Charles de Chambes

comte de Montsoreau, gentilhomme ordinaire de la chambre, chambellan et grand-veneur de François de France

Charles de Chambes
Illustration.
Blason de la famille de Chambes
Fonctions
Chambellan et Grand-Veneur du Duc d'Alençon
Conseiller d'Etat
Chevalier de l'ordre de Saint-Michel
Biographie
Date de naissance
Date de décès
Père Philippe de Chambes
Mère Anne de Laval
Fratrie de Chambes
Conjoint Françoise de Maridor
Héritier René de Chambes
Religion Catholique
Résidence Château de Montsoreau

Charles de Chambes, comte de Montsoreau, né au château de Chalain le , mort en 1621.

BiographieModifier

Gentilhomme ordinaire de la chambre, chambellan et grand-veneur de François, frère du roi, duc d’Alençon et d’Anjou[1], il fut nommé chevalier de l'ordre de Saint-Michel le [2].

« De par le Roi chef et souverain de l'ordre Monsieur Saint-Michel...éstant auprès de nous le Sieur de Montsoreau ayt pour sa vertu et mérites été choisi... pour être associé à ladite compagnie »

Il devint gentilhomme ordinaire de la chambre de Monseigneur, frère du roi, et baron de Pontchâteau ; il se signala au siège de La Rochelle en 1573.

La charge auprès du duc d'Alençon l'obligea à vivre à Paris où sa femme, qu'il épousa le  : Françoise de Maridor, protestante d'origine, veuve de Jehan de Coësmes fut dame d'honneur de la reine-mère entre 1576 et 1577. Pendant les absences de son mari, elle vivait au château de la Coutancière près de Saumur, ainsi qu'au Château de Montsoreau.

En 1579, Bussy d'Amboise, qui la connaissait, vint lui rendre visite et eut l'imprudence de faire état de ses succès auprès de la dame dans une lettre que le roi remit au mari. Rentré à Saumur, le comte de Montsoreau s'assura de la complicité de son épouse pour donner rendez-vous à son présumé galant. Le , il le fit assassiner à Brain-sur-Allonnes, épisode qui inspira à Alexandre Dumas certaines péripéties de son roman : La Dame de Monsoreau.

En 1585, il fut nommé conseiller d'État et obtint l'abbaye de Saint-Georges près d'Angers. En 1587, il fut blessé à Coutras et fait prisonnier. Le , il obtint 4 200 écus et suivit le duc de Montpensier comme maréchal de camp en Bretagne pour réduire une insurrection. En 1592, il participa à la défaite de Craon devant les troupes du duc de Mercœur. En 1596, il servait au siège de Tigné. En 1619, à 70 ans, il reçut à Angers la reine Marie de Médicis à la tête des représentants de la noblesse angevine[3].

Charles de Chambes et Françoise de Maridort eurent deux fils et quatre filles. Françoise mourut le et le comte décéda l'année suivante, le .

Le personnage littéraireModifier

Le personnage est noirci à souhait par Alexandre Dumas. Il aurait forcé La Dame de Monsoreau (appelée par l'auteur Diane de Méridor), à un mariage secret et serait mort dans l'assassinat qu'il aurait prémédité à Paris avec la complicité du duc d'Anjou, contre l'amant, Bussy d'Amboise (et à l'insu de l'épouse elle aussi piégée). Dumas l'appelle simplement Bryant de Monsoreau. Après La Dame de Monsoreau, il imagine dans Les Quarante-cinq la dame-veuve de Monsoreau venger son ancien amant de la trahison du duc d'Anjou et de son homme de main, Aurilly qui achevèrent Bussy alors qu'ils pouvaient encore le sauver [4].

Source primaireModifier

BibliographieModifier

  • Arthur Bertrand, « Documents inédits pour servir à l'histoire du Maine (1576-1579) : le Maine, l'Anjou et Bussy-d'Amboise, 1576 ; pillage des faubourgs du Mans, 1577 », Revue historique et archéologique du Maine, Mamers / Le Mans, G. Fleury & A. Dangin / Pellechat, vol. II,‎ , p. 275-314 (lire en ligne).
  • Laurent Bourquin, Les nobles, la ville et le roi : l'autorité nobiliaire en Anjou pendant les Guerres de religion, 1560-1598, Paris, Belin, coll. « Essais d'histoire moderne », , 314 p. (ISBN 2-7011-2976-1, présentation en ligne), [présentation en ligne], [présentation en ligne].
  • André Joubert, Un mignon de la cour de Henri III : Louis de Clermont, sieur de Bussy d'Amboise, gouverneur d'Anjou, Paris, Librairie E. Lechevalier, , VIII-280 p. (présentation en ligne, lire en ligne), [présentation en ligne], [présentation en ligne].
  • Jacques Levron, La véritable histoire de la dame de Montsoreau, Rennes, Éditions Ouest-France, (1re éd. 1938, Société d'éditions et d'imprimerie), 104 p. (ISBN 978-2-7373-5801-2, présentation en ligne).
  • Léo Mouton, Bussy d'Amboise et Madame de Montsoreau, d'après des documents inédits, Paris, Librairie Hachette et Cie, , 358 p. (présentation en ligne).

Notes et référencesModifier

  1. Franc̜ois Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l'histoire & la chronologie des familles nobles de France, l'explication de leur armes, & l'état des grandes terres du royaume ...: On a joint à ce dictionnaire le tableau généalogique, historique, des maisons souveraines de l'Europe, & une notice des familles étrangères, les plus anciennes, les plus nobles & les plus illustres ..., La veuve Duchesne, (lire en ligne)
  2. « Généalogie de Charles de CHAMBES », sur Geneanet (consulté le 31 janvier 2018)
  3. Archives départementale de la Sarthe, Papiers d'érudits, fonds 3J2
  4. Alexandre Dumas et Auguste Maquet, La dame de Monsoreau, Michel Lévy frères, (lire en ligne)