Ouvrir le menu principal

Stammlagger VIII-C
Présentation
Nom local Stalag VIII-C
Type Camp de prisonniers de guerre
Superficie 48 ha
Gestion
Date de création
Créé par Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Date de fermeture
Fermé par Armée soviétique
Victimes
Type de détenus Prisonniers de guerre
Nombre de détenus 50 000
Géographie
Pays Drapeau de la Pologne Pologne
Région Basse-Silésie
Localité Sagan
Coordonnées 51° 35′ 51″ nord, 15° 17′ 40″ est

Géolocalisation sur la carte : Pologne

(Voir situation sur carte : Pologne)
Stammlagger VIII-C

Le Stalag VIII-C est un camp allemand de prisonniers de guerre lors de la Seconde Guerre mondiale, adjacent au Stalag Luft III.

HistoriqueModifier

Il est situé près de Sagan, en Basse-Silésie prussienne[n 1].

Pendant la première guerre mondiale, le camp existait déjà. Lors de la seconde guerre mondiale le camp fut reconstruit sur 48 ha en septembre 1939 pour accueillir plusieurs milliers de prisonniers polonais après l'offensive de septembre 1939. En complète infraction avec la troisième Convention de Genève la plupart d'entre eux furent en juin 1940 privés de leur statut de prisonniers de guerre et transférés dans des camps de travail[1]. Des soldats français et belges, faits prisonniers pendant la bataille de France prirent leur place, beaucoup d'entre eux venant d'Algérie, du Maroc et du Sénégal et de Madagascar. En 1941 arrivèrent de nouveaux prisonniers après la campagne des Balkans, pour la plupart britanniques, canadiens, grecs et yougoslaves. Ils furent suivis par des prisonniers soviétiques capturés lors de l'opération Barbarossa. En fin 1941, près de 50 000 prisonniers s'entassaient dans un espace conçu pour le tiers de ce nombre. Les conditions étaient épouvantables pour les prisonniers russes, la famine, les épidémies et les mauvais traitements prélevèrent un lourd tribut en vies humaines. Au début de 1942, les prisonniers soviétiques furent transférés vers d'autres camps, en particulier au Stalag VIII-E à Neuhammer. De nouveaux prisonniers arrivèrent, capturés pendant la Guerre du désert en Afrique du Nord, surtout après la chute de Tobrouk en décembre 1941. Il s'agissait principalement d'Australiens, de Sud-Africains (des blancs et des noirs) et des Polonais.

Évacuation et rapatriementModifier

Au début de février 1945, presque tous les prisonniers français au stalag VIII C, et puis ceux du Luft III, de Grande-Bretagne et du Commonwealth, furent acheminés vers l'ouest devant l'offensive soviétique. Le commandement du camp allemand détruisit une grande partie des documents et toutes les preuves des crimes commis contre les Soviétiques. Le 14 février l'Armée rouge entra dans le camp qu'elle utilisa par la suite pour y mettre des prisonniers allemands.

PostéritéModifier

En 1961, un monument fut érigé au cimetière en souvenir de ceux qui par milliers y étaient morts et y avaient été enterrés dans un charnier en dehors du camp. En 1971, le « Musée du martyre des prisonniers de guerre alliés » fut créé sur le site du camp pour abriter des souvenirs et des archives des deux Stalags, le Stalag VIII-C et le Stalag Luft III.

TémoignageModifier

François Bescond, Un paysan breton au Stalag VIII C, prisonnier de guerre, juin 1940-mai 1945, éditions Récits, 2018, 96 p. (ISBN 9-782918-945628).

Notes et référencesModifier

SourcesModifier

Référence de traductionModifier