Ouvrir le menu principal

Citizen Cohn, le persécuteur

film américain de 1992 réalisé par Frank Pierson
(Redirigé depuis Citizen Cohn)
Citizen Cohn, le persécuteur
Titre original Citizen Cohn
Réalisation Frank Pierson
Scénario David Franzoni
Sociétés de production Home Box Office (HBO)
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film dramatique
Durée 111 minutes
Sortie 1992

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Citizen Cohn, le persécuteur (titre original : Citizen Cohn) est un téléfilm américain sorti en 1992, réalisé par Frank Pierson recouvrant la vie de Roy Cohn l'avocat controversé de Joseph McCarthy. James Woods, qui interprète Cohn, a été nommé aux Emmys et aux Golden Globes pour sa performance. Citizen Cohn met également en vedette Joe Don Baker (McCarthy), Ed Flanders (l'ennemi juré de Cohn, l'avocat Joseph Welch), Frederic Forrest (l'écrivain Dashiell Hammett) et Pat Hingle (J. Edgar Hoover le mentor ponctuel de Cohn). Le téléfilm a été tourné sur place à Pittsburgh en Pennsylvanie.

En France, le téléfilm a été diffusé le [1] dans le cadre d'une soirée «Thema» consacrée au maccarthysme: «Un cauchemar américain» sur Arte.

Sommaire

SynopsisModifier

Le téléfilm couvre la vie de Cohn; de l'enfance à son ascension au pouvoir comme bras droit de McCarthy dans le sous-comité interne de sécurité du Sénat, à son éventuel discrédit public un mois avant sa mort en 1986 due au sida. Il est dit dans la plupart des flashbacks lorsque Cohn se meurt dans un hôpital de Virginie au cours de ses hallucinations que ses nombreux ennemis (de Robert Kennedy à Ethel Rosenberg condamnée en tant qu'espionne communiste, envoyée à la chaise électrique) le hantent. Le téléfilm traite des aspects de la vie de Cohn comme son homosexualité cachée et l'importance de sa culpabilité dans le retour de la "peur du rouge" dans les années 1950. Le film dépeint Cohn comme un personnage antipathique, bien qu'il présente également d'autres épisodes de sa vie, au cours desquels il se montre plus sensible, plus compatissant. Notamment à la mort de sa mère bien-aimée.

DistributionModifier

Notes et référencesModifier

  1. [1] sur humanite.fr

Lien externeModifier