Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur les redirections « Cherokee » redirige ici. Pour les autres significations, voir Cherokee (homonymie).
Cherokees
Description de l'image Cherokees.jpg.

Populations significatives par région
Drapeau de l'Oklahoma Oklahoma 215 632 (2015)[1]
Drapeau de la Californie Californie 127 332 (2015)[1]
Population totale 1 108 037 (2015)[1]
Autres
Langues Anglais, cherokee
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de l’aire cherokee actuelle en Oklahoma.

Les Cherokees[2] (ᎠᏂᏴᏫᏯ ah-ni-yv-wi-ya dans la langue cherokee), sont un peuple d’Amérique du Nord qui habitait dans l’est et le sud-est des États-Unis avant d’être forcé à se déplacer vers le plateau d’Ozark. Les ethnologues estiment qu’il existe aujourd’hui entre 5 et 7 millions de personnes descendant des Cherokees.

Actuellement, les principales communautés sont la Cherokee Nation (en) et l’United Keetoowah Band of Cherokee Indians (en) en Oklahoma et l’Eastern Band of Cherokee Indians (en) en Caroline du Nord.

La nation est également représentée en Géorgie, en Alabama, en Arkansas, dans le Missouri et dans le Tennessee.

Pour certains, le cœur spirituel de la nation est la Keetoowah Nighthawk Society.

ÉtymologieModifier

À l’origine, les Cherokees s’auto-désignaient Aniyunwiya, mais étaient appelés par les Creeks Tsalagi, nom qu’eux-mêmes ont adopté et déformé au cours du temps en Cha-ra-gi et en Cherokee.

HistoireModifier

Selon leur tradition orale, les Cherokees, parlant une langue iroquoienne, auraient migré vers le Sud-Est des États-Unis depuis la région des Grands Lacs, où l’on retrouve différents peuples iroquois[3]. L’archéologie ne permet de les distinguer des autres amérindiens pendant cette longue période.

De 1736 à 1743, l’utopiste allemand Christian Priber se rend en territoire cherokee et organise en tant que « premier ministre » la résistance autochtone face aux colons anglais. À cette époque, les Cherokees sont déjà christianisés, en partie métissés et font partie de l’organisation dite des « Cinq tribus civilisées ».

À l’époque de la guerre d'indépendance des États-Unis, les violations répétées des traités par les colons blancs poussent une minorité de Cherokees à « prendre le sentier de la guerre ». Ces dissidents, nommés les Chickamaugas et menés par le chef Dragging Canoe, s’allient avec les Chaouanons et les britanniques pour mener des raids contre les établissements des colons américains.

John Ross (Koowescoowe en langue cherokee) est un des personnages importants dans l’histoire de la nation cherokee. Son père émigre d’Écosse avant la révolution américaine. Sa mère, également fille d’Écossais, possède un quart de sang cherokee. John Ross commence sa carrière publique en 1809. Comme l’autorise la constitution de l’époque, la Nation Cherokee est créée en 1820, avec des représentants officiels élus, et John Ross est nommé le chef de la nation en 1828, et le reste jusqu’à sa mort.

 
Sceau de la Nation Cherokee.
 
Drapeau des Cherokees (Oklahoma).

Les Cherokees ont été déplacés de force de leurs terres ancestrales vers le Territoire indien en Oklahoma, principalement à cause de la ruée vers l'or aux environs de Dahlonega dans les années 1830. La déportation du peuple cherokee porte le nom de Piste des Larmes. Une fois arrivés dans ce territoire moins fertile, aux eaux plus rares et au climat plus contrasté que leur terre d'origine des Carolines et du nord de la Géorgie, les tensions s’aggravent et la suspension de la « Loi du Sang » cherokee est ignorée. Le , après l’ajournement d’une assemblée tribale, plusieurs des plus importants signataires du Traité de New Echota sont assassinés, y compris le rapporteur de la « Loi du Sang », Major Ridge, ainsi que John Ridge et Elias Boudinot. C’est le début d’une guerre civile de 15 ans parmi les Cherokees. Un des survivants notables, Stand Watie, devient général confédéré pendant la guerre de Sécession. Les Cherokees sont une des Cinq tribus civilisées qui ont signé des traités, et ont été reconnus par les États confédérés d'Amérique.

D’autres Cherokees, dans l’ouest de la Caroline du Nord, ont servi au sein de la « Thomas' Legion », une unité d’environ 1 100 hommes d’origines cherokee et blanche, combattant principalement en Virginie, où leur réussite est impressionnante. La « Thomas' Legion » fut la dernière unité confédérée à se rendre en Caroline du Nord, à Waynesville, le .

