Ouvrir le menu principal

AGM-84 Harpoon

Missile anti-navire américain

AGM-84 Harpoon
Image illustrative de l’article AGM-84 Harpoon
Harpoon tiré depuis un sous-marin
Présentation
Type de missile missile anti-navire
Constructeur Boeing Integrated Defense Systems
Déploiement 1977
Caractéristiques
Image illustrative de l’article AGM-84 Harpoon
Moteur Booster à propergol solide et turboréacteur
Masse au lancement 691 kg
Longueur 3,8 m
Diamètre 0,34 m
Portée 127 km
Charge utile 221 kg
Guidage Actif radar
Plateforme de lancement Avion, navire, sous-marin
Tir d'un missile AGM-84 Harpoon à partir d'un navire

Le Harpoon est un missile anti-navire transhorizon longue portée (Beyond Visual Range - BVR : « Au-delà de la portée visuelle ») tout-temps, développé à l'origine par la société américaine McDonnell Douglas à partir de 1970[1]. Son premier tir a lieu le [2]. Son développement et sa production ont été repris par Boeing Integrated Defense Systems. En 2004, Boeing a livré le 7 000e Harpoon depuis l'entrée en service du missile en 1977. Cette arme a également été développée dans une version de défense côtière, le Standoff Land Attack Missile (missile d'attaque au sol à distance de sécurité).

Sommaire

VecteursModifier

Le Harpoon utilise un guidage radar actif et navigue aux ras des flots pour améliorer sa survivabilité et son efficacité. Les plates-formes capables de délivrer cette arme comprennent :

  • Avions (Air Guided Missile - 84, pas d'accélérateur à poudre);
  • Navire de surface (Roof Guided Missile - 84, comprenant un accélérateur à poudre qui se détache lorsque la vitesse est suffisante pour enclencher le turboréacteur);
  • Sous-marins (Undersea Guided Missile - 84, comprenant un accélérateur à poudre, et encapsulé dans un conteneur étanche pour un lancement immergé par tubes lance-torpille) en tant que missile à changement de milieu;
  • Batteries de défense côtière (RGM-84, voir ci-dessus)

Les principaux concurrents du Harpoon sont l'Exocet français et le YingJi chinois. Il est prévu, en 2016, que son successeur, le AGM-158C LRASM (en), entre en service à partir de 2018 pour la version air-surface et 2019 pour la version surface-surface.

Harpoon Block IModifier

Le missile Harpoon RGM-84A est entré en service en 1977 après qu'un missile anti-navire Styx de construction soviétique ait coulé le destroyer israélien Eilat en 1967. Initialement développé comme missile mer-mer pour l'US Navy, la version RGM-84A lancé par avion entre en service en 1979 à bord des avions de patrouille maritime P-3 puis a été adapté en 1983 au bombardier B-52G de l'US Air Force[2], qui peut en emporter entre 8 et 12. Le UGM-84A lancé par sous-marins devient opérationnel en 1981[3].

Le Harpoon a également été adapté au F-16 Fighting Falcon, utilisé par les États-Unis et nombre de leurs alliés. La Royal Australian Air Force peut tirer cette arme depuis ses F-111C/G Aardvark, ses F/A-18C/D Hornet ou ses AP-3C Orion. La Royal Australian Navy a également déployé ce missile (version RGM-84) sur ses bâtiments de surface et (version UGM-84) sur ses sous-marins de classe Collins. La Force aérienne espagnole et la Marine chilienne sont également des utilisatrices de la version AGM-84D et peuvent l'utiliser depuis leurs F-16, P-3 (AGM-84) ou depuis des bâtiments de surface (RGM-84). La Royal Navy anglaise pour sa part, l'utilise sur ses bâtiments de surface (RGM-84), ses sous-marins (UGM-84) ou ses avions de patrouille maritime Nimrod MR2.

Harpoon Block IIModifier

Produit par l'usine Boeing de Saint-Charles (Missouri), le Harpoon Block II offre une enveloppe d'engagement élargie et pouvant être tiré sur des cibles à terre[4], des contre-mesures améliorées ainsi qu'un guidage de nouvelle génération.

Les améliorations principales de la version Block II sont obtenues en adaptant la centrale inertielle du Joint Direct Attack Munition (JDAM, Munition d'attaque directe commune), ainsi que de nouveaux logiciels, ordinateurs, et systèmes de guidage, tirés de la version SLAM-ER, version amélioré du SLAM, lui-même dérivé du Harpoon.

