Enrico Noris

prélat catholique
(Redirigé depuis Cardinal Noris)

Enrico Noris
Image illustrative de l’article Enrico Noris
Biographie
Naissance
Vérone, Drapeau de la République de Venise République de Venise
Ordre religieux Augustins
Décès
Rome, Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal

par le pape Innocent XII
Titre cardinalice Cardinal-diacre de S. Agostino
Évêque de l’Église catholique
Dernier titre ou fonction Bibliothécaire du Vatican
Archiviste du Vatican

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Enrico Noris, né le à Vérone et mort le à Rome, est cardinal et critique italien.

BiographieModifier

 
Monument funéraire dans la cathédrale de Vérone

Né à Vérone, Enrico Noris était d'origine irlandaise. Il entra dans l'ordre des Augustins à Rimini en 1647 lorsqu'il commença son noviciat. En 1651, il se rend à Rome pour parfaire sa connaissance de la théologie et de philosophie. Il professa la théologie dans plusieurs maisons de son ordre : d'abord à Pesaro, puis à Pérouse, Florence et enfin à Padoue de 1666 à 1672[1].

Il est appelé à Rome en 1673 mais trouve un subterfuge pour rester en Vénétie afin de publier une Histoire du Pélagianisme. La même année, grâce à l'intercession de son ami Antonio Magliabechi, le grand-duc de Toscane Cosme III le nomma Professeur de théologie et d'histoire ecclésiastique à l'université de Pise. Il y poursuit ses travaux d'érudition qui accroissent sa réputation au sein de l’Église et dans la République des Lettres[1].

Il est nommé par la reine Christine de Suède membre de l'Académie en qu'elle avait créée dans son palais romain en 1674. Il se rend à Rome sur l'invitation du pape Innocent XII, qui le nomme premier bibliothécaire du Vatican en 1692 où il succède à Emmanuel Schelstrate. Lorenzo Alessandro Zaccagni (1657-1712), qui est alors second bibliothécaire, le remplacera après son l’élévation de Noris au cardinalat[2]. Enrico Noris est en effet créé cardinal au consistoire du 12 décembre 1695 avec le titre de cardinal-prêtre de Saint-Augustin[1].

Il meurt le 12 décembre 1704, alors qu'il écrit une histoire des donatistes. Il est inhumé dans la basilique Saint-Augustin de Rome dont il tirait son titre cardinalice où sa sépulture est toujours visible.

Après sa mort, l'Église condamna son œuvre pour jansénisme.

ŒuvresModifier

  • une Histoire du Pélagianisme, 1673
  • A la défense d'Augustin (Vindiciae Augustinianae), 1673
  • une Histoire des Donatistes,
  • Epochae Syro-Macedonum,
  • Cenotaphia pisana,
  • Paraenesis ad P. Harduinuin, où il réfute les paradoxes du père Hardouin.

Ses Œuvres complètes, publiées à Vérone de 1729 à 1741, forment cinq volumes in-folio.

AnnexesModifier

Bibliographie et sourcesModifier

  • Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Cardinal Noris » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (lire sur Wikisource)
  • Giovanni Maria Crescimbeni, Le Vite degli Arcadi illustri Parte I (Roma: Antonio de' Rossi 1708), 199-222.
  • Henri Noris cardinal, dans Louis Ellies Dupin, Nouvelle bibliothèque des auteurs ecclésiastiques, chez Pierre Humbert, Amsterdam, 1711, tome XVII, p. 146-154 (lire en ligne)
  • Mario Guarnacci, Vitae et res gestae Pontificum Romanorum et S. R. E. Cardinalium Tomus primus (Romae: typis Bernabo & Lazzarini 1751), pp. 447–454.
  • Léon G. Pélissier, "Le card. Henri de Noris et sa correspondence," Studi e documenti di storia e diritto 11 (1890), 25-64; 253-332.
  • J. P. Adams, Life of Cardinal Enrico Noris. retrouvé 01/03/2016.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (it) « Notice biographique d'Enrico Noris (en italien) », sur Dizionario biografico Treccani (consulté le 9 août 2018)
  2. André Robinet, G. W. Leibniz à Rome (avril-novembre 1689)

Liens externesModifier