Chékéba Hachemi

Chékéba Hachemi est la première femme afghane à avoir été diplomate, auprès du gouvernement provisoire afghan en 2001. Elle a été nommée Première Secrétaire de l’Ambassade d’Afghanistan auprès de la Communauté Européenne en janvier 2002. Présidente et fondatrice de l'association Afghanistan Libre[1], elle a notamment travaillé au côté du Commandant Massoud pour favoriser l'éducation des filles et l'émancipation des femmes en Afghanistan.

Chékéba Hachemi
Chékéba Hachemi.jpeg
Chékéba Hachemi, présidente et fondatrice de l'association Afghanistan Libre. (c) Thierry Rateau
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (46 ans)
KaboulVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinction

BiographieModifier

Née en 1974 à Kaboul, Chekéba Hachemi est arrivée en France à l'âge de 11 ans après avoir fui son pays pendant l'invasion soviétique[2]. En 1996, elle crée l'ONG Afghanistan Libre, dont l'objectif prioritaire est de faciliter l'accès à l'éducation, à la santé et à la formation professionnelle au plus grand nombre de filles et de femmes en Afghanistan.

Chékéba Hachemi s'est consacrée à la défense et au renforcement des droits du peuple afghan. Elle croit fermement qu'il est essentiel pour le développement d'une société de donner une voix aux femmes. Chékéba Hachemi est louée pour sa personnalité franche, son dévouement et son incroyable courage. Elle a été confrontée à de nombreux défis et a souvent risqué sa propre vie pour que les femmes afghanes accèdent aux droits humains fondamentaux. Chaque fois qu'elle intervient et où qu'elle intervienne, elle n'hésite jamais à défendre les droits des femmes afghanes. Depuis plus de 20 ans, elle milite pour la justice et l'égalité des sexes en Afghanistan à travers son travail au sein d'Afghanistan Libre et dans " le pays le plus dangereux au monde pour les femmes " (ONU), ses actions en faveur des femmes afghanes sont essentielles.

AssociationModifier

 
Chékéba Hachemi et les femmes de Bamiyan.

Les premières années de son ONG Afghanistan Libre ont été consacrées en France à informer et sensibiliser sur les conditions de vie des femmes afghanes sous le régime taliban. En Europe et aux États-Unis, Chékéba Hachemi mène de nombreuses actions pour l'Afghanistan : campagnes de presse, lobbying auprès d'entreprises, de personnalités et d'institutions politiques (groupe de travail avec Kofi Annan, alors Secrétaire général de l'ONU ; invitée d'honneur à l'Organisation Internationale du Travail, à la journée des femmes à Genève et au Haut-Commissariat aux Réfugiés). En 2001, dans le fief de la rébellion contre les Talibans, dans la province du Pandjchir, Chékéba Hachemi fait la rencontre d’une réfugiée qui ne lui demande pas de la nourriture ni un abri mais lui demande de créer une école pour ses enfants. Marquée par cette femme et après une rencontre avec le Commandant Massoud, elle décide de construire la première école pour filles d'Afghanistan Libre : le lycée Malalai. En 2003, après avoir rencontré une femme qui se croyait enceinte alors qu'elle était en fait ménopausée, elle décide de passer à l'action en matière d'éducation à la santé de base des femmes. Elle créé ainsi des Centres d'éducation à la santé (qui comprennent une formation à l’hygiène de base, des cours d'alphabétisation et des séances de soutien psychosocial) pour les femmes. Depuis, l'association a ouvert ou permis la réouverture de 14 écoles publiques, 4 Centres d'éducation à la santé, 4 écoles maternelles (une innovation en Afghanistan où il n'existe pas de structures pour les enfants de moins de 6 ans) et 3 bibliothèques dans la province du Pandjchir et dans le district de Paghman (province de Kaboul). Depuis 1996, ce sont près de 300 000 filles et femmes qui ont bénéficié des actions d’Afghanistan Libre[3].

CarrièreModifier

Après la chute des talibans, Chékéba Hachemi a été la première femme diplomate afghane auprès de l'Union européenne de 2002 à 2005. En juin 2005, elle devient conseillère chargée des projets prioritaires nationaux à Kaboul auprès du premier vice-président d'Afghanistan. Elle travaille ainsi à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement et suit l'avancement des grands projets de développement en relation avec les organisations internationales (Banque Mondiale, Nations Unies et Union Européenne). En mars 2007, en raison d'une augmentation des menaces de mort à son encontre, elle est contrainte de changer de poste et devient Ministre-Conseiller de l'Ambassade d'Afghanistan en France. Témoin de la corruption quotidienne, elle dénonce ces actes en interne, mais finit par donner sa démission au Président Karzaï en dénonçant la corruption du régime en 2009.  

Début 2009 avec d'autres partenaires, elle crée l'agence de conseil EpOke, spécialisée dans l'étude, la conception et la réalisation de projets sociétaux pour les acteurs publics et privés. En collaboration avec le magazine Elle, EpOke a publié annuellement en 2012, 2013, 2014 l'ouvrage Le Guide des Expertes (Edition Anne Carrière) qui rassemble 500 noms de femmes expertes susceptibles d'intervenir dans les médias. Afin de renforcer la place de la Femme dans la société et de leur donner plus de voix, ce guide a été envoyé aux rédactions de journaux et aux programmateurs des chaînes n'invitant que des hommes en général[4].

Elle dirige actuellement le cabinet de conseil CH Consulting, spécialisé dans l'étude et la conception de projets de société concernant la place des femmes dans les entreprises. Depuis 2018, en tant que Conseillère Stratégie de S.A.R. la Grande-Duchesse de Luxembourg, elle participe à l'organisation d'une conférence internationale[5] "Stand, Speak, Rise Up" pour mettre fin aux violences sexuelles dans les zones sensibles qui se tiendra à Luxembourg en mars 2019 en partenariat avec "We are not weapons of war" et la Fondation du Dr Denis Mukwege.

DistinctionsModifier

Au cours de sa carrière Chékéba Hachemi a reçu de nombreux prix pour son action en faveur des femmes et des droits de l'Homme:

  • "Femme en or" 2001
  • "Prix Femmes pour l'éducation" Forum économique des femmes 2008
  • Trofémina, Prix Médias en 2012
  • Prix des Droits de l'Homme de la République française en 2012
  • Chevalier de l'Ordre National du Mérite en 2014
  • Médaille d'or au Forum des Droits de l'Homme "Crans Montana" en octobre 2014
  • RAJA Women's Award catégorie " Education & Action sociale", 2016
  • "The Positive Empowerment Award" Fondation Positive Planet J.Attali, 2017
  • Prix international "Femmes, numérique et entrepreneuriat" Fondation La France s'engage[6], 2019[7]

PublicationsModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Afghanistan Libre
  2. Chékéba Hachemi, L'insolente de Kaboul, Paris, Editions Anne Carrière, , 230 p. (ISBN 978-2-84337-570-5)
  3. « Accueil », sur Afghanistan Libre (consulté le 20 décembre 2018)
  4. Site d'EpOke. Consulté le 15 mai 2012.
  5. (en) « Réunion de travail "Stand Speak Rise Up" avec Dr Mukwege et Céline Bardet », sur Maria Teresa, Grande-Duchesse de Luxembourg (consulté le 20 décembre 2018)
  6. « Afghanistan Libre Kaboul », sur FFE - La Fondation la France s’engage (consulté le 19 mars 2020)
  7. « Femmes, numérique et entrepreneuriat : le Prix international la France s’engage | via @Carenews », sur www.carenews.com (consulté le 19 mars 2020)