Ouvrir le menu principal

Chefs militaires des guerres de Religion

Ce tableau donne la liste des principaux chefs militaires français des guerres de Religion (1562-1598).

Les personnalités sont classées par religion, puis par maison et rang nobiliaire. Le tableau indique pour chacune d'entre elles le numéro des guerres auxquelles elles ont participé.


Légende des couleurs :

  •      Armée royale
  •      Armée rebelle : protestants, malcontents et ligueurs


Sommaire

Principaux chefs catholiquesModifier

Prénom, nom de famille ou de titre Grade le plus important obtenu Guerres d'Italie 1re guerre 2e guerre 3e guerre 4e guerre 5e guerre 6e guerre 7e guerre 8e guerre
1585-1588
8e guerre
1589-1598
Commentaires
Princes de sang
Henri d'Anjou
puis Henri III de France
lieutenant général du royaume, puis roi assassiné par Jacques Clément au siège de Paris en 1589
François d'Anjou
Antoine de Bourbon
lieutenant général du royaume mort au siège de Rouen en 1562
Louis de Montpensier
Léonor de Longueville
Princes de maison étrangère
Jacques de Savoie-Nemours
François de Guise
lieutenant général du royaume assassiné par le protestant Poltrot de Méré au siège d'Orléans en 1563
Henri de Guise lieutenant général du royaume assassiné sur l'ordre du roi Henri III en 1588
Charles de Mayenne
Claude d'Aumale mort de ses blessures reçues au siège de La Rochelle en 1573
Philippe-Emmanuel de Mercœur
Louis de Gonzague-Nevers lieutenant général d'armée
Nobles de France
Anne de Montmorency connétable de France mort de ses blessures reçues à la bataille de Saint-Denis en 1567
François de Montmorency maréchal de France
Henri de Montmorency-Damville connétable de France
Guillaume de Thoré colonel général de la cavalerie légère ? [1] ? ? ?
Charles de Brissac maréchal de France
Artus de Cossé-Gonnor maréchal de France
Sébastien de Martigues colonel général de l’infanterie tué d'un coup d'arquebuse au siège de Saint-Jean d'Angély en 1569
Anne de Joyeuse amiral de France mort à la bataille de Coutras en 1587
Jacques de Matignon maréchal de France
Blaise de Monluc maréchal de France
Louis de Crillon colonel général des gardes françaises

Principaux chefs protestantsModifier

Prénom, nom de famille ou de titre Grade le plus important obtenu Guerres d'Italie 1re guerre 2e guerre 3e guerre 4e guerre 5e guerre 6e guerre 7e guerre 8e guerre
1585-1588
8e guerre
1589-1598
Commentaires
Chefs protestants
Louis de Condé mort assassiné à la bataille de Jarnac en 1569
Henri de Condé assassiné par un page en 1587
Gaspard de Coligny amiral de France assassiné à Paris en 1572 (déclenchant le massacre de la Saint-Barthélemy)
François d'Andelot colonel-général des Bandes françaises probablement mort empoisonné en 1569
François de Coligny ?
Henri de Turenne
Claude de La Trémoille
René de Rohan
Soubise
François de La Noue
mort de ses blessures reçues à Lamballe en 1591
Gabriel de Montgommery exécuté à Paris après sa reddition au siège de Domfront en 1574
Paulon de Mauvans ? mort de ses blessures en 1568
Charles de Montbrun ? exécuté après sa capture en 1575
Chefs protestants devenus catholiques
Henri de Navarre, puis
Henri IV de France
[2] assassiné par Ravaillac en 1610
Jacques de Crussol
baron d'Acier
?
François de Lesdiguières connétable de France ?
François de Beaumont
baron des Adrets

Ces capitaines commandent des troupes moins importantes, et sont actifs surtout dans une région, où ils ont joué un rôle souvent très important et marqué leur province :

NotesModifier

  1. Guillaume de Montmorency rejoint le camp des Malcontents en 1574 et commande avec son frère Méru, les reîtres allemands qui pénètrent en France en 1575 et qui se font battre par le duc de Guise à la bataille de Dormans. Réfugié à Genève, il se serait converti au protestantisme...
  2. Henri de Navarre appartient au camp royal et catholique, à partir de sa conversion forcée en septembre 1572, jusqu'à sa fuite en février 1576. Il participe personnellement à la quatrième guerre de Religion (1573-1573), mais intervient beaucoup moins pendant la cinquième (1574-1576). Du fait de sa participation à la conjuration des Malcontents au printemps 1574, il est en effet retenu à la cour pendant toute la durée du conflit. Il ne fait qu'envoyer ses hommes au combat (dont d'Agrippa d'Aubigné). Lorsqu'il parvient à s'enfuir en février 1576, la guerre est sur le point de se terminer (la paix est signée en mai).

Voir aussiModifier