Chapelle de la Trinité de Lyon

chapelle située dans le Rhône, en France

Chapelle de la Trinité (Lyon)
Image illustrative de l’article Chapelle de la Trinité de Lyon
Façade de la chapelle de la Trinité
Présentation
Culte Catholique romain
Type Ancienne chapelle des Jésuites
Rattachement Archidiocèse de Lyon
Début de la construction 1617
Fin des travaux 1622
Architecte Étienne Martellange
Style dominant Baroque
Protection Logo monument historique Classé MH (1939)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Ville Lyon
Coordonnées 45° 45′ 56″ nord, 4° 50′ 14″ est
Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon
(Voir situation sur carte : métropole de Lyon)
Chapelle de la Trinité (Lyon)
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Chapelle de la Trinité (Lyon)

La chapelle de la Trinité, dite aussi Grande chapelle, est un édifice situé dans le 2e arrondissement de Lyon. Ce bâtiment du collège de la Trinité (aujourd'hui collège-lycée Ampère) a notamment abrité au XVIIIe siècle le premier observatoire astronomique de la ville de Lyon, avant que celui de Saint-Genis-Laval ne soit créé.

HistoireModifier

ConstructionModifier

La chapelle fit partie des bâtiments du Grand Collège et est édifiée entre 1617 et 1622 dans le style baroque, par le frère jésuite architecte Étienne Martellange. Elle est le premier bâtiment ecclésiastique de style baroque de Lyon avec l'église de l'église Saint-Bruno des Chartreux, dans un contexte de Contre-Réforme.

Elle est utilisée et gérée par les jésuites pour être destinée aux élèves du collège. En 1754, elle est redécorée par l'architecte urbaniste lyonnais Jean-Antoine Morand, avec notamment l'utilisation du marbre de Carrare.

Napoléon Ier et la Consulte de LyonModifier

 
,
La Consulte de la République cisalpine ou Consulte de Lyon réunie en comices à Lyon pour décerner la présidence au premier consul,
Nicolas-André Monsiau, 1806-08.

Du 11 au , elle accueille la Consulte de Lyon, réunion extraordinaire au cours de laquelle Napoléon Ier préside une assemblée de plus de quatre-cent-cinquante députés et transforme la République cisalpine en la République italienne.

Oubli et classementModifier

La chapelle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [1]. Elle tombe cependant dans l'oubli et sert même de salle de gymnastique, et perd une partie de son mobilier. Restaurée dans les années 1990 par la municipalité de Lyon et la région Rhône-Alpes, pour un coût de 1 700 000 euros[2], elle abrite de nos jours régulièrement des concerts de musique classique ainsi que des conférences pour le festival Quais du Polar.

ArchitectureModifier

FaçadeModifier

IntérieurModifier

MobilierModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier