Ouvrir le menu principal

Château du Val (Saint-Germain-en-Laye)

château fort français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château du Val.

Château du Val
Image illustrative de l’article Château du Val (Saint-Germain-en-Laye)
Le château du Val
Période ou style classique
Type château
Architecte Jules Hardouin-Mansart
Début construction 1675
Propriétaire initial Louis XIV
Destination initiale maison de chasse
Propriétaire actuel Société d'entraide des membres de la Légion d'honneur
Destination actuelle maison de retraite
Protection  Inscrit MH (1991, château)
Logo monument historique Classé MH (1993, façades et toitures du château)
Site web http://www.chateau-du-val.org/
Coordonnées 48° 55′ 15,63″ nord, 2° 06′ 23,08″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Commune Saint-Germain-en-Laye

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château du Val

Le château du Val est un château français du XVIIe siècle de style classique situé dans la commune de Saint-Germain-en-Laye, à l'extrémité nord de la Grande Terrasse, dans le département des Yvelines et la région d'Île-de-France. Il s'agissait à l'origine d'une maison de chasse construite par l'architecte Jules Hardouin-Mansart pour le roi Louis XIV sur l'emplacement d'un ancien rendez-vous de chasse de Louis XIII.

HistoireModifier

Construit pour Henri IV, le château du Val n'est à l'origine que l'un des nombreux relais de chasse en forêt de Saint-Germain, à l'instar du Pavillon de la Muette bâti à l'origine pour François Ier. On sait que Louis XIII déjà, compte tenu de sa santé chancelante, a profité du château du Val comme lieu de promenade où il aimait se rendre. C'est d'ailleurs lui qui l'a fait restaurer, en . Il y vint pour la dernière fois quelques semaines avant sa mort. Contrairement à ce qui est parfois indiqué, ce n'est en revanche pas au château du Val que naît en 1638 son fils, le futur Louis XIV, mais au Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye[1].

C'est au cours de la première moitié du règne personnel de Louis XIV que commence une seconde vie pour le château du Val. Le roi cherche un lieu de résidence sûr mais à la fois proche de Paris, lié pour lui aux troubles de la Fronde qui l'ont traumatisé pendant les premières années de son règne. Le , deux jours après la mort de la Reine Mère, Anne d'Autriche, Louis XIV décide de quitter Paris et fait de Saint-Germain-en-Laye, où il est né, son lieu de résidence principal. Il ne quittera définitivement Saint-Germain pour Versailles qu'en .

Dès 1673, il avait envisagé de faire transformer le Val. C'est à partir de cette date qu'il en fait agrandir les jardins et les abords compris entre le château lui-même et l'octogone qui termine la Grande Terrasse. Mais c'est vers 1675 que, sur ordre de Louis XIV, Jules Hardouin-Mansart remplace la « simple maison du Val » par un petit château qui termine l'aménagement de cette allée-promenoir que constitue la Grande Terrasse et où le Roi pouvait trouver repos et solitude.

Pour Louis XIV, cette construction relativement modeste est l'occasion d'éprouver le talent d'Hardouin-Mansart, alors âgé d'à peine trente ans, et dont il fera son Premier architecte en 1681 et le Surintendant de ses Bâtiments en 1699.

 
Buste de Louis XIV situé dans la cour du château du Val

Les travaux de construction du nouveau château du Val commencent en 1674 ou 1675. Les plans de ce nouveau château sont connus par des documents conservés au département des Estampes de la Bibliothèque nationale. L'état du château vers la fin du règne de Louis XIV est connu par un relevé publié par Jean Mariette dans L'Architecture française (1727). C'est le type parfait de la maison de campagne en rez-de-chaussée, qui se répandra au XVIIIe siècle. À l'intérieur, le vestibule central distribue sur la gauche un appartement complet pour le roi et sur la droite quatre salons groupés autour d'un poêle commun.

