Ouvrir le menu principal

Classe Flyvefisken[1]
Image illustrative de l'article Classe Flyvefisken
Le P555 Støren configuré en patrouilleur.
Standard Flex 300 ou StanFlex 300
Classe Tejo
Caractéristiques techniques
Type Navire militaire polyvalent
Longueur 54 m
Maître-bau 9 m
Tirant d'eau 2.60 m
Déplacement 320 t
À pleine charge ~ 450 t
Propulsion
Vitesse 30 nœuds (55 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement
Rayon d’action 2400 nautiques (4450 km) à 18 nœuds (33 km/h)
Autres caractéristiques
Équipage 19 à 29
Histoire
Constructeurs Danyard A/S Aalborg
A servi dans Pavillon de la marine royale danoise Marine royale danoise
Pavillon de la marine portugaise Marine portugaise
Logo de la marine lituanienne Marine lituanienne
Période de
construction
1987 à 1996
Période de service Depuis 1989
Navires construits 14
Navires en activité 9
Navires démolis 1

La classe Flyvefisken, aussi connue sous le nom de Standard Flex 300 (ou StanFlex 300), est une série de 14 navires multi-missions construits par Danyard A/S à Aalborg pour la Marine royale danoise et entrés progressivement en service dans les années 1990. D'un gabarit de 320 tonnes, ils se distinguent par leur capacité à se configurer pour une mission au moyen de conteneurs standardisées StanFlex portant des équipements et systèmes d'armes spécifiques. Installés dans 4 casiers aménagés dans la coque, ils sont interchangeables en quelques heures. Selon la combinaison choisie, un Flyvefisken deviendra alors un patrouilleur de surveillance, un navire lance-missiles, un bâtiment de lutte anti-sous-marine, un chasseur ou un mouilleur de mines. À partir de 2006, plusieurs unités sont revendues aux marines lituanienne puis portugaise (sous le nom de classe Tejo), tandis que les autres sont retirées du service ou transformée en bateau de soutien à la plongée.

ConceptionModifier

 
Les Flyvefisken sont polyvalents grâce à l'interchangeabilité des modules StanFlex.

La classe Flyvefisken est développée dans les années 1980 pour remplacer 6 vedettes torpilleur (classe Søløven), 8 patrouilleurs (classe Daphne) et 8 chasseurs de mines (MSC-60) par un nombre plus réduit d'unités identiques, sa principale caractéristique est donc la polyvalence. Cependant, jaugeant 320 tonnes de déplacement à vide pour 54 m de long, ses capacités d'emport sont relativement réduites. Aussi est elle conçue de façon modulaire pour pouvoir s'adapter à plusieurs besoins opérationnels, à savoir la patrouille de surveillance, la lutte antinavire, antiaérienne ou anti-sous-marine, le mouillage de mines ou le déminage. Cette versatilité repose sur le système Standard Flex, un ensemble de conteneurs standardisés incluant chacun un équipement nécessaire à l'une de ces missions, et dont tous les Flyvefisken peuvent recevoir 4 exemplaires (1 à la proue, 3 sur le pont arrière). La configuration de conteneurs choisie permet alors de spécialiser un navire, dont l'équipage initial est porté de 19 à jusqu'à 29 marins pour les mettre en œuvre. Le déplacement augmente également pour atteindre 450 à 500 tonnes, il autorise une vitesse maximale de 30 nœuds (55 km/h) et une autonomie de 2400 nautiques (4450 km) à 18 nœuds (33 km/h). La propulsion utilisée combine 2 moteurs diesel MTU 16V 396TB94 et une turbine à gaz General Electric LM500 de 5450 ch. Tous les bâtiments emportent des radars de surveillance, de navigation et de conduite de tir ainsi qu'un sonar actif à haute fréquence dans leur coque, coordonnés par un système d'armes à architecture ouverte conçu par Saab Systems et Terma Elektronic[2],[3].

Le système Standard FlexModifier

 
Un module StanFlex une fois déchargé, ici le sonar tracté à immersion variable.

Le système Standard Flex, ou StanFlex, est développé à partir du début des années 1980 par le groupe industriel Naval Team Denmark, composé de 14 entreprises, pour la Marine danoise et plus particulièrement la classe Flyvefisken. C'est un concept d'équipement modulaire permettant d'installer sur un navire des éléments à la fonction spécifique, mais interchangeables grâce à une structure standardisée. Ils sont constitués d'une base commune, qui prend la forme d'un conteneur en acier inoxydable de 3 m par 3,5 m sur 2,5 m de haut, emportant tout le nécessaire pour se connecter au système et fonctionner immédiatement ; interface réseau, communications, alimentation électrique, ventilation et refroidissement. Sur celle-ci est monté l'armement ou le dispositif de mission spécialisé, dont plus d'une dizaine de variantes existent. Chaque module peut être chargé ou déchargé en moins d'une heure au moyen de n'importe quelle grue de levage d'une capacité d'au moins 15 tonnes[2],[3].

Bien que précurseur d'une vingtaine d'années sur certains programmes comme le Littoral Combat Ship de l'US Navy qu'il a inspiré, le StanFlex s'est avéré trop complexe et onéreux sur les Flyvefisken pour la Marine danoise. Elle a donc tout d'abord assigné les navires à un rôle unique et permanent (en 2005), puis les a progressivement retiré du service[4]. En revanche, le réemploi sur ses autres navires de la centaine de modules fabriqués, notamment sur les classes Thetis, Knud Rasmussen, Iver Huitfeldt et Absalon, pérennise le concept en permettant des économies d'équipement substantielles.

Type de module[5] Équipement[2] Quantité[5]
Missile antinavire 2 lanceurs quadruples pour Boeing AGM-84 Harpoon de 120 km de portée 10
Missile sol-air 6 lanceurs verticaux mk 48 mod 3 pour RIM-7 Sea Sparrow de 14 km de portée 20
Canon 1 Otomelara Super Rapid de 76 mm, 16 km de portée 19
Lance-torpilles anti-navires 2 tubes lance-torpilles de 533 mm pour Bofors TP613 filoguidées 4
Lance-torpilles anti-sous-marines Tubes lance-torpilles de 323,7 mm pour EuroTorp MU90 Impact
Sonar tracté Sonar actif/passif à immersion variable Thales Underwater Systems TMS 2640 4
Deminage Systèmes pour opérer 2 ROVs ou 2 drones de surface remorquant un sonar 5
Mines marines (hors StanFlex) 2 rails pour mise à l'eau de 60 mines ou charges anti-sous-marines
Grue Grue hydraulique pour mise à l'eau d'un bateau semi-rigide ou de mines marines 22
Instruments océanographiques 2
kit de dépollution 3
Surveillance 1
Volume de stockage 14
Guerre électronique 1

Les naviresModifier

Le Danemark acquiert en définitive 14 navires, leur construction puis leur mise en service s'étalent sur 10 années, de 1986 à mai 1996. Les restrictions budgétaires contraignent néanmoins la marine à les retirer prématurément du service à partir d'aout 2006[6], le Sværdfisken est démolis l'année suivante[2], seul le HDMS Søløven est conservé et converti en bâtiment base pour plongeurs démineurs[4]. Cependant, la Lituanie rachète 3 des unités entre 2008 et 2010, puis une quatrième en 2016 (à 6,5 millions d'euros), pour remplacer ses patrouilleurs de classe Storm et assurer des missions de souveraineté dans sa ZEE en mer Baltique[7]. C'est également le cas du Portugal qui se porte acquéreur de 4 des bâtiments pour la somme de 25 millions d'euros en 2014, ils sont livrés l'année suivante et sont modernisés pour succéder à la classe Cacine et au NRP Schultz Xavier comme patrouilleurs[8].

Nom N° de coque Lancement Entrée en service Retrait du service Transfert Rebaptisé Statut (2017)
HDMS Flyvefisken P550 26 avril 1986 19 décembre 1989 30 mai 2008   Marine lituanienne en 2008 LNS Žemaitis (P11) En service
HDMS Hajen P551 6 décembre 1988 19 juillet 1990 23 janvier 2009   Marine lituanienne en 2009 LNS Dzūkas (P12) En service
HDMS Havkatten P552 30 mai 1989 1er novembre 1990 12 janvier 2012   Marine lituanienne en 2016 LNS ? (P15) En service
HDMS Laxen P553 17 octobre 1989 22 mars 1991 2010 Désarmé
HDMS Makrelen P554 7 mars 1990 1er octobre 1991 2010 Désarmé
HDMS Støren P555 14 décembre 1990 22 avril 1992 2010 Désarmé
HDMS Sværdfisken P556 1er septembre 1991 1er février 1993 2 aout 2006 Démolis en 2007
HDMS Glenten P557 1992 29 avril 1993 2010   Marine portugaise en 2015 NRP Mondego (P 592) En service
HDMS Gribben P558 1992 1er juillet 1993 2010 Désarmé
HDMS Lommen P559 1993 21 janvier 1994 29 janvier 2010   Marine lituanienne en 2010 LNS Aukštaitis (P14) En service
HDMS Ravnen P560 1994 17 octobre 1994 2010   Marine portugaise en 2015 NRP Douro (P 591) En service
HDMS Skaden P561 1994 10 avril 1995 2010   Marine portugaise en 2015 NRP Guadiana (P 593) En service
HDMS Viben P562 1995 15 janvier 1996 2010   Marine portugaise en 2015 NRP Tejo (P 590) En service
HDMS Søløven P563 6 juin 1995 28 mai 1996 Transformé en navire de

soutien à la plongée en 2012

Nouveau n° de coque :

Y311

En service

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (en) Johnny E. Balsved, « FLYVEFISKEN Class (1989- ) », sur Danish Naval History, (consulté le 2 mars 2017).
  2. a b c et d (en) « Flyvefisken Class (SF 300), Denmark », sur Naval Technology (consulté le 2 mars 2017).
  3. a et b (en) « Flyvefisken-class STANFLEX 300 ships », sur Global Security (consulté le 2 mars 2017).
  4. a et b « Le marine danoise a désarmé tous ses patrouilleurs du type Stanflex 300 », sur Mer et Marine, (consulté le 9 mars 2017)
  5. a et b (en) Richard Scott, « Flexing a snap-to-fit fleet », Jane's Defence Weekly,‎
  6. (en) « Flyvefisken, Coastal Patrol Craft », sur WorldWarships (consulté le 2 mars 2017).
  7. (en) « Fourth ex-Danish Navy Flyvefisken-class Patrol Vessel Transferred to Lithuanian Navy », sur Navy Recognition, (consulté le 10 mars 2017).
  8. (en) « Portugal to buy four Danish ships for €25 million », sur The Portugal News Online, (consulté le 10 mars 2017).