Ouvrir le menu principal

Chuuk

état des États fédérés de Micronésie
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne l’État. Pour la langue, voir Chuuk (langue).
Ne doit pas être confondu avec Îles Truk.

Chuuk
Drapeau de Chuuk
Drapeau
Administration
Pays Drapeau des États fédérés de Micronésie États fédérés de Micronésie
Capitale Weno
Démographie
Population 48 651 hab. (2010)
Densité 419 hab./km2
Géographie
Coordonnées 7° 25′ nord, 151° 47′ est
Altitude Min. 0 m
Superficie 11 620 ha = 116,2 km2
Divers
Langues Chuuk
Localisation
Localisation de Chuuk
Carte de l'État

Chuuk est un des quatre États qui forment les États fédérés de Micronésie en Océanie. Chuuk est un terme de la langue locale, du groupe micronésien, qui signifie « montagne ». Jusqu'en 1990, en raison d'une mauvaise prononciation de ce mot, à l'américaine, l'État était connu sous le nom de « Truk », dénomination réservée désormais au principal atoll de l'État. Avec une population de 48 651 habitants en 2010 (appelés les Chuukois, anciennement Trukois), c'est le plus peuplé des quatre États du pays.

GéographieModifier

Localisation et frontièresModifier

Géologie et topographieModifier

 
Image satellite des îles Truk, le principal archipel de Chuuk.
 
Carte des îles Truk, le principal archipel de Chuuk.
 
Plongeurs photographiant des obus d'artillerie immergés non explosés dans la cale de l'épave du Yamagiri Maru dans le lagon des îles Truk.

Chuuk est situé au centre des États fédérés de Micronésie, entre les États de Yap à l'ouest et Pohnpei à l'est, et à environ 1 000 km au sud-est de Guam. Constitué de plusieurs îles et archipels, il tire son nom du principal d'entre eux, les îles Truk, qui abritent Weno, la capitale. Les deux principales subdivisions géographiques et dialectales sont Faichuk (ou Faichuuk) à l'ouest ; et les Namoneas (ou Nomoneas) à l'est. L'État de Chuuk comprend également des îles extérieures, nettement moins habitées, comme les îles Mortlock au sud-est, les îles Hall (ou Pafeng ou Paafang) au nord, Namonuito (îles Magur) au nord-ouest et la région de Pattiw à l'ouest.

D'une superficie de 116,2 km2, Chuuk est peuplé de 48 651 habitants, ce qui en fait l'État le plus peuplé des États fédérés de Micronésie. Le tourisme, particulièrement la plongée sous-marine parmi les multiples épaves du lagon, constitue une des principales sources de revenus de Chuuk. Elle a pour code « FM.CH ».

ClimatModifier

Faune et floreModifier

Les eaux du lagon de Truk servent d'habitat à 700 variétés de poissons. Cette richesse est menacée par les nombreuses pêches à la dynamite pratiquées dans les environs[1].

HistoireModifier

Les îles de Chuuk sont découvertes en 1528. Les sociétés aborigènes y sont alors principalement matriarcales[2].

Autrefois intégrée dans le territoire sous tutelle des îles du Pacifique, Chuuk est depuis l'indépendance en 1986 l'un des quatre États des États Fédérés de Micronésie, les autres étant Kosrae, Pohnpei et Yap.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le , une partie importante de la marine impériale japonaise basée dans le lagon des îles Truk est détruite au cours de l'opération Hailstone en représailles aux frappes sur Pearl Harbor[1].

Les nouveaux États fédérés de Micronésie, dont Chuuk, signent en 1982 avec les États-Unis un accord-cadre de libre-association (le Traité de libre-association) qui entre en vigueur le . Après ratification de la fin de la tutelle par le Conseil de sécurité des Nations unies, le , les FSM adhèrent aux Nations unies le .

Un mouvement séparatiste vis-à-vis des États fédérés de Micronésie existe dans les Îles Faichuk. Il a pris une plus grande ampleur à partir de 2014 en s'étendant à l'ensemble de l'état de Chuuk. Le (le même jour que les élections législatives) devait se tenir un référendum sur l'indépendance de Chuuk du reste de la Micronésie, il a été repoussé à mars 2019. Les défenseurs de l'indépendance reconnaissent que si Chuuk peut se passer des FSM, l'État ne peut pas se passer de son accord-cadre avec les États-Unis[3].

