Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec Équipe réserve.

En sport, un club-école, aussi appelé club ferme, est une équipe, un club ou une franchise affiliée à une autre équipe évoluant dans une ligue plus prestigieuse et relevée. Un club-école peut être lié par un contrat avec le club principal ou en être la propriété.

Ces associations ont pour but de favoriser le développement de jeunes joueurs trop tendres pour évoluer au plus haut niveau. Il est surtout présent dans le sport professionnel nord-américain. En effet, en Europe, la plupart des clubs disposent d'équipes de jeunes, alors qu'aux États-Unis, les championnats sont basés sur un système de franchises, qui ne régissent qu'une seule équipe. Il est ainsi très lié avec le système de repêchage amateur.

Dans certains sports, il existe des ligues de développement appartenant directement à la ligue-mère (par exemple la NBA avec la D-League).

Sommaire

Clubs-écoles aux États-UnisModifier

BaseballModifier

Aux États-Unis et au Canada, les clubs des ligues mineures sont sous contrat avec les franchises de la Ligue majeure de baseball. Ainsi, même s'ils ont leurs propriétaires propres, les joueurs qui évoluent sous leur couleur appartiennent pour la plupart aux clubs de la ligue majeure. Ces joueurs peuvent donc partir au gré des changements de clubs affiliés de leur employeur. Néanmoins, les clubs des ligues mineures peuvent acquérir des joueurs sans contrat, qui évoluent donc exclusivement avec eux. Beaucoup de joueurs de la MLB sont passés par les différents échelons des ligues mineures avant de faire leur trou au plus haut niveau.

Les équipes des ligues mineures se trouvent souvent dans les villes de moindre importance.

Le système actuellement connu est sorti de l'esprit de Branch Rickey. Dirigeant des Cardinals de Saint-Louis, observateur de talent, il était frustré de se voir soufflé par d'autres clubs des joueurs, évoluant pour des clubs indépendants, qu'il avait « scouté ». C'est pourquoi il décida à contrôler nombre de clubs des ligues mineures, dans le but de développer ses joueurs. Grâce à ce système de pyramide (« De la quantité vient la qualité »), les Cardinals remportent six Séries mondiales entre 1926 et 1946.

Le système de club ferme en baseball doit son existence aux « reserve clauses »[1] qui permettent aux franchises d'avoir un droit exclusif sur les joueurs qu'elles ont sous contrat.

Basket-ballModifier

Le cas du basket-ball diffère légèrement de celui du baseball. En effet, la NBA possède elle-même une ligue de développement, dans laquelle jouent les athlètes ayant un contrat avec l'une de ses équipes, mais pas de place.

Par ailleurs, à l'origine, les meilleurs joueurs de la NBA proviennent de la NCAA, ou des meilleurs championnats européens. Ainsi, peu des meilleurs joueurs passent par les ligues mineures professionnelles, faisant directement le grand saut.

Hockey sur glaceModifier

La plupart des clubs de LNH ont soit des accords, soit possèdent en propre des franchises dans les principales ligues mineures (la LAH et l'ECHL).

Cependant, seule une partie du contingent des équipes de ces ligues sont sous contrat avec les franchises de LNH. Ainsi, certains joueurs sont sous contrat uniquement avec les équipes de ligues mineures.

Football américainModifier

LA NFL est la seule des quatre principales ligues professionnelles des États-Unis à ne pas avoir de système explicite de club-école.

NASCARModifier

L'association possède deux divisions nationales dans lesquelles les jeunes pilotes peuvent faire leurs classes, avant de rejoindre les Sprint Cup Series : les Nationwide Series et les Camping World Truck Series, ainsi que d'autres séries plus locales.

Indy Racing LeagueModifier

Comme pour le NASCAR, l'Indy Racing League possède une formule de promotion appelée Indy Lights, qui se veut être un tremplin pour les IndyCar Series.

Clubs-écoles ailleurs dans le mondeModifier

CyclismeModifier

Certaines équipes professionnelles, comme la Rabobank ou Katusha possèdent des équipes de niveau continental, afin de faire passer pro de jeunes talents tout en les laissant s'aguerrir sur des courses moins cotées et moins exigeantes des circuits continentaux.

FootballModifier

Même si le football européen est basé sur des clubs possédant des équipes réserves, cela n'empêche pas certains de conclure des accords de partenariat. Ainsi, par exemple, le club suisse de Grasshopper a conclu un accord[2] avec le FC Schaffhouse, club évoluant en Challenge League.

Sports automobilesModifier

Formule 1Modifier

Grâce à leur propriété de la part de la FIA, les catégories de GP2 et de GP3 peuvent être considérées comme des divisions de développement vis-à-vis de la Formule 1. En effet, nombre de pilotes se sont d'abord distingués dans ces antichambres avant de faire leurs preuves en F1. D' autres part plusieurs écuries ont des liens étroits qui leur permettent de placer leur jeunes pilotes comme Ferrari avec anciennement Sauber(devenu Alfa Romeo cet inter-saisons) ou Mercedes avec ses clients Williams (qui a accueilli Patrick werlhein) ou la défunte force India qui eu le jeune français Esteban Ocon). Toutefois, il existe aussi le propriétaire qui a plusieurs écuries comme Toro Rosso et Red Bull Racing qui appartiennent toutes le deux a Dieter matesichtz.la première servant d'auto-école a la seconde. Ce dernier cas n'est pas nouveau, Fernando Alonso, lui même, a commencé chez minardi alors que son manager, Flavio Briatore, avait des parts dans le écurie tout en gérant l'écurie Benetton qui deviendra Renault F1.

RallyeModifier

Dans le même ordre d'idées, la FIA a créé, en 2001, le Championnat du monde des rallyes junior, pour les jeunes pilotes, en complément du Championnat du monde des rallyes.

MotocyclismeModifier

VitesseModifier

Depuis quelques années, les différentes catégories (125 cm3 au niveau national, Moto3, Moto2) sont des passages obligés pour les pilotes avant d'atteindre les MotoGP.

MotocrossModifier

Comme pour le championnat de vitesse, le championnat du monde de motocross est divisé en trois catégories, avec notamment une classe biberon : le MX2, qui sert de tremplin au MX1.

Notes et référencesModifier

  1. (en) Voir l'article correspondant sur la Wikipédia anglophone
  2. Partenariat entre GC et Schaffhouse

SourcesModifier