Ouvrir le menu principal

Brian Griffin (photographe)

photographe britannique
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brian Griffin (homonymie).
Brian Griffin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nationalité
Activité

Brian Griffin (né en 1948, à Birmingham, au « General Hospital ») est un photographe britannique. Il est surtout connu comme portraitiste et pour son travail dans l'industrie musicale (pochettes de disques et vidéos).

Sommaire

BiographieModifier

De 1959 à 1964, il fait ses études à la Halesowen Technical School. Il est issu d'un milieu populaire [1] et, à l'âge de 16 ans, ses parents le retirent de l'école et il travaille de 16 à 21 ans dans divers bureaux et usines, puis dans une usine de tapis roulants de la British Steel Corporation et comme ingénieur pour l'industrie nucléaire [2] avant de reprendre des études de photographie au "Manchester College of Art and Design - Manchester Polytechnic School of Photograph" de 1969 à 1972 [3] .

Après son diplôme en 1972, il travaille huit mois dans la sidérurgie puis devient photographe indépendant. Il est engagé par le magazine Management Today. Il a travaillé dans la presse pour The Sunday Times Magazine, The Face, Time Out, The Observer Magazine, L’Uomo Vogue; dans la publicité (photos et publicités télévisées) pour British Airways, Sony, Smirnoff, etc. Il a commencé à travailler dans la musique pour Stiff Records, réalisé les photographies des couvertures des albums du groupe britannique Depeche Mode (Speak & Spell, A Broken Frame, Construction Time Again, Some Great Reward et Black Celebration), des photos et des vidéos pour Siouxsie and the Banshees, Elvis Costello, Iggy Pop, Ringo Starr, Paul Mc Cartney Peter Gabriel, R.E.M., Kate Bush, Simple Minds, Joe Jackson [4], Billy Idol, The Psychedelic Furs, King Sunny Ade, Echo and the Bunnymen, Sly ‘n’ Robbie, Panasonic et Pan Sonic, Tindersticks, Mogwai, Pole, Devo, Throbbing Gristle, notamment.

Il ouvre le Brian Griffin Studio en 1980, cofonde Film Produktion Limited en 1991.

En 1981, son livre Power est mis en page par son ami Barney Bubbles avec lequel il travaillé pour des pochettes de disques, mais l'éditeur le ré-arrange et il choisit désormais de s'auto-publier[5].

En 1989, il est le « Photographe de la décennie » pour le quotidien The Guardian, "le plus imprévisible et le plus influent portraitiste des trois dernières décennies pour le British Journal of Photography[6]; membre honoraire de la Royal Photographic Society, depuis 2006; "Photographic Book Award" à la Primavera Fotográfica de Barcelone.

Il a été accrédité pour le « National Portrait Gallery / BT road to 2012 project », projet sur les personnes travaillant à la réalisation des jeux olympiques de Londres en 2012. En 2011, il a été chargé de produire une exposition pour le lancement de "Marseille – Provence 2013 capitale européenne de la culture"[6]. Le 22/03/2011, il a fait une conférence intitulée "Survival and the Creative Photographer" pour la "2011 Janet Hall Memorial Lecture" : "En 2001, j'ai décidé que je ne photographierai plus pour l'argent et que je trouverai des moyens pour vivre de ma créativité […] Cette conférence montrera et expliquera comment je me suis débrouillé pour y arriver." [7]

Quelques expositionsModifier

  • 1978, Portraits of Our Time, The Photographers’ Gallery, Londres.
  • 1984, Brian Griffin, Olympus Gallery, Tokyo.
  • 1987, Brian Griffin, portraitiste londonien, Rencontres d'Arles.
  • 1988, WORK, National Portrait Gallery, Londres; Impressions Gallery, York; Tate, Liverpool; Norwich Arts Centre; Brewery Arts Centre, Kendal; Visage Gallery, Chester.
  • The Water People, Gallerí 100°, Reykjavik, 04/03/2006 à 04/04/2006.
  • Collectif, Les troubles du cadre, Galerie du Château d'eau, Toulouse, 17/05/2006 à 25/06/2006.
  • The water people, [space], Londres, 27/10/2007 à 15/12/2007.
  • Teamphoto et The water people, 40 ans de ruptures, Rencontres d'Arles, 2009.
  • Olympic Games The Road to 2012, National Portrait Gallery, Londres, 2009.
  • Face to face, a retrospective, City of Birmingham, 30/09 au 21/11/2010.
  • The Black Country, New Art Gallery, Walsall, 08/04 au 18/06/2011; Collège des Bernardins, Paris, 19/11/2010 au 23/11/2011.
  • Collectif, Right here, right now, Galerie Quad, Festival Format 2011, Derby. Anime un workshop.
  • Retour à quai, dans l'exposition Méditerranées, 12/01 au 18/05, Marseille-Provence 2013.
  • Annual Report 1974-2013, du 3 au 20/10/2013, Foto/Industria Biennale 01, Bologne, Italie.

CollectionsModifier

Victoria and Albert Museum, London. Arts Council of Great Britain, London. British Council, London. West Midlands Arts. Stills gallery, Edinburgh. National Portrait Gallery [1], London. City Museum, Braga, Portugal. Museum Folkwang, Essen, Allemagne. Birmingham Museum and Art Gallery, Birmingham. Art Museum Reykjavik, Islande. Baugur Group.

PublicationsModifier

  • 1978 : Brian Griffin Copyright (auto-publié)
  • 1981 : Power (Travelling Light)
  • 1983 : Y (journal auto-publié, graphisme Barney Bubbles)
  • 1983 : Auras (Olympus Gallery)
  • 1984 : Power, en poche (Travelling Light)
  • 1986 : Open, (auto-publié)
  • 1987 : Portraits (auto-publié)
  • 1988 : Portraits, seconde édition (auto-publié)
  • 1989 : Work (auto-publié)
  • 2000 : Film Stills (auto-publié)
  • 2005 : Brian Griffin Influences (auto-publié)
  • 2006 : The Water People (Island)
  • 2006 : Baugur The Movie (Baugur)
  • 2007 : Teamphoto (LCR)
  • 2012 : Business as Usual (Éditions Bessard)
  • 2013 : The Black Kingdom (Dewi Lewis Publishing)

AnnexesModifier

NotesModifier

  1. "Je n'ai pas de sous-entendu politique, dit-il, mais j'ai du respect pour le travail manuel. Je suis issu d'un milieu ouvrier et j'ai vu mes parents se faire maltraiter à l'usine. Du coup j'essaie de faire des travailleurs des stars.", Le Monde, 08/07/2009.
  2. « La photographie est entrée dans ma vie en 1966, alors que je travaillais dans une usine qui fabriquait des tapis roulant dans le Black Country, une zone près de Birmingham. Le contremaître m’a suggéré de m’inscrire au club de photo voisin. J’ignore tout à fait pourquoi il m’a parlé de ça. Pour être honnête, je n’étais pas profondément intéressé – mais je me suis inscrit au club de photo et j’ai acheté mon premier appareil. Ce n’est qu’en 1969, lorsque je travaillais dans un bureau à Birmingham en tant qu’ingénieur spécialisé dans le nucléaire que la photographie a pris une nouvelle tournure dans ma vie. […] j’ai envoyé ma candidature à des universités pour me plonger à plein temps dans l’étude de la photographie. » Texte du catalogue de la rétrospective à Arles, 2009.
  3. The Guardian, 16/06/2010.
  4. Lire : Julian Lass The making of an iconic album cover, The British Journal of Photography, 03/03/2010 - sur "Look Sharp".
  5. Voir le site personnel de BG.
  6. a et b Biographie du festival Format 2011.
  7. Programme du London Independent photography, 2011.

ArticlesModifier

  • Biographie de son exposition au collège des Bernardins.
  • Claire Guillot, "Les images de Brian Griffin présentent le monde du travail comme un univers de fiction", Le Monde, 07/07/2009. Repris ici [2]

GaleriesModifier

VidéosModifier

Liens externesModifier