Territoire indien

ensemble de terres octroyées aux Amérindiens par le gouvernement des États-Unis au XIXe siècle

Le Territoire indien, ou les Territoires indiens (en anglais: Indian Territory ou Indian Territories), également connu sous l'appellation de Pays indien, est un ensemble de terres octroyées aux Amérindiens par le gouvernement des États-Unis au XIXe siècle. Ses limites sont définies par l'Indian Intercourse Act (en) de 1834.

Le Territoire indien et le Territoire de l'Oklahoma vers 1890.

HistoriqueModifier

 
Le Territoire indien, 1879.

Il trouve ses origines dans la Proclamation royale de 1763 qui confine les colonies britanniques d'Amérique du Nord à l'est des Appalaches. Ce territoire fut sans cesse rogné par la colonisation. À la suite du traité de Greenville, les États-Unis étendent leur domination sur les États actuels de l'Indiana, de l'Illinois et du Michigan. Une partie des populations de ces territoires, les Shawnee, les Miamis, et les Kickapous seront déplacées vers le Territoire indien. Les guerres de Tecumseh en 1812 ont également amené à sa création, lorsque les Amérindiens s’étaient alliés aux Britanniques avant de perdre face aux États-Unis, qui ont alors commencé une première vague de déportation des Amérindiens et d’expulsions des Britanniques. Le Territoire indien est institué à la suite de la politique de déportation des indigènes, notamment après l'adoption de l’Indian Removal Act en . Les « cinq tribus civilisées » (dans les termes de l'époque) sont ainsi reléguées de force dans ce qui constitue aujourd'hui l'actuel État d'Oklahoma et beaucoup meurent sur la piste des Larmes. L'organisation du Territoire de l'Oklahoma, le , les cantonne à la moitié est du territoire défini en 1834. Les habitants tentent d'y fonder l'État de Sequoyah en 1905, mais se heurtent au refus du Congrès. Le Territoire indien disparaît avec la fondation de l'État de l'Oklahoma le .

La vie dans le Territoire indienModifier

 
Le drapeau de l'Oklahoma.

Les Amérindiens s'établissent dans des villes telles que Tulsa, Ardmore, Tahlequah, Muskogee et apportent avec eux leurs esclaves noirs[1].

Le territoire indien est surveillé et encadré par une série de forts construits par le gouvernement fédéral. Les terres sont attribuées aux tribus qui les gèrent librement. Les Cherokees relancent leur journal, alors que les Creeks rédigent une constitution originale. Tous fondent des écoles de village et développent l'enseignement secondaire. Ils réorganisent leurs églises dans lesquels les pasteurs prêchent en langue indigène[2]. Certains Indiens réussissent à entreprendre des études dans les universités américaines[3].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Tony Seybert, « Slavery and Native Americans in British North America and the United States: 1600 to 1865 » [archive du ], Slavery in America, .
  2. Angie Debo, Histoire des Indiens des États-Unis, p. 159.
  3. Angie Debo, Histoire des Indiens des États-Unis, p. 163.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier