Ouvrir le menu principal

Château de Châteldon

château à Châteldon (Puy-de-Dôme)
(Redirigé depuis Château de Chateldon)

Château de Châteldon
Image illustrative de l’article Château de Châteldon
Château de Chateldon dominant le village.
Début construction XIIe siècle
Protection  Inscrit MH (1926)
Coordonnées 45° 58′ 33″ nord, 3° 31′ 14″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Localité Châteldon

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

(Voir situation sur carte : Puy-de-Dôme)
Château de Châteldon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Châteldon

Le château de Châteldon est un château fort situé dans le centre du village de Châteldon dans le nord du département du Puy-de-Dôme.

HistoireModifier

Sa construction remonte probablement au XIIe siècle[1] mais il a été réédifié à partir de 1489[1] puis partiellement détruit et reconstruit au milieu du XIXe siècle[1]. Sa chapelle, encore existante aujourd'hui date du début du XIVe siècle[1].

Le château connut plus de 38 propriétaires différents[2]. On peut citer la famille Aycelin de Montaigut ou Rodrigue de Villandrando.

En 1433, à l'époque où Rodrigue de Villandrando en était le seigneur, une bande de pillards anglo-bourguignons fit le siège du château et il en resta une chanson patoise :

Do tandis que Villandrandon
Commedave Chateldon
Don Ingles cheu nous vainguiton
Ma è fitou chi ben battus
Que jamais n’y sont pu vingu

Du temps de Villandrado
Commandait à Châteldon
Les Anglais vinrent chez nous
Mais ils furent si bien battus
Qu’ils n’y sont plus jamais venus

D’après la tradition le chef anglais aurait été tué au lieu-dit la Mort Gate. Sous le château se trouve un champ qui aurait servi de cimetière aux Anglais.

En 1931, il fut racheté pour 200 000 francs[3] par Pierre Laval, originaire du village, qui y fit faire d'important travaux de rénovation[1]. Il y vécut entre 1942 et 1944, alors qu'il était chef du gouvernement du régime de Vichy, le château se trouvant à une vingtaine de kilomètres de la ville thermale. Il souhaitait s'y faire enterrer et avait fait construire un mausolée dans la cour du château[2] mais les gouvernements successifs d'après-guerre refusèrent toujours les demandes de sa fille dans ce sens[2] (il est enterré au cimetière du Montparnasse).

Le château fut réquisitionné à la Libération en 1944 pour accueillir des rescapés des camps de concentration et d'anciens prisonniers de guerre[2]. Il fut restitué en 1948 à la fille unique de Pierre Laval, Josée de Chambrun qui obtint en 1951 2,8 millions de francs d'indemnités pour « mise en vente illégale »[2]. Il est aujourd'hui la propriété de la fondation qu'elle a créée avec son mari René de Chambrun, la fondation Josée-et-René-de-Chambrun. Il n'est pas ouvert au public[2].

Le château est inscrit au titre des Monuments historiques depuis 1926[1].

Seigneurs de Châteldon et propriétaires du châteauModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f Notice no IA00051201, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a b c d e et f Jean-Paul Gondeau, « Château de Châteldon : dans le jardin, un tombeau ouvert… », La Montagne,‎ (lire en ligne, consulté le 21 novembre 2016).
  3. Jean-Paul Gondeau, « À Châteldon, le château du dernier propriétaire, proscrit et renié, ne se visite pas », La Montagne,‎ (lire en ligne, consulté le 21 novembre 2016).

Voir aussiModifier