Avant la guerre de Sécession, les Cherokees, comme d’autres peuples autochtones du sud des États-Unis, avaient des esclaves. Initialement issus d’autres tribus amérindiennes vaincues par les Cherokees, ils ont pu aussi être d’origine africaine et issus du commerce esclavagiste blanc. Les esclaves ont été libérés à la fin de la guerre, mais nombre d'entre eux sont alors restés dans les nations où ils vivaient, et se sont métissés. Les blancs américains, traditionnellement adeptes de l’idéologie de la ségrégation basée sur la « table des peuples » issue de la malédiction de Canaan (Genèse 9:27), considèrent tout métis ou mulâtre ayant une ascendance africaine, même très partielle, comme noir.

Les Cherokees d’Oklahoma ont perdu le droit d’élire leur propre chef en 1907 lorsque l’Oklahoma est devenu un État blanc. Divers dirigeants sont désignés par les présidents jusqu’en 1970, lorsque les Cherokees ont récupéré le droit d’élire leur gouvernement, grâce à un décret du Congrès signé par le président Richard Nixon. W. W. Keeler a été le premier chef élu des Cherokees d’Oklahoma, il a été aussi président de Phillips Petroleum. Ross Swimmer, Wilma Mankiller, Joe Byrd et actuellement Chad Smith lui ont succédé.

Le , le Conseil tribal de la Nation cherokee définit officiellement le mariage comme une union entre un homme et une femme, mettant de fait hors la loi le mariage homosexuel. Cette décision répond à une demande d’union d’un couple lesbien déposée le . Le chef Chad Corntassel Smith explique que le motif principal de cette décision est d’homogénéiser la légisation de la Nation cherokee avec celle de l’État d’Oklahoma, traditionnellement basée sur la Bible (l’Oklahoma fait partie de la « Bible Belt »). Dans le même état d’esprit, début , les Cherokees ont voté en majorité, à 77 %, pour l’expulsion des descendants, notamment métis, d’anciens esclaves afro-américains de leur nation[4].

Comme toutes les nations amérindiennes officiellement reconnues par le gouvernement des États-Unis, les Cherokees bénéficient d’avantages et de subventions, et les critiques ne voient dans ce scrutin qu’une façon d’écarter de ces avantages ceux qui ne sont pas de « pur sang » autochtone, « pur sang » d’ailleurs mythique puisque le métissage (mais avec des blancs) a commencé au XVIIIe siècle.

DémographieModifier

AnnéePop.±%
1990369 035—    
2000729 533+97.7%
2010819 105+12.3%
20151 108 037+35.3%
Source : [5],[6],[7],[1]

LanguesModifier

Article détaillé : Cherokee (langue).

TribusModifier

Tribu Membres[8],[9] Territoire État Population[10]
Cherokee Nation (en) 299 862 Cherokee OTSA   Oklahoma 511 793
United Keetoowah Band (en) 14 300
Eastern Band (en) 13 000 Qualla Boundary (en)   Caroline du Nord 9 796

Langue et alphabetModifier

 
Le syllabaire inventé par Sequoyah pour écrire le cherokee.
Article détaillé : Cherokee (langue).

Les Cherokee parlent une langue iroquoienne polysynthétique, le Tsa-la-gi qui s’écrit grâce à un syllabaire inventé par Sequoyah. Pendant des années, beaucoup de gens transcrivaient en alphabet latin ou utilisaient des polices peu adaptées pour écrire le syllabaire sur les outils informatiques. Cependant, après l’ajout récent des syllabes cherokee à Unicode, la langue cherokee est en train de vivre une renaissance de son utilisation sur Internet. Il existe un Wikipedia en cherokee.

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (en) « Cherokee tribal grouping alone or in any combination », sur factfinder.census.gov (consulté le 10 juillet 2018).
  2. Écrit le plus souvent « Cherokees » d’après l’orthographe anglaise, mais aussi plus rarement « Tchérokîs, Chérokîs, Chérakis » ou « Chérokées » en français.
  3. Mooney 1902.
  4. « Les Noirs exclus par les Cherokees », sur liberation.fr, (consulté le 13 novembre 2016).
  5. https://www2.census.gov/library/publications/decennial/1990/cp-3-7/cp-3-7-1.pdf
  6. https://www.census.gov/prod/2002pubs/c2kbr01-15.pdf
  7. (en) « The American Indian and Alaska Native Population: 2010 » [PDF], sur census.gov, US Census Bureau, .
  8. (en) « Oklahoma Indian nations pocket pictorial directory », sur digitalprairie.ok.gov (consulté le 4 novembre 2017)
  9. (en) « NC DOA : NC Tribal Communities », sur ncadmin.nc.gov (consulté le 4 novembre 2017)
  10. (en) « My Tribal Area », sur census.gov (consulté le 4 novembre 2017)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier