Cadurcotherium

genre éteint de rhinocéros primitifs, de la famille également éteinte des Amynodontidae
Cadurcotherium
Description de cette image, également commentée ci-après
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Sous-classe Theria
Ordre Perissodactyla
Clade Tapiromorpha
Clade Ceratomorpha
Super-famille Rhinocerotoidea
Famille  Amynodontidae

Genre

 Cadurcotherium
Gervais, 1873

Espèces de rang inférieur

Cadurcotherium, est un genre éteint de rhinocéros primitifs, sans cornes, de la famille également éteinte des Amynodontidae, et parfois placé dans la tribu des Cadurcodontini[2].

Il a vécu en Europe (France, Suisse, Bosnie-Herzégovine, Espagne, Allemagne) durant l'Oligocène, il y a environ entre 33,9 et 23,03 millions d'années[3].

DescriptionModifier

Comme tous les aminodontidés, Cadurcotherium avait un aspect vaguement similaire à celui d'un hippopotame ou d'un tapir, avec des pattes relativement courtes et un corps allongé. Le crâne était plutôt court et se terminait probablement par une courte trompe (du fait de la rétraction des os du nez). C'était un représentant spécialisé de son groupe. Il possède une denture caractéristique avec deux incisives supérieures et une inférieure sur chaque branche de la mâchoire. Ses prémolaires et molaires avaient une couronne très haute (hypsodontes), de section très étroite pour les molaires inférieures.

Le crâne de C. cayluxi mesure environ 60 centimètres de long, tandis que celui de C. minus, est, comme son nom l'indique, plus petit[3].

Liste des espècesModifier

Deux ou trois espèces de Cadurcotherium sont généralement retenues :

  • Cadurcotherium minus est connue dans le Rupélien du sud-ouest et du centre de la France et en Suisse (Canton du Jura). Elle provient de niveaux stratigraphiques rupéliens un peu plus anciens que ceux qui ont fourni C. cayluxi. C. minus pourrait ainsi avoir précédé C. cayluxi[3] ;
  • Cadurcotherium rakoveci, décrite dans le Chattien de Bosnie-Herzégovine. Selon B. Ménouret (2018) « Les différences entre les espèces C. minus et C. rakoveci sont très faibles, elles pourraient être synonymes »[3].

Notes et référencesModifier

RéférencesModifier

  1. (de) M. Malez and E. Thenius. 1985. Über das Vorkommen von Amynodonten (Rhinocerotoidea, Mammalia) im Oligo-Miozän von Bosnien (Jugoslawien). Palaeontologia Jugoslavica 34:1-26
  2. (en) A. Averianov, I. Danilov, J. Jin and Y. Wang. 2017. A new amynodontid from the Eocene of South China and phylogeny of Amynodontidae (Perissodactyla: Rhinocerotoidea). Journal of Systematic Palaeontology 15(11):927-945
  3. a b c d e et f Bernard Ménouret, 2018, Le genre Cadurcotherium (Rhinocerotoidea) en Europe ; synthèse des connaissances et révision systématique, Revue de Paléobiologie, Genève (décembre 2018) 37 (2): 495-517
  4. Roman, F., & L. Joleaud. 1908. Le Cadurcotherium de l'Isle-sur-Sorgues (Vaucluse) et révision du genre Cadurcotherium. Archives du Muséum d'Histoire Naturelle de Lyon, 10:1-52
  5. Bonis L. de, 1995. Le Garouillas et les sites contemporains (Oligocène, MP 25) des Phosphorites du Quercy (Lot, Tarn-et-Garonne, France) et leurs faunes de vertébrés. 9. Perissodactyla : Amynodontidae. Palaeontographica, 236(1-6): 157-175

Voir aussiModifier

Références taxinomiquesModifier

(en) Référence Paleobiology Database : Cadurcotherium Gervais, 1873

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier