Ouvrir le menu principal

Centre d'histoire de la résistance et de la déportation

musée lyonnais

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musée de la Résistance et de la Déportation et CHRD.
Centre d'histoire de la Résistance et de la Déportation
Centre d'histoire de la résistance et de la déportation (2018).JPG
Informations générales
Type
Logo label musée de France.svg
Site web
Collections
Collections
Bâtiment
Article dédié
Localisation
Pays
Commune
Lyon (7e arrondissement)
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Lyon
voir sur la carte de Lyon
Red pog.svg

Le Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation (CHRD) est un musée de France situé dans la ville de Lyon. Il traite l'histoire de la Seconde Guerre mondiale.

Sommaire

HistoireModifier

Créé en 1965, il disposait de deux salles dans les locaux du musée d'histoire naturelle[1]. Le musée actuel est inauguré le , par Michel Noir, Jacques Chaban-Delmas et Elie Wiesel[2].

DescriptionModifier

Le bâtimentModifier

Le CHRD fait partie du Centre Berthelot, avec lequel il ne faut pas le confondre.

Le bâtiment dans lequel est installé le musée a été construit à la fin du 19e siècle pour accueillir l’École du service de santé militaire. Entre les printemps 1943 et 1944, ce bâtiment devient le siège de la Gestapo, dirigée par le lieutenant Klaus Barbie. Les caves du bâtiment, où se tiennent aujourd’hui la plupart des expositions temporaires, servent alors de geôles pour les prisonniers avant les interrogatoires brutaux menés dans les étages.

Exposition permanenteModifier

Le centre a organisé son exposition suivant 3 concepts fondamentaux de l'époque : engagement, information et propagande et pour finir, espace et temps. Dans l'exposition permanente, le visiteur découvre l’atmosphère des années d’Occupation grâce à un système d'audioguidage permettant d'obtenir le son allant avec ce que l'on observe (chansons, explications, paroles et sons des films). Le visiteur entrevoit tour à tour la nuit de la clandestinité et du secret, la nuit noire de la peur et de la trahison, la nuit des wagons plombés, mais aussi, celle plus claire, de la Résistance et de l’espoir. Progressant entre les murs qui tantôt emprisonnent et séparent, tantôt abritent et cachent, il peut y lire l’expression symbolique des blessures et des cicatrices que la période a pu laisser dans les mémoires.

Elie Wiesel y a fait graver ces mots après l'entrée : "toutes les victimes n'étaient pas juives, mais tous les juifs étaient des victimes".

Le procès Klaus BarbieModifier

Article détaillé : Procès de Klaus Barbie.

Ce fut le premier procès pour crimes contre l’humanité en France. Le procès de Barbie est un moment important pour l’histoire et la mémoire des années d'Occupation, participant au réveil de la mémoire collective des Lyonnais et préfigurant la création du CHRD.

Nommé chef de la Gestapo à Lyon, Klaus Barbie est chargé de la lutte contre les résistants, les communistes et les Juifs.

Les méthodes d’interrogatoire particulièrement brutales qu’il utilise expliquent qu’on le surnomme, à cette époque, « le boucher de Lyon ».

Quarante ans après les faits, en mai 1987, il est jugé pour crimes contre l’humanité et condamné à la réclusion criminelle à perpétuité.

Depuis son inauguration, le CHRD diffuse en exclusivité des extraits du procès grâce à l’autorisation exceptionnelle du tribunal de grande instance de Paris. Mettant l’accent sur les déclarations des témoins, ce film rend compte des débats et de l’émotion dans laquelle se sont déroulées les audiences, chaque témoignage contribuant à définir la notion de crime contre l’humanité.

Expositions temporairesModifier

 
Entrée de l'exposition Génération 40.

Le musée propose des expositions temporaires, dont certaines abordent des sujets contemporains tels que l’engagement des femmes, la Tchétchénie, la chute du Mur de Berlin, etc. Il donne ainsi des clés de compréhension du monde actuel.

PartenairesModifier

Le Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation fait partie des membres fondateurs du Réseau Memorha[3].

RéférencesModifier

  1. Neyret et Pelletier 2011, p. 21.
  2. Le Monde 1992.
  3. « Réseau Memorha: Statuts », sur reseaumemorha.org (consulté le 13 novembre 2015).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Liens externesModifier