Chaumont (Italie)

commune italienne

Chaumont
Chaumont (Italie)
Vue générale de Chaumont (Italie)
Noms
Nom italien Chiomonte
Nom français Chaumont
Nom occitan Cháumount
Nom piémontais Cimon
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région du Piémont Piémont 
Ville métropolitaine Città metropolitana di Torino - Stemma.svg Turin 
Maire Roberto Garbati
2019-2024
Code postal 10050
Code ISTAT 001080
Code cadastral C639
Préfixe tel. 0122
Démographie
Gentilé Chiomontini ou Chiomontesi en italien, Chaumontés en occitan (en français Chaumontois)
Population 942 hab. (31-12-2010[1])
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 07′ 00″ nord, 6° 59′ 00″ est
Altitude Min. 750 m
Max. 3 377 m
Superficie 2 600 ha = 26 km2
Divers
Saint patron Saint Sébastien
Fête patronale 20 janvier
Localisation
Localisation de Chaumont
Géolocalisation sur la carte : Piémont
Voir sur la carte administrative du Piémont
City locator 14.svg
Chaumont
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Chaumont
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Chaumont
Liens
Site web http://www.comune.chiomonte.to.it/

Chaumont (en italien Chiomonte) est une commune italienne, située dans la ville métropolitaine de Turin en région Piémont.

GéographieModifier

SituationModifier

Chaumont se trouve à 750 m d'altitude, sur la rive droite de la Doire Ripaire, à environ 60 km à l'ouest de Turin, dans la haute vallée de Suse.

Communes limitrophesModifier

  Jaillons  
Exilles N Gravière
O    Chaumont    E
S
Usseaux

HameauxModifier

 
Le village de Ramats

La commune comprend les hameaux de Ramats[Note 1], sur le versant gauche de la Doire, et de Frais, station de ski située à 1 500 m d'altitude.

ToponymieModifier

La commune se nomme Chiomonte en italien, Chaumont en français et en occitan (Cháumount dans la norme de l'école du Pô) et Cimon en piémontais.

La langue traditionnelle de Chaumont est l'occitan[2], comme dans le reste des vallées occitanes d'Italie.

HistoireModifier

À l'origine, le centre habité se trouvait sur la rive opposée de la rivière, où l'on trouve des restes préhistoriques et celtiques. Mais dès l'époque romaine, le centre se déplace du côté actuel. Devenue française (sa devise, en français, est « Jamais sans toi ») Chaumont devient la frontière entre le territoire de Savoie, comprenant le Piémont, et celui du royaume de France qui appartenait au Dauphiné et aux Escartons du Briançonnais. En 1629 le roi Louis XIII et le cardinal de Richelieu séjournèrent à Chaumont lors de la guerre de succession de Mantoue avant la bataille du Pas de Suse[3]. En 1713, la communauté devient savoyarde, avec le traité d'Utrecht, puis sarde en 1720, comme le reste de la vallée.

Les Hospitaliers se sont implantés à Chaumont mais ils ont échangé cette commanderie en 1240 contre les possessions des Augustins de Saint-Laurent d'Oulx près d'Ardes (La Rivière l'Évêque) et à Cisternes-la-Forêt[4].

Politique et administrationModifier

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2004 2014 Renzo Augusto Pinard Liste civique  
2014 2019 Silvano Ollivier Liste civique  
2019 en cours Roberto Garbati Liste civique  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et sociétéModifier

Évolution démographiqueModifier

Habitants recensés


ÉconomieModifier

Culture et patrimoineModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

Notes
  1. Un viaduc portant l'autoroute A32, construit à proximité du hameau, porte son nom.
Références
  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Jean Sibille (Université Toulouse-Jean-Jaurès), « Le parler occitan de Chiomonte (Italie) : situation linguistique et sociolinguistique », 3e congrès mondial de linguistique française, Lyon,‎ , p. 2231-2247 (HAL hal-00952071, lire en ligne)
  3. Saint-Simon, Louis de Rouvroy de, 1675-1755, Verfasser, Mémoires de Saint-Simon collationnée sur le ms. autographe.: Augm. des add. de Saint-Simon au Journal de Dangeau et de notes et app. et suive diun lexique des mots et locutions remarquables., Hachette, (OCLC 1068041332, lire en ligne)
  4. Gabriel Fournier, « L'ancienne paroisse de la Forêt : Notes historiques sur l’évolution du peuplement et des paysages en Combrailles »,