Ouvrir le menu principal

Caudron C.800

Planeur
(Redirigé depuis Caudron C800)

Caudron C.800
Vue du planeur
Caudron C.800 sur le terrain de Lyon-Corbas vers 1950

Constructeur Drapeau : France Caudron
Premier vol avril 1942
Nombre construit 315
Équipage 2
Dimensions
Profil Emplanture Göttingen 654, bout d'aile Göttingen 676
Envergure 16 m
Longueur 8.35 m
Hauteur 2.36 m
Surface alaire 22 m2
Allongement 11.6
Masses et charge
Masse à vide 240 kg
Charge alaire maximale 19.1 kg/m2
Masse maximale 420 kg
Performances
Vitesse maximale 170 km/h
Finesse 21 à 78 km/h
Taux de chute minimal 0.93 m/s à 68 km/h m/s

Le Caudron C.800 est un planeur biplace français, conçu par Raymond Jarlaud et ayant fait son premier vol au cours de la Seconde Guerre mondiale. Il sera produit en grandes quantités après-guerre. Jusque dans les années 1960, il sera le planeur le plus utilisé par les clubs français pour la formation de base. Plusieurs volent encore.

Conception et développementModifier

La conception du Caudron C.800 a commencé peu après l'armistice franco-allemand de juin 1940, en même temps que celle du Castel C-25S. Les deux aéronefs étaient destinés à augmenter le nombre de machines disponibles pour les activités vélivoles en zone libre. Les ailes hautes en structure bois entoilée sont haubanées par deux mats reliant le bas du fuselage au milieu de l'aile. Jusqu'à l'ancrage des mats la corde est constante. Elle décroit ensuite pour donner un bout d'aile sensiblement elliptique, les charnières des ailerons sont obliques[1],[2].

Le fuselage de section ovale est un monocoque de contreplaqué entoilé[2]. L'aile est montée au sommet du fuselage juste derrière un poste de pilotage muni de doubles commandes, dans lequel l'instructeur et l'élève sont installés côte à côte. La verrière est composée de plusieurs pièces. Il y a plusieurs ouvertures transparentes dans le fuselage juste en dessous de la verrière[1]. Derrière l'aile, le fuselage s'affine jusqu'à l'empennage au-dessus duquel est monté le petit plan fixe de profondeur, comportant un léger dièdre. Les gouvernes de profondeur sont devant une fine dérive droite et une grande gouverne de direction. Comme les ailes, l'empennage est en structure bois entoilée. Le train d'atterrissage se compose d'une roue fixe, complétée par un patin en bois et une petite béquille de queue[1].

Deux prototypes de C.800 ont volé durant la Seconde Guerre mondiale. Le premier, achevé en , effectua son premier vol en [3],[4] en région parisienne, piloté par Roger Janin. L'exemplaire n° 2 volera également avant l’invasion de la zone libre, mais celle-ci interrompt tout travail[5].

Une version monoplace, le C.810 a également volé en 1942, mais ces deux prototypes ont été détruits dans des bombardements. Une version améliorée du monoplace, le C.811 a volé après 1945, mais jugé par le Ministère de l'Air trop semblable à d'autres modèles, tels que le Schneider Grunau Baby, il n'a pas été produit en série[3].

En 1951, une version améliorée du C.800 nommée C.801 a été conçue par Raymond Jarlaud. Elle avait une structure renforcée, une gouverne de direction agrandie et des ailerons équilibrés. La visibilité a été améliorée grâce à une simplification de la verrière et des plexiglas galbés. La manutention au sol a été facilitée par le déplacement de la roue vers l'avant[3],[6].

Historique opérationnelModifier

Après la Libération de la France en 1944, le gouvernement français en a commandé 450 exemplaires dans le cadre d'un effort pour faire renaître l'aviation française. La commande a été réduite par la suite à 248 exemplaires exemplaires[4]. La production de 300 exemplaires a commencé en 1945 à Aire-sur-Adour, dans l'usine Fouga. La plupart sont allés dans les clubs de vol à voile et sont devenus, avec le Castel C-25S, les biplaces standards jusqu'à leur remplacement par le Wassmer WA 30 Bijave au début des années 1960. Le C.800 est resté un important élément des clubs pendant plus de vingt ans[3]. Certains ont été utilisés par l'armée de l'Air et l'Aéronavale[4].

Dix C.801 ont été construits à Aire-sur-Adour[3] mais ont été interdits de vol en 1957[6].

En 2010, six C.800 restaient inscrits sur le registre des aéronefs civils français et un aux Pays-Bas[7].

En 2019, le site de la DGAC recense 43 appareils inscrits [8].

VariantesModifier

C.800
Original des années 1940. Production : 302 appareils construits.
C.800 version motorisée
Appareil n° 105 transformé par son ancien propriétaire Gaston Torchut.[9]. Restauré et remis au standard depuis[10]
C.801
Amélioration des années 1950. 10 appareils construits.
C.810
Version monoplace ayant volé en 1942. Les deux prototypes ont été détruits dans des bombardements.
C.811
Amélioration du C.810 ayant volé après-guerre, mais qui n'a pas été développée.

Avion exposésModifier

Données issues de Musées de l'Aviation, et Collections de l'Europe Continentale[11]. Des C.800 sont exposés à

RéférencesModifier

  1. a b et c Hardy, Michael (1982).
  2. a et b Shenstone, B.S.; K.G. Wilkinson; Peter Brooks (1958).
  3. a b c d et e "French glider production" (PDF).
  4. a b et c "Caudron C.800 - j2mcl Planeurs".
  5. Christian Ravel, Président fondateur du musée de l'air d'Angers Marcé, « Les origines du C800 », sur Association Touraine-Planeur (consulté le 8 novembre 2017).
  6. a et b "Caudron C.801 - j2mcl Planeurs".
  7. Partington, Dave (2010).
  8. « Direction Générale de l'Aviation Civile », sur immat.aviation-civile.gouv.fr (consulté le 18 mai 2019)
  9. « Caudron C-800 Épervier », sur https://www.j2mcl-planeurs.net (consulté le 20 novembre 2016)
  10. « Un Caudron C800 en club » (consulté le 20 novembre 2016)
  11. Ogden, Bob (2009).

BibliographieModifier

  • Hardy, Michael (1982). Gliders & Sailplanes of the World. London: Ian Allen Ltd. p. 25. (ISBN 0 7110 1152 4).
  • Ogden, Bob (2009). Aviation Museums and Collections of Mainland Europe. Air Britain (Historians) Ltd. (ISBN 978 0 85130 418 2).
  • OSTIV (1958). The World's Sailplanes. 1. OSTIV & Schweizer Aero-Revue. pp. 31, 34.
  • Partington, Dave (2010). European registers handbook 2010. Air Britain (Historians) Ltd. (ISBN 978-0-85130-425-0).
  • "French glider production" (PDF). Vintage Glider Club News. 44: 11–22. Summer 1982. production figures as stated in a special edition of AVIASPORT for French glider types, published by Pierre Bonneau in 1960
  • "Caudron C.800 - j2mcl Planeurs". Retrieved 2012-11-10.
  • "Caudron C.801 - j2mcl Planeurs". Retrieved 2012-11-10.

Lien interneModifier

Liens externesModifier