Ouvrir le menu principal

Bruno Durand

poète, linguiste et bibliothécaire français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Durand (homonymie).
Bruno Durand
Bruno DURAND.jpg
Bruno Durand en 1970.
Fonction
Majoral du Félibrige
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinction

Bruno Durand, né le à Aix-en-Provence et mort le à Saint-Marc-Jaumegarde, est un poète provençal d'expression occitane et un félibre, qui fut également archiviste, bibliothécaire, historien et linguiste.

Sommaire

BiographieModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Issu d'une famille provençale de notables, Bruno Durand est le fils d'un avocat au barreau d'Aix-en-Provence et le petit-fils d'un juge de paix d'Aix-en-Provence. Du côté de sa mère, il est le petit-fils de Louis de Bresc (1834-1911) auteur de l'Armorial des communes d'Aix-en-Provence et le petit-neveu de l'historien et poète Léon de Berluc-Pérussis (1835 à 1902), majoral du Félibrige.

En 1912, il obtient une licence en droit à la Faculté de droit d'Aix-en-Provence et fonde avec trois amis la revue Les Quatre Dauphins (en référence à une place du quartier Mazarin à Aix-en-Provence). L'année suivante, lors des Jeux floraux (Grand Jo flourau setenàri), joutes littéraires organisées tous les sept ans par le Félibrige, Bruno Durand remporte le titre de Maître en Gai-Savoir (Mèstre en Gai-Sabé) pour son recueil de poèmes Lis Alenado dou Garagai. Frédéric Mistral lui décerne en personne ce titre.

En 1917, Bruno Durand est diplômé archiviste-paléographe de l'École des chartes, avec une thèse sur la vie municipale à Aix avant 1789.

De retour à Aix-en-Provence, il publie des articles notamment dans la revue Le Feu. Il écrit aussi des recueils de poèmes comme La fontaine d'argent paru en 1920 et des nouvelles (Le calendrier sentimental, etc.). Avec André Bouyala d'Arnaud, il fonde la maison d'édition Sextia qui publie entre autres une traduction des Pensées de Sophocle (1920)

De 1921 à 1934, Bruno Durand est archiviste au service historique de la Marine à Toulon où il rédige plusieurs inventaires. Puis, il devient conservateur-adjoint à la Bibliothèque Méjanes à Aix-en-Provence, qu'il dirigera de 1936 à 1958.

En 1923, il publie une Grammaire provençale au succès tel qu'une sixième réédition en est publiée en 1983, soit soixante ans plus tard.

En 1930, son recueil de poèmes Petite suite corse est publié aux éditions Le Feu.

En 1937, Il est élu Majoral du Félibrige (Felibre majourau, sorte d'académicien de langue occitane). En 1944, Bruno Durand devient membre de l'Académie d'Aix-en-Provence.

Maire de Saint-Marc-Jaumegarde pendant l'Occupation, Bruno Durand est ensuite conseiller municipal de mars 1959 à sa mort. Par deux fois, il refuse la Légion d'honneur qui lui est proposée, considérant qu’il n'a toujours fait que son devoir.

En 1955, il édite la Correspondance de Frédéric Mistral et Léon de Berluc-Pérussis 1860-1902. En 1974, il fait paraître la bibliographie de Joseph d'Arbaud : Joseph d'Arbaud, 1874-1950, sa vie, son œuvre.

Bruno Durand meurt à Saint-Marc-Jaumegarde le , à l'âge de 85 ans

ŒuvresModifier

Bruno Durand est l'auteur de nombreuses œuvres poétiques en provençal, en français et en latin. Il a également écrit aussi plusieurs ouvrages sur la linguistique de la langue d'oc : Étude sur l'orthographe de la langue occitane (1922), Les Lettres provençales : la langue provençale en Provence de Louis XIV au felibrige (1925)

Recueils linguistiquesModifier

  • Grammaire provençale, Aix-en-Provence en 1923, 6e édition 1983 Marseille

Recueils historiques et bibliographiesModifier

  • Correspondance de Frédéric Mistral et Léon de Berluc-Pérussis, 1860-1902, Gap, 1955
  • Sainte Victoire dans l'histoire et dans la légende, Cavaillon, 1965
  • Luc de Clapiers marquis de Vauvenargues et son temps, 1966, réédité à Paris en 2012
  • Joseph d'Arbaud 1874-1950 sa vie, son œuvre, 1974

Recueils poétiquesModifier

  • Lis alenado dòu Garagaï, poèmes provençaux, 1913 (grand prix des Jeux Floraux septénaires du Félibrige)
  • Petite suite corse, poèmes, édition Le Feu, 1930
  • Lou Camin Roumieu. prouvençalo Recuei de Trobo (La Voie romaine. Recueil de poésies provençales), Aix-en-Provence 1958
  • Lou Lougis de la Juno. prouvençalo Recuei de Trobo. (Le Logis de la lune. Recueil de poésies provençales), Marseille 1962
  • Li Soulòmi e li Soulas. prouvençalo Recuei de Trobo. (Les Plaintes Et Les consolations. Recueil de poèmes provençaux), Cavaillon 1965
  • Le Cyprès et l'olivier, Cavaillon, 1975

Recueils de nouvellesModifier

  • Le calendrier sentimental, contes aixois, édition Le Feu, 1920

PostéritéModifier

  • Le prix de l'académie d'Aix-en-Provence sur un sujet provençal porte le nom de Bruno Durand
  • un chemin situé à d'Aix-en-Provence porte le nom de Bruno Durand

Notes et référencesModifier


AnnexesModifier