Ouvrir le menu principal
Ruines du Mausolée, le plus célèbre bâtiment d'Halicarnasse.

Halicarnasse (en grec ancien Ἁλικαρνασσός / Halikarnassós) est une ancienne ville d'Asie mineure sur la mer Égée, dans l'ancienne province de Carie, actuellement sous le nom de Bodrum, au sud-ouest de la Turquie.

Sommaire

FondationModifier

 
Vestiges du théâtre

Comme la Carie est une colonie phénicienne, il paraît plus que probable que la cité d'Halicarnasse doit — comme celle de Cnide — sa naissance à une colonie phénicienne se mêlant aux Lélèges et aux Cariens qui occupaient déjà les lieux. La ville est ensuite dominée par les Doriens, probablement de Trézène et d'Argos. Elle fait alors partie de l'Hexapole dorienne, mais en est chassée après qu'un de ses ressortissants nommé Agasiclès eut emporté chez lui le trépied d'airain gagné aux jeux d'Apollon Triopien au lieu de le consacrer au dieu[1].

Halicarnasse devient alors le centre d'un petit royaume, dirigé d'abord par le tyran Lygdamis, puis par sa fille Artémise Ire (fl. -480). Cette dernière gouverne déjà sous la suzeraineté des perses achéménides, et participe avec cinq vaisseaux à la bataille de Salamine aux côtés de Xerxès Ier. Hérodote naît dans cette ville en -484 ou -482.

Ville puis capitale de CarieModifier

 
Plan d'Halicarnasse, telle qu'agrandie par Mausole.

La ville intègre ensuite la satrapie perse de Carie. Lorsque Mausole prend le pouvoir (vers 376-353 av. J.-C.), il décide d'y déplacer sa capitale, la ville étant plus facile à défendre que Mylasa. Il agrandit sensiblement la ville pour cet usage, y faisant construire un port militaire et un sanctuaire à Arès.

Lorsqu'il meurt, sa sœur et épouse Artémise II fait élever un tombeau monumental à sa mémoire, sur des plans qu'il avait lui-même conçu. Le mausolée d'Halicarnasse est considéré par Pline l'Ancien comme l'une des Sept Merveilles du monde.

Intégration à l'empire d'AlexandreModifier

Article détaillé : Siège d'Halicarnasse.

Lorsque Alexandre le Grand envahit la Perse en 334 av. J.-C., Ada de Carie, dépossédée de son trône, s'allie avec Alexandre. La ville est assiégée par ce dernier, et voyant la défaite certaine, Memnon de Rhodes l'incendie. La majorité de la ville est détruite.

La ville ne se relèvera jamais vraiment du siège (à l'époque antique) et Cicéron la décrit comme quasiment déserte.

L'histoire chrétienne, musulmane et moderne de la ville est décrite dans l'article Bodrum.

Personnages célèbresModifier

MythologieModifier

C'est la patrie de la naïade Salmacis qui fit vœu d'être unie à Hermaphrodite selon les Métamorphoses d'Ovide.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier