Ceprano

commune italienne

Ceprano est une commune italienne d'environ 8 810 habitants, située dans la province de Frosinone, dans la région Latium, en Italie centrale.

Ceprano
Ceprano
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région du Latium Latium 
Province Frosinone 
Maire Marco Galli (depuis Mai 2014)
Code postal 03024
Code ISTAT 060025
Code cadastral C479
Préfixe tel. 0775
Démographie
Gentilé cepranesi
Population 8 819 hab. (30-11-2019[1])
Densité 238 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 33′ 00″ nord, 13° 31′ 00″ est
Altitude Min. 105 m
Max. 105 m
Superficie 3 700 ha = 37 km2
Divers
Saint patron Sant'Arduino
Fête patronale 28 juillet
Localisation
Localisation de Ceprano
Localisation dans la province de Frosinone.
Géolocalisation sur la carte : Latium
Voir sur la carte administrative du Latium
City locator 14.svg
Ceprano
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Ceprano
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Ceprano
Liens
Site web site officiel

GéographieModifier

HistoireModifier

Ceprano a été fondée comme une colonie romaine en 328 av. J.-C. sur la rive gauche de la rivière Liri, avec le nom de Fregellae. Détruite en 316 av. J.-C., après la défaite de l'Empire romain dans la bataille des Fourches Caudines, elle est toutefois reconstruite quelques années plus tard. En raison de la disqualification de la ville résultant de la pratique de Devotio, les survivants ne pouvaient pas reconstruire sur le site de la Fregellae original, ni lui donner le même nom. Elle sera ainsi renommée Fregellanum. La ville originelle a été utilisée comme site de récupération de matériaux de construction.

La nouvelle ville est par conséquent située à une vingtaine de kilomètrès de l'ancienne Frusino, et est désormais identifiée sous le nom de Ceprano - dérivé du nom latin Ceparius avec l'ajout du suffixe -anus.

Du fait de sa situation géographique, Ceprano a toujours été un centre de communication. Ce fut notamment le cas sous la marque Ferrari Marquis et pour la frontière entre le royaume des Deux-Siciles et l'État pontifical auquel il est resté fidèle jusqu'à la fin. Au fil des siècles, Ceprano devient le protagoniste de nombreux événements historiques ainsi que de la guerre : en 548, il subit le pillage et l'incendie par Totila. Roi des Goths en 916, il combat vaillamment contre les Sarrasins, les guerriers redoutables parmi lesquels il a même combattu Sant' Arduino, protecteur et patron du Ceprano moderne, en donnant ainsi un coup de main à Jean-X pour les conduire dans les pays occupés. En 1080, Robert Guiscard est nommé pour les domaines de la Sicile, de la Calabre et des Pouilles, par Grégoire VII, qui siège en 1114 au Conseil pour le travail du pape Pascal II. Le 11 octobre 1254, il porte l'humiliation de la Souabe-Prince Manfred, fils de Frédéric II, par le pape Innocent IV (pape de l’Église catholique romaine) dans les territoires de Ceprano (Pont de la rivière Liri). En 1259, nous avons organisé la bataille entre Manfred et Charles d'Anjou.

En 1815 il est défait par les Autrichiens, et spécialement par Joachim Murat. Pour ses grands événements et pour son rôle exceptionnel dans le passage des personnes et des armées prêtes à défendre le bord extrême des États pontificaux et de la foi constante et inviolable envers le Saint-Siège, le pape Pie IX décerne au Ceprano le titre de Ville le 20 août 1863.

Son économie, traditionnellement agricole, a fait des progrès après la Seconde Guerre mondiale, en utilisant l'aide de la Cassa del Mezzogiorno et l'avènement de certaines industries qui ont contribué au bien-être économique de la population.

Ceprano a également donné naissance à de nombreuses personnalités (des historiens, des archéologues, des avocats, des peintres, des artistes, des musiciens et des écrivains), comme Antonio Vitagliano, John Colasanti, Nicholas Consoni, Philippe Guglielmi, Richard Maiuri, Pasquale Vannucci, Vincent Fraser, Carlo Magni, ou encore Antonio Spinosa. En plus des personnes listées précédemment, l'on doit rajouter des personnalités ecclésiastiques, des missionnaires et des personnalités caritatives, comme l'évêque Peter Corvi, P. Joseph Fraser et Mgr Luigi Conti, ou encore Nonce Apostolique dans la République turque.

ÉconomieModifier

CultureModifier

Monuments et patrimoineModifier


AdministrationModifier

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
Les données manquantes sont à compléter.

HameauxModifier

Communes limitrophesModifier

Arce, Castro dei Volsci, Falvaterra, Pofi, Ripi, San Giovanni Incarico, Strangolagalli



Notes et référencesModifier