Les comptes des Bâtiments du Roi mentionnent des dépenses dans « le nouveau bâtiment du Val » en 1675 et 1676, notamment des paiements aux sculpteurs Martin Desjardins et Étienne Le Hongre[2]. En revanche, entre 1679 et 1680, il n'est plus question que de la machine en cours de construction par l'ingénieur Arnold de Ville et le charpentier Rennequin Sualem pour élever les eaux de la Seine à partir du moulin de Pallefour, à la hauteur du château du Val[3]. Cette machine, qui préfigurait celle de Marly, permet notamment d'alimenter en eaux les jardins du Val, qui auraient été dessinés par André Le Nôtre.

Le transfert définitif de la cour à Versailles en 1682 entraîne l'abandon du château du Val, dont l'importance était liée à celui de Saint-Germain-en-Laye. Cet abandon demeure presque total jusqu'à ce que le prince Charles Juste de Beauvau-Craon (1720-1793), futur maréchal de France, vienne l'habiter[réf. souhaitée]. Il le fait transformer vers 1776 par l'architecte Galant (sans doute Nicolas Galland). La maison est surélevée d'un étage en attique et un nouveau corps de bâtiment est construit au sud. Les jardins sont traités en parc à l'anglaise, peut-être par Hubert Robert[4], ce que confirme la description très critique qu'en fait le jardinier écossais Thomas Blaikie[réf. souhaitée]. En 1778, le prince de Beauvau reçoit au Val Benjamin Franklin.

Après la disparition du prince de Beauvau, mort tranquillement dans son lit en 1793 en pleine Terreur, le château passe à sa fille issue de son premier mariage, Anne Louise Marie (1750-1834), duchesse de Mouchy par son mariage avec Philippe Louis Marc Antoine de Noailles (1752-1819). Le château du Val entre ainsi dans la famille de Noailles.

Le château du Val est transformé une nouvelle fois à partir de 1855 pour Mme Achille Fould née Henriette Goldschmidt (1800-1870), femme du ministre de Napoléon III. Les jardins sont refaits par le paysagiste Louis-Sulpice Varé. La laiterie est construite à cette époque ou plus tardivement dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Au tournant du XXe siècle, un parterre régulier est créé devant l'aile sud. En 1927, une partie du parc est lotie et le reste du domaine, ramené à 3,5 hectares, est donné à la Société d'Entraide des Membres de la Légion d'honneur (SMLH). Entre 1935 et 1939, celle-ci fait reconstruire les communs[réf. souhaitée]. Le château devient une résidence pour les membres de la Légion d'honneur.

En 2010, la SMLH décide de transformer le château en hôtel 3 étoiles, pouvant également accueillir des séminaires et d'autres évènements. Ainsi, en septembre 2017, le dernier résident permanent quitte le Château du Val.

ArchitectureModifier

Un seul des quatre salons du rez-de-chaussée a conservé son décor du XVIIe siècle ; le reste de la décoration date des travaux effectués par le prince de Beauvau. « De nombreuses menuiseries de fenêtres, remarquables de qualité, ont conservé la fleur de lys d'origine. »[4]

La laiterie est en pierre de taille revêtue d'un enduit imitant la brique avec assises alternées.

ProtectionModifier

Le château, à l'exclusion des communs, fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [5]. Les façades et toitures du château (à l'exception toujours des communs) font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [5].

Il se situe dans un site classé en 1944[5].

Notes et référencesModifier

  1. François Bluche, Louis XIV, Paris, Arthème Fayard, 1986, p. 29
  2. Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Guide du Patrimoine. Île-de-France, p. 635
  3. ibidem
  4. a et b Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Guide du Patrimoine. Île-de-France, p. 636
  5. a b et c « Château du Val », notice no PA00087605, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

SourcesModifier

BibliographieModifier

  • Philippe Chartier, « Le château du Val. Un troisième château à Saint-Germain-en-Laye », Bulletin de la Société des Amis du château de Maisons, 2007, no 2, p. 37-56

Liens externesModifier