occupation), lui propose une place au sein de la rédaction. Ses articles vont faire grand bruit, dont celui du 20 avril 1945 qui évoque le choc de l'arrivée à la gare de Lyon des survivantes de Ravensbrück. Profondément marquée parce qu'elle a vu et entendu, Colette de Jouvenel décide de partir en Allemagne et — pendant trois semaines — photographie, note les témoignages, dans le but de rendre compte de la barbarie nazie. Son reportage Eté Allemand, paraît dans Fraternité en plusieurs livraisons (au cours de l'été 1945). Le reportage paraît sans les photographies associées, la direction de publication craignant, en effet, un trop gros choc des images sur ses lecteurs. Ses articles interpelleront pourtant plusieurs d'entre eux, dont Louis Aragon. Ses articles font grand bruit... Elle est désormais reconnue comme une journaliste de talent et le public ne la voit plus comme uniquement « la fille de… »[8]

Le féminismeModifier

Colette de Jouvenel, dès octobre 1945, va utiliser sa plume (dans Fraternité) pour défendre l'égalité des sexes, réclamer un statut plus juste pour les femmes, ainsi que la promotion des femmes à des postes de haute responsabilité. Elle rend également compte (toujours dans Fraternité) des débats du Congrès international des femmes qui se déroule à Paris, du 25 novembre au 1er décembre 1945, à la Maison de la Mutualité[9].

En 1948, elle reprend son travail de décoratrice et ouvre un magasin d'antiquités, rue de Verneuil. Parmi ses compagnes de l'époque, on retiendra l'actrice et réalisatrice Nicole Stéphane, avec qui elle fera un voyage à Cuba[10].

Après la mort de sa mèreModifier

 
Tombe de Colette Jouvenel au Père Lachaise détail

À la mort de Colette en août 1954, Colette de Jouvenel découvre que sa mère a laissé un testament qui la désavantage considérablement par rapport à Maurice Goudeket (le troisième et dernier mari de Colette), qui héritera, entre autres, de l'appartement de Colette au 9, rue de Beaujolais. Par l'intermédiaire d'André Malraux, Colette de Jouvenel obtient que la petite place située devant la Comédie-Française soit baptisée Place Colette, laquelle sera inaugurée le 21 mars 1966[11].

Elle lance aussi l'idée de créer les Cahiers Colette[12], dont le premier numéro (édité par la Société des Amis de Colette) est publié en 1977.

À la mort de son beau-père, la même année, elle espérait pouvoir enfin récupérer l'appartement de sa mère, pour en faire le musée qu'elle souhaitait lui dédier. Mais elle mourra en , sans avoir pu y parvenir[13]...

Lors d'une interview réalisée vers la fin de sa vie, à la question "qu'est-ce que cela a représenté, pour vous, d'avoir une mère si célèbre ?", Colette de Jouvenel répondra simplement "il faut toute une vie pour s'en remettre".[14].

Elle est inhumée à Paris, au cimetière du Père-Lachaise (division 4), aux côtés de sa mère.

En 2004, une nièce de Colette de Jouvenel[15] fera paraître Colette : Lettres à sa fille - 1916-1953[16], à l'occasion du cinquantenaire de la mort de l'écrivaine.

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. Archives de l'état civil de Paris 16e : acte de naissance du 3 juillet 1913, n° 711
  2. Etat civil de Créteil : acte de décès du 16 septembre 1981, n°133
  3. Isabelle Martin, « Colette et sa fille », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 20 octobre 2018)
  4. a b c et d Centre d'Etudes Colette, Catalogue d'exposition : Colette de Jouvenel, dite Bel-Gazou, Saint-Sauveur-en-Puisaye, Conseil Général de l'Yonne, , 40 p.
  5. Maison de couture Germaine Patat
  6. Centre d'Études Colette : catalogue de l'exposition, Colette de Jouvenel dite Bel-Gazou, par Samia Bordji, musée Colette, juin-octobre 2013, page 19 à 21 ( (ISBN 978-2-9503272-1-5) et 2950327214)
  7. François Soustre, Colette de Jouvenel en Corrèze, , 117 p. (ISBN 978-2-84446-241-1 et 2844462413, OCLC 812569208, lire en ligne)
  8. Centre d'Études Colette : catalogue de l'exposition, Colette de Jouvenel dite Bel-Gazou, par Samia Bordji, musée Colette, juin-octobre 2013, page 28 à 31 (ISBN 978-2-9503272-1-5) et 2950327214)
  9. Centre d'Études Colette : catalogue de l'exposition, Colette de Jouvenel dite Bel-Gazou, par Samia Bordji, musée Colette, juin-octobre 2013, page 31 (ISBN 978-2-9503272-1-5) et 2950327214)
  10. Christine de Rivoyre et Frédéric Maget : Flying Fox et autres portraits, chapitre 5, Littérature Française, 2014
  11. Centre d'Études Colette : catalogue de l'exposition, Colette de Jouvenel dite Bel-Gazou, par Samia Bordji, musée Colette, juin-octobre 2013, page 36 ( (ISBN 978-2-9503272-1-5) et 2950327214)
  12. Centre d'Études Colette : catalogue de l'exposition, Colette de Jouvenel dite Bel-Gazou, par Samia Bordji, musée Colette, juin-octobre 2013, page 37 ( (ISBN 978-2-9503272-1-5) et 2950327214)
  13. Centre d'études Colette : après la mort de Maurice Goudeket (qui s'était remarié), l'appartement passera aux mains de sa veuve, Sanda Goudeket. Celle-ci refusera toujours de le céder afin qu'il puisse accueillir un musée. Elle le vendra (après la mort de Colette de Jouvenel), au décorateur Jacques Grange qui en est toujours le propriétaire.
  14. Voir à ce sujet : Michel del Castillo, Colette, une certaine France, Paris, Stock, , 377 p. (ISBN 978-2-234-05161-4)
  15. Anne de Jouvenel.
  16. Colette, Lettres à sa fille : 1916-1953, Paris, Gallimard, , 535 p. (ISBN 2-07-072791-2)