Château de Grandson

château fort à Grandson dans le canton de Vaud, Suisse

Château de Grandson
Image illustrative de l’article Château de Grandson
Le château de Grandson
Période ou style début du XIe siècle
Destination actuelle musée
Protection Bien culturel d'importance nationale
Coordonnées 46° 48′ 35″ nord, 6° 38′ 49″ est
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
Localité Grandson
Géolocalisation sur la carte : Suisse
(Voir situation sur carte : Suisse)
Château de Grandson
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
(Voir situation sur carte : canton de Vaud)
Château de Grandson

Le château de Grandson est un château situé sur le territoire de la commune vaudoise de Grandson, le deuxième plus grand château[1] de Suisse. Il eut un rôle important durant la bataille de Grandson qui opposa Charles le Téméraire aux Confédérés suisses en 1476. Le château abrite un musée historique.

Château de Grandson, vue aérienne

HistoireModifier

Les constructions s’étalèrent sur plusieurs décennies. On pense que les premiers bâtiments, un donjon de forme carrée, remontent au début du XIe siècle. Trois tours fortifiées sont construites au XIVe siècle durant le règne d’Othon Ier de Grandson, ami de la cour d’Angleterre et grand chevalier, qui participa à la huitième croisade.

En 1378, un incendie se déclare dans le bourg et détruit une grande partie du château. Jusqu’à la fin du XIVe siècle, la région appartient aux comtes de Grandson, dynastie affiliée à la maison de Savoie qui s’éteignit alors que le dernier Seigneur de Grandson Othon III, chevalier et brillant poète, fut tué dans un duel judiciaire en 1397 par Gerard d’Estavayer, qui l’accusait d’avoir empoisonné le comte de Savoie Amédée VII. N’ayant pas de descendance, les Savoyards se retrouvent alors à la tête de Grandson et ceci jusqu’en 1420 lorsqu'ils cèdent la place aux comtes de Chalon-Arlay.

Au cours du XVe siècle, trois autres tours sont ajoutées, deux au pied du château au bord du lac, et une plus loin dans le bourg (la tour de Gex). Ces trois tours, construites aux environs de 1450, protégeaient la ville et le château d’attaques qui pouvaient survenir par le lac de Neuchâtel.

En , le duc de Bourgogne Charles le Téméraire essaie de reprendre le contrôle de la forteresse qui était tombée aux mains des bernois l’année précédente. Il établit un siège contre le château et lorsque les 400 assiégés se rendent le 28 février, il les fait tous pendre ou noyer sauf deux qui exécutèrent les châtiments et eurent la vie sauve pour leurs services. La réaction des Suisses ne se fait pas attendre et le 2 mars, ils lancent l’attaque contre les Bourguignons. Ceux-ci sont désorganisés malgré leur supériorité en termes d’artillerie et de cavalerie. Les troupes de Charles le Téméraire sont vaincues à Concise lors de la bataille de Grandson. Il doit alors ordonner un retrait qui laisse aux Suisses un butin important ainsi que le château.

En 1875, le château est acquis par le baron Gustave de Blonay (1830-1900). Il passe ensuite à son fils Godefroy de Blonay (1869-1937).

Actuellement le château de Grandson, classé comme bien culturel d'importance nationale est l’une des forteresses les mieux conservées de Suisse[réf. nécessaire]. Seul le donjon a disparu, probablement détruit au cours de la construction de la partie ouest du château. Il reste des traces de cette tour sur la muraille nord face au Jura, et aussi une petite tour collée au mur ouest face au bourg a été détruite.

Maintenant éloigné des rives du lac de Neuchâtel dont le niveau fut abaissé en 1875, le château était auparavant protégé de manière naturelle par le lac sur son flanc sud-est.

Lieu de tournageModifier

En juin 2020, plusieurs séquences ont été tournées au château dans le cadre d'un numéro de l'émission Secrets d'Histoireconsacré à Marie de Bourgogne[2].

En raison de la fermeture des frontières due à l'épidémie de Covid-19 en 2020, l'équipe de tournage de l'émission n'a pas pu se rendre en Suisse. Comme l'explique le conservateur du musée Camille Verdier, c'est une équipe locale qui a donc réalisé les tournages : « Nous avons été contactés et tout s’est très rapidement mis en place. En raison du confinement et de la fermeture des frontières, c’est une équipe genevoise qui a assuré les prises, en présence de la réalisatrice »[2].

BibliographieModifier

  • Histoire du comté de Gruyère, Volume 1, Jean Joseph Hisely, édition G. Bridel, 1855, p.  48, 51, 68, 95, 99, 100, 111, 117, 168, 170, 171, 285, 286, 290, 291, 296, 312, 336, 342. Google livres
  • Histoire généalogique des sires de Salins au comté de Bourgogne, Jean Baptiste Guillaume, édition Jean-Antoine Vieille, 1757, p. 39 à 49 . Google livres
  • Les dynastes de Grandson jusqu'au XIIIe siècle, G. Bridel, 1866.Google livres

Notes et référencesModifier

  1. « Quand les châteaux cessent d’être des citadelles », sur La Région, (consulté le 4 janvier 2019)
  2. a et b Erwan le Bec, « Grandson se glisse dans les «Secrets d’histoire» de Stéphane Bern », sur 24heures.ch, (consulté le 20 juin 2020)

Voir aussiModifier

Articles annexesModifier

Lien externeModifier