Politique et administrationModifier

Organisation des pouvoirsModifier

Découpage territorial et décentralisationModifier

L'État de Chuuk est composé de quatre districts : Oksoritod, Faichuk, les districts des îles Mortlocks, des Namoneas du Sud et des Namoneas du Nord. Les résultats détaillés du recensement de 2010 ne sont pas encore disponibles. La population des municipalités de Paata, Polle et Wonei fut parfois rattachée à celle de Tol, les municipalités de Fono et Pis-Panewu à celle de Weno. Les chiffres en italiques correspondent à la population des municipalités regroupées, ceux entre parenthèses à la population spécifique indépendamment du regroupement.

Municipalité[4] District Superficie (km2) 1958 [5] 1967 [6] 1970 [7] 1973 [8] 1980 [9] 1989 [10] 1994 [11] 2000[12] 2010 [13]
Eot Faichuk 0.49 184 217 237 192 181 279 361 382
Ettal Mortlocks 1.893 268 298 84 266 446 420 356 267
Fanapanges Faichuk 1.57 261 306 312 341 401 447 606 681
Fananu Oksoritod 1 104 155 159 179 235 238 320 355
Fefan Namoneas du Sud 13.2 1 546 2 042 1 688 2 478 3 076 3 902 4 042 4 062
Fono Namoneas du Nord 1 Weno Weno Weno Weno Weno Weno 482 397
Kutu Mortlocks 478 496 506 383 483 423 633 873
Losap Mortlocks 1.025 453 452 - 438 587 475 455 448
Lukunor ou Lekinioch Mortlocks 1.28 493 549 554 505 666 745 802 927
Magur Oksoritod 0,47 31 50 73 66 97 121 151 156
Moch Mortlocks 392 515 425 443 632 604 837 854
Murilo Oksoritod 1.287 171 235 239 203 325 296 551 607
Nama Mortlocks 0.784 689 534 - 702 1 021 897 881 995
Namoluk Mortlocks 0.834 250 306 384 263 324 310 402 407
Nomwin Oksoritod 1.854 226 279 292 293 322 386 746 711
Onari ou Unanu Oksoritod 0.26 41 37 27 47 75 80 131 178
Oneop Mortlocks 1 411 427 489 404 480 534 550 505
Onou Oksoritod 0.31 40 38 54 41 59 91 118 182
Paata Faichuk 4.41 478 Tol Tol 689 Tol Tol 1 825 1 950
Parem Namoneas du Sud 1 101 134 181 203 225 350 375 345
Pis-Emwar ou Pis-Losap Mortlocks 181 213 236 226 240 320 448 427
Pis-Panewu Namoneas du Nord Weno (198) Weno Weno Weno Weno Weno 490 523
Pisaras ou Piherarh Oksoritod 0,8 59 67 83 111 118 139 165 227
Polle Faichuk 9.38 565 Tol Tol 827 Tol Tol 1 320 1 851
Pulap Oksoritod 0.992 207 304 322 316 427 315 710 905
Pulusuk ou Houk Oksoritod 2.805 235 290 331 265 205 346 494 451
Puluwat Oksoritod 3.4 288 410 378 435 441 477 688 1 015
Romanum Faichuk 0.75 240 283 305 375 462 679 711 1 011
Ruo Oksoritod 1 133 184 168 180 293 398 397 469
Satawan Mortlocks 5.13 421 508 430 826 767 885 823 955
Ta Mortlocks 188 249 224 229 295 291 284 253
Tamatam Oksoritod 1 94 128 159 154 188 226 279 365
Tol Faichuk 10.32 3 624 (2 202) 4 486 2 211 5 439 (3 401) 6 705 8 346 4 816 5 129
Tonowas ou Dublon Namoneas du Sud 8.8 1 528 2 021 2 090 2 558 3 223 3 870 3 949 3 910
Tsis Namoneas du Sud 1 180 244 197 241 324 438 476 490
Udot Faichuk 4.93 623 874 558 930 1 082 1 513 1 598 1 774
Ulul ou Onoun Oksoritod 2.54 187 242 271 375 434 513 436 598
Uman Namoneas du Sud 1 430 1 621 1 588 1 891 2 298 2 895 3 056 2 847
Weno Namoneas du Nord 18.8 4 367 5 913 - 9 568 10 351 15 622 16 121 13 802
Wonei Faichuk 10.05 379 Tol Tol 521 Tol Tol 1 434 1 271

ÉlectionsModifier

La séparation des pouvoirsModifier

  • Pouvoir exécutif
  • Pouvoir législatif
  • Pouvoir judiciaire
  • La constitution

Le gouvernementModifier

Finances publiquesModifier

Travail législatifModifier

Symboles de l'ÉtatModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Pyramide des âges de l'État de Chuuk[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
200 
75+
358 
171 
70-74
254 
235 
65-69
276 
511 
60-64
512 
800 
55-59
777 
948 
50-54
1 005 
1 166 
45-49
1 147 
1 201 
40-44
1 267 
1 357 
35-39
1 343 
1 692 
30-34
1 442 
1 899 
25-29
1 796 
2 470 
20-24
2 127 
3 078 
15-19
2 831 
3 109 
10-14
2 946 
2 966 
5-9
2 780 
3 031 
0-4
2 956 

Immigration, population étrangère et minorités visiblesModifier

Famille, sexualité et égalité des sexesModifier

Les familles Chuuk s'organisent autour de l'axe frère-sœur[2].

Ancestralement matriarcales, les familles Chuuk portent une attention toute particulière aux petites lèvres vaginales (des filles) dès leur plus jeune âge[pas clair][2].

LanguesModifier

La langue locale est le chuuk qui fait partie des Langues micronésiennes.

ReligionsModifier

ÉducationModifier

SantéModifier

MédiasModifier

SportModifier

Engagement associatifModifier

ÉconomieModifier

Revenus de la population et développement humainModifier

EmploiModifier

Principaux secteurs d'activitéModifier

L'économie de Chuuk repose principalement sur le tourisme. 3 000 voyageurs visitent Chuuk chaque année (2016)[1].

Les attaques américaines sur la flotte japonaise en 1944 fut telle qu'aujourd'hui le lagon de Truk constitue le plus grand cimetière militaire sous-marin au monde (60 navires et 400 avions éparpillés sur des kilomètres), ce qui attire des plongeurs du monde entier. Les conditions de plongée y sont d'ailleurs très bonnes (visibilité 15−40 mètres, variations de profondeur, courants mineurs, 700 variétés de poissons, coraux généreux). Cette source de revenus est cependant mise en péril par des questions de préservation, des carcasses qui se désintègrent rapidement à la pêche à la dynamite qui détruit rapidement des pans entiers du cimetière[1].

CultureModifier

Jours fériésModifier

Code ÉtatModifier

Selon la norme ISO 3166-1 (liste des codes pays), code alpha-2, Yap a pour code « FM.TRK ».

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. a b c et d Ludivine Trichot, Le plus grand cimetière sous marin du monde en Micronésie, www.leparisien.fr, 17 juillet 2017 (consulté le 3 décembre)
  2. a b et c Frédéric Lewino, Le tour du monde du sexe : la beauté des petites lèvres vaginales sur les îles de Chuuk, www.lepoint.fr, 9 août 2017 (consulté le 3 décembre 2017)
  3. (en) Ben Bohane, Island of Chuuk looking to break free from Federated States of Micronesia, Abc.net.au, 11 avril 2016 (consulté le 2 décembre 2017)
  4. (en) « Statoids - Municipalities of the Federated States of Micronesia » (consulté le 18 décembre 2010)
  5. (en) http://www.pacificweb.org/DOCS/Trust%20TerritoriesPI/1958%20Census%20tables.pdf
  6. (en) http://www.pacificweb.org/PDF/FSM/chuuk89.pdf Se reporter au tableau récapitulatif
  7. (en) http://www.pacificweb.org/DOCS/fsm/Yap/1980%20Yap%20Census.pdf Se reporter au tableau récapitulatif
  8. (en) http://www.pacificweb.org/DOCS/Trust%20TerritoriesPI/1973%20Trust%20Territory%20of%20Pacific%20Islands/1973%20Trust%20Territory%20Pop.pdf
  9. (en) http://www.pacificweb.org/DOCS/fsm/Yap/1980%20Yap%20Census.pdf
  10. (en) http://www.pacificweb.org/PDF/FSM/chuuk89.pdf
  11. (en) http://www.pacificweb.org/DOCS/fsm/1994CensusTables2.htm
  12. (en) http://pacificweb.org/DOCS/fsm/Yap2000Census/2000%20Yap%20Census%20Report_Final.pdf
  13. (en) http://www.sboc.fm/index.php?id1=Vm0xMFlWWXhWWGhTYmxKV1YwZFNUMVpzV21GVk1WbDNXa2M1VmxKdGVGbGFWVnBoVlVaV1ZVMUVhejA9
  14. (en) 2010 FSM‐Wide census of population & housing, Yap State, Palikir, Gouvernement des États fédérés de Micronésie, , 2 p. (lire en ligne).

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :