Ouvrir le menu principal

Les Cariens sont un peuple du sud-ouest de l'Anatolie, signalé depuis le VIIe siècle av. J.-C. et peuplant la Carie. Selon Hérodote[1], rapportant une tradition indigène, ils devraient leur nom à un héros éponyme, Car.

Sommaire

HistoireModifier

Divisés en cités soumises à des dynastes, ils gardent un conseil commun. Marins et soldats mercenaires, ils laissent les Grecs fonder, sur leur côte, des villes, où ils se mêlent à eux.

Soumis à Crésus, puis aux Perses, (-546 à -333), les Cariens participent à la « révolte de l'Ionie » (-499 à -493). Une famille de dynastes cariens domine la grecque Halicarnasse jusque vers -454, puis reprend de l'importance avec Hécatomnus, qui obtient du Roi la création d'une satrapie de Carie (vers -390), qui passera à ses descendants.

Mausole (-377 à -353) continue la politique d'assujettissement des cités grecques voisines. Rentrée dans le droit commun à l'extinction de la dynastie (-326), la Carie est dépecée par les rois hellénistiques et les Rhodiens.

Notes et référencesModifier

  1. Histoires, I, 171. Cf. Dominique Briquel, L'origine lydienne des Étrusques. Histoire de la doctrine dans l'Antiquité (« Collection de l'École française de Rome », 139), Rome, École française de Rome, 1990, p. 24 (en ligne).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Olivier Henry, Tombes de Carie. Architecture funéraire et culture carienne, VIe-IIe siècle av. J.-C., Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, 288 p. (ISBN 978-2753507586)
  • Damien Aubriet, « Mylasa et l'identité carienne », in 4th Century Karia. Defining a Karian identity under the Hekatomnids, Publications de l'Institut français d'études anatoliennes, 28, 2013, p. 189-208 (en ligne).

Article connexeModifier