La Marine royale danoise a été le premier client à l'export pour le Harpoon block II. Elle a commandé 50 kits de mise à jour en 1997. Tous les systèmes ont été livrés en 2002.

Caractéristiques généralesModifier

  • Fonction : Missile anti-navire lancé depuis le sol, la mer, un sous-marin ou un avion.
  • Constructeur : Boeing Integrated Defense Systems
  • Motorisation : turboréacteur Teledyne J402 de 2,9 kN de poussée, accélérateur à poudre pour les versions de surface et sous-marine.
  • Longueur :
    • Version air-mer : 3,8 m
    • Autres versions : 4,6 m
  • Poids :
    • Version air-mer : 519 kg
    • Autres versions : 628 kg
  • Diamètre : 34 cm
  • Envergure : 91 cm
  • Portée : au-delà de l'horizon
    • AGM-84D : 220 km (120 nm)
    • RGM/UGM-84D : 140 km (75 nm)
    • AGM-84E SLAM : 93 km (50 nm)
    • AGM-84F : 315 km (170 nm)
    • AGM-84H/K SLAM-ER : 280 km (150 nm)
  • Vitesse : 850 km/h (460 kt)
  • Guidage : Altimètre radar, guidage final par radar actif
  • Charge militaire : ogive pénétrante de 221 kg à haute déflagration
  • Coût unitaire : 720 000 $ US
  • Dates d'entrée en service :
    • RGM-84 A : 1977
    • AGM-84 A : 1979
    • UGM-84 A : 1981
    • AGM-84E SLAM : 1990
    • AGM-84H SLAM-ER : 1998
    • AGM-84K SLAM-ER ATA: 2002

UtilisationModifier

 
Frégate Type 23 HMS Iron Duke tirant un missile Harpoon

Il a été utilisé au combat pour la première fois par l'Iran en 1980 lors de la guerre Iran-Irak, puis par l'US Navy contre des patrouilleurs libyens en 1986 puis lors de la bataille des plates-formes pétrolières Sassan et Sirri en 1988 contre des navires iraniens. Un missile d’exercice non armé a tué un marin d'un navire marchand indien qui se trouvait dans une zone d'exercices en décembre 1988.

Opérateurs militairesModifier

  Australie
  Belgique
  Brésil
  Canada
  Chili
  Danemark
  Égypte
  Allemagne
  • Deutsche Marine
    • Frégates classe Sachsen (F124)
    • Frégates classe Bremen (F122)
  Finlande
  Grèce
  • Marine hellénique
    • Frégates classe Elli
    • Frégates classe Hydra
    • Sous-marin Type 209, classe Glafkos (1100) et classe Poseidon (1200)
    • Sous-marin classe Papanikolis Type 214
  Inde
  Indonésie
  Iran
  Israel
  Japon
  Corée du Sud
  Malaisie
  • Royal Malaysian Air Force
  Mexique
  Pays-Bas
  Pakistan
  • Marine Pakistanaise
  Pologne
  • Marine Polonaise
  Portugal
  Arabie saoudite
  Singapour
  Espagne
  Taïwan
  Thaïlande
  Turquie
  Émirats arabes unis
  Royaume-Uni
  États-Unis

RéférencesModifier

  1. René Carpentier, Les missiles tactiques, Eurosae, , 336 p. (lire en ligne), p. 159.
  2. a et b (en) « AGM/RGM/UGM-84 Harpoon Missile », sur Boeing (consulté le 4 janvier 2017).
  3. (en) Andreas Parsch, « Boeing (McDonnell Douglas) AGM/RGM/UGM-84 Harpoon », sur www.designation-systems.net, (consulté le 4 janvier 2017).
  4. (en) Stelios Kanavakis, « Royal Canadian Navy Test-Fires Harpoon Block II Missile Against Ground Target », sur http://www.navyrecognition.com/, (consulté le 24 juin 2016).
  5. « Les États-Unis vont vendre 200 missiles à la Finlande dans un contexte de tensions avec la Russie », sur 20 Minutes, (consulté le 29 mars 2018).
  6. (en) « US agrees to sell 22 Harpoon missiles to India for $200 Mn », IANS, sur news.biharprabha.com (consulté le 14 octobre 2014)
  7. (en) Ben Farmer, « Royal Navy to lose missiles and be left only with guns », sur The Daily Telegraph, (consulté le 17 novembre 2016)
  8. Michel Cabirol, « Et si la Grande-Bretagne achetait le missile anti-navire Exocet ? », sur La Tribune, (consulté le 9 mars 2019).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier