Charles Delac

producteur français

Charles Delac, né Chaloum ben Delak le à Mascara (Algérie)[1] et mort le dans le 17e arrondissement de Paris[2], est un producteur de cinéma et un réalisateur français.

Charles Delac
Fonction
Dirigeant (d)
Le Film d'art
-
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Chaloum ben DelakVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions

BiographieModifier

Ancien élève de l'Institut national agronomique, Charles Delac est, à partir de 1911, le directeur, avec Marcel Vandal[3], de la société de production Le Film d'art, succédant à Paul Gavault.

Son livret matricule retrace ses actions pendant la Première Guerre mondiale. Il est cité à l'ordre du régiment le 24 juin 1917 : chef de la section photographique et cinématographique de l'armée d'Orient de juillet 1916 à mars 1919, il parcourt tour à tour la Serbie, la Macédoine, le Mont-Athos et l'Albanie et se montre un « modèle de conscience, dévouement, de courage et de modestie ». Promu sous-lieutenant à titre temporaire en avril 1917, il est nommé chevalier de la Légion d'honneur pour compter du , et reçoit par ailleurs la croix de guerre. Sous-lieutenant à titre définitif le 17 août 1919, lieutenant en 1922, il est radié de l'armée en 1928.

De 1919 à 1937, il dirige avec Vandal la société de production « Delac, Vandal et Cie ». Il est également, de 1928 à 1936, président de la « Chambre syndicale de la cinématographie ». C'est à ce titre qu'il est promu commandeur de la Légion d'honneur en 1938 (ayant été décoré des insignes du grade d'officier en 1931 des mains mêmes de Louis Lumière). Ses bureaux sont alors localisés 63, avenue des Champs-Élysées.

En 1935, il est membre du jury de la Mostra de Venise.

En 1936, il vend la société Le Film d'art à Henri Diamant-Berger[4]. Lors de l'exposition internationale de Paris en 1937, il est impliqué comme président de section ou de jury.

En 1948, il est président des Films Marceau[5] et rachète la société de production fondée par Adolphe Osso[6].

Décédé chez lui rue Gounod à l'âge de 85 ans, il était marié à Madeleine Thérèse Serrat depuis juillet 1912[7].

FilmographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Acte de naissance de Chaloum ben Delak.
  2. Acte de décès n° 44 (vue 5/31). Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 17e arrondissement, registre des décès de 1965.
  3. Marcel Vandal est reçu le 21 octobre 1931 chevalier de la Légion d'honneur par Charles Delac.
  4. Ciné-Ressources, Henri Diamant-Berger.
  5. Les Films Marceau sur data.bnf.fr.
  6. Chronologie du Film d'art. L'histoire mouvementée d'un catalogue, par Éric Leroy, sur 1895, 56-2008.
  7. Acte de mariage n° 1035 (vue 17/31). Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 16e arrondissement, registre des mariages de 1912.

Liens externesModifier