Ouvrir le menu principal
Campagne de Keelung
Description de cette image, également commentée ci-après
Bombardement de Keelung par l'escadre française en août 1884
Informations générales
Date Août 1884-mars 1885
Lieu Keelung Côte nord de Taïwan
Issue Statu quo stratégique et tactique
Belligérants
Drapeau de la France FranceDrapeau de la Chine (Dynastie Qing) Empire de Chine
Commandants
Drapeau : France Amédée Courbet
Drapeau : France Sébastien Lespès
Drapeau : France Jacques Duchesne
Drapeau de la Chine (Dynastie Qing) Liu Ming-ch'uan
Drapeau de la Chine (Dynastie Qing) Sun K'ai-hua
Drapeau de la Chine (Dynastie Qing) Su Te-sheng
Drapeau de la Chine (Dynastie Qing) Chang Kao-yuan
Drapeau de la Chine (Dynastie Qing) Ts'ao Chih-chung
Drapeau de la Chine (Dynastie Qing) Lin Ch'ao-tung
Drapeau de la Chine (Dynastie Qing) Wang Shih-cheng
Forces en présence
> navires de guerre
4 500 hommes (en mars 1885)
35 000 hommes (en mars 1885)
Pertes
Environ 700 tués
Plusieurs centaines de blessés
Plusieurs milliers de tués et blessés

Guerre franco-chinoise

Batailles

Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 25° 08′ 00″ nord, 121° 44′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Taïwan

(Voir situation sur carte : Taïwan)
Campagne de Keelung

La campagne de Keelung (août 1884-mars 1885) est une campagne militaire mené par les Français au nord de Formose (Taïwan) pendant la guerre franco-chinoise.

Échec du débarquement d'août 1884Modifier

Au matin du 5 août, après le rejet de l'ultimatum français par les Chinois de leur remettre leurs défenses côtières, la Galissonnière , le Villars et le Lutin engagent et mettent hors de service les trois batteries côtières de Keelung. Dans l'après-midi, l'amiral Lespès met à terre un bataillon de l'infanterie de marine pour occuper Keelung et les mines de charbon de Pei-tao, mais l'arrivée de nombreuses troupes chinoises menées par Liu Ming-ch'uan oblige les Français à battre en retraite et à réembarquer le 6 août. Les pertes humaines françaises dans cette opération infructueuse sont de 2 mort et 11 blessées. Les Chinois ont subi des pertes manifestement plus lourdes.

Prise de KeelungModifier

En octobre 1884, l'amiral Courbet dispose d'un corps expéditionnaire de 2 000 hommes : le régiment de marche du lieutenant-colonel Bertaux-Levillain formé de trois bataillons de l'infanterie de marine et de trois batteries d'artillerie[1]. Le 1er octobre, les marsouins prennent le port. Incapable d'avancer au-delà de cette tête de pont, ils doivent faire face à la contre-attaque, à l'intérieur de Keelung, menée par des forces chinoises supérieures en nombres commandées par le commissaire impérial Liu Ming-ch'uan.

Opérations de novembre et décembreModifier

En novembre et décembre 1884, le choléra et la typhoïde affectent le corps expéditionnaire français, alors que des renforts pour l'armée chinoise sont envoyées à Formose via les îles Pescadores, portant ces forces à 35 000 hommes à la fin de la guerre.

Offensives de janvier et mars 1885Modifier

Début janvier, le corps expéditionnaire a été considérablement renforcé avec deux bataillons d'infanterie, portant son effectif à environ 4000 hommes. Quatre des six compagnies du 3e bataillon du 1er régiment de tirailleurs algériens (chef de bataillon Fontebride) sont arrivées dans Keelung le 6 janvier et les quatre compagnies du 4e bataillon du 2e régiment étranger d'infanterie (chef de bataillon Vitalis) débarquent le 20 janvier[2]. On a donné le commandement du corps expéditionnaire renforcé au lieutenant-colonel Jacques Duchesne.
À la fin janvier et début mars 1885, les Français remportent deux victoires tactiques impressionnantes contre leurs assiégeants chinois, mais ils ne sont pas assez nombreux pour exploiter ces victoires.

Fin de la campagneModifier

La campagne de Keelung prend fin en avril 1885, elle s'achève par un statu quo stratégique et tactique. À l'époque, cette campagne est critiquée par l'amiral Courbet, le commandant de l'escadre d'Extrême-Orient, comme étant stratégiquement inutile et ayant causé une division des forces navales françaises.

DécorationModifier

FORMOSE 1885 est inscrit sur le drapeau des régiments cités lors de cette bataille.

Notes et référencesModifier

  1. Le bataillon Ber est composé de la 23e, 26e, 27e et 28e compagnie du 3e R.I.Ma (Capitaines Casse, Marty, Carré et Melse). Le bataillon Lacroix est composé de la 21e, 22e, 23e et 24e compagnie du 2e R.I.Ma (Capitaines Bauche, Thirion, Leverger et Onffroy de la Rozière). Le bataillon Lange est composé de la 25e, 26e, 27e et 30e compagnie du 2e R.I.Ma (Capitaines Amouroux, Bertin, Cramoisy et Le Boulaire). L'infanterie est appuyée par la 23e batterie d'artillerie de marine (Capitaine de Champglen) et par la 11e batterie du 12e régiment d'artillerie (Lieutenant Naud). Les 4 canons revolver Hotchkiss sont commandés par le lieutenant de vaisseau Barry.
  2. Le 3e bataillon du 1er R.T.A. est composé de la 3e, 4e, 5e et 6e compagnie (Capitaines Pénasse, de Fradel, Michaud et Bernhart). Les officiers commandant les compagnies de la Légion sont les capitaines du Marais, Césari et Lebigot et le lieutenant Jannet.

Voir aussiModifier

Sources et bibliographieModifier

En français 
  • Ernest Picard-Destelan, Annam et Tonkin : Notes de voyage d'un marin, Paris, 1892
  • Émile Duboc, Trente cinq mois de campagne en Chine, au Tonkin, Paris,
  • S. Ferrero, Formose, vue par un marin français du XIXe siècle, Paris, 2005
  • Huard, La guerre du Tonkin, Paris, 1887
  • Maurice Loir, L'escadre de l'amiral Courbet, Paris, 1886
  • Maurice Rollet de l'Isle, Au Tonkin et dans les mers de Chine, Paris, 1886, [lire en ligne]
  • Auguste Thomazi, La conquête de l'Indochine, Paris, 1934
  • R. Vienet, « Devant le champ de bataille de Mawei (Chine) », dans La Géographie, n°1525, juin 2007, p. 31–53
  • Rémi Monaque, Une histoire de la marine de guerre française, Paris, éditions Perrin, , 526 p. (ISBN 978-2-262-03715-4)
En anglais 
  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Keelung Campaign » (voir la liste des auteurs).
  • (en) James F. Roche et L. L. Cowen, The French at Foochow, Celestial Empire, , totales49 p. (lire en ligne)
  • (en) J. Rawlinson, China's Struggle for Naval Development, 1839–1895, Harvard, 1967
  • (en) R. Wright, The Chinese Steam Navy, 1862–1945, Londres, 2001
  • Lung Chang [龍章], Yueh-nan yu Chung-fa chan-cheng [越南與中法戰爭, Vietnam and the Sino-French War] (Taipei, 1993)

Articles connexesModifier