Ouvrir le menu principal

Bretigny-sur-Morrens

commune du canton de Vaud
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brétigny.

Bretigny-sur-Morrens
Bretigny-sur-Morrens
Blason de Bretigny-sur-Morrens
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Gros-de-Vaud
Localité(s) Béthusy
Communes limitrophes Bottens, Lausanne, Cugy, Morrens, Assens
Syndic Markus Mooser
NPA 1053
N° OFS 5515
Démographie
Population
permanente
843 hab. (31 décembre 2018)
Densité 295 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 36′ 00″ nord, 6° 38′ 00″ est
Altitude 725 m
Superficie 2,86 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Bretigny-sur-Morrens
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Bretigny-sur-Morrens

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Bretigny-sur-Morrens

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Bretigny-sur-Morrens
Liens
Site web www.bretigny.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Bretigny-sur-Morrens est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district du Gros-de-Vaud. Citée dès 1224, elle fait partie du district d'Échallens entre 1798 et 2007. La commune est peuplée de 825 habitants en 2018. Son territoire, d'une surface de 285 hectares, se situe dans la région du Gros-de-Vaud, au bord du Talent.

Sommaire

HistoireModifier

Bretigny-sur-Morrens est connu sous le nom de Britignie en 1224. Les nobles de Bottens y ont un fief, qu'ils tiennent des seigneurs de Cossonay. Il est ensuite une possession des nobles de Russin. À l'époque bernoise, le village fait partie du bailliage de Lausanne et est géré par l'assemblée des communiers. Le village fait ensuite partie du district d'Échallens entre 1798 et 2007, puis du district du Gros-de-Vaud depuis 2008. La maison de commune date de 1806[3].

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune de Bretigny-sur-Morrens se blasonnent ainsi :
Taillé d'argent et de gueules à la chèvre saillante de l'un à l'autre[4].

GéographieModifier

La surface totale de la commune de Bretigny-sur-Morrens représente 285 hectares qui se décomposent en : 31 ha de surfaces d'habitat et d'infrastructure, 185 ha de surfaces agricoles, 69 ha de surfaces boisées et enfin moins d'un hectare de surfaces improductives (lacs et cours d'eau par exemple). Dans le détail en 2005, les aires industrielles et artisanales représentent 0,35 % du territoire communal, les maisons et bâtiments 7,37 %, les routes et infrastructures de transport 1,05 %, les zones agricoles 43,16 % et les zones arboricoles et viticoles 2 %[2].

Jusqu'à sa dissolution, la commune faisait partie du district d'Échallens. Depuis le 1er janvier 2008, elle fait partie du nouveau district du Gros-de-Vaud. Elle a des frontières communes avec Bottens, Lausanne, Cugy, Morrens et Assens.

Le territoire communal se trouve sur le plateau suisse, dans la région du Gros-de-Vaud. Sa frontière ouest et sud est marquée par le Talent qui a creusé, au fil du temps, une vallée dans la molasse ; au nord-est, c'est le Combron, un affluent du Talent, qui marque la frontière. Le territoire s'étend à travers le plateau d'Épinay jusqu'au bois des Cloux, à l'ouest de Chalet Marin ; le point culminant de la commune s'y trouve à une altitude de 743 mètres.

DémographieModifier

Selon l'Office fédéral de la statistique, Bretigny-sur-Morrens compte 843 habitants en 2018[1]. Sa densité de population atteint 295 hab./km2.

En 2000, la population de Bretigny-sur-Morrens est composée de 274 hommes (48,7 %) et 289 femmes (51,3 %). La langue la plus parlée est le français, avec 540 personnes (95,4 %). La deuxième langue est l'allemand (17 ou 3 %). Il y a 511 personnes suisses (90,3 %) et 55 personnes étrangères (9,7 %). Sur le plan religieux, la communauté protestante est la plus importante avec 260 personnes (45,9 %), suivie des catholiques (155 ou 27,4 %). 114 personnes (20,1 %) n'ont aucune appartenance religieuse[5].

La population de Bretigny-sur-Morrens est de 200 habitants en 1850. Elle reste relativement stable jusqu'en 1960. Le nombre d’habitants augmente ensuite très fortement, puisqu'il est multiplié par 4 en 50 ans pour atteindre 724 habitants en 2010. Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Bretigny-sur-Morrens entre 1850 et 2010[6] :

 

PolitiqueModifier

Lors des élections fédérales suisses de 2011, la commune a voté à 27,33 % pour l'Union démocratique du centre. Les deux partis suivants furent le Parti socialiste suisse avec 25,80 % des suffrages et les Verts avec 13,28 %[7].

Lors des élections cantonales au Grand Conseil de mars 2011, les habitants de la commune ont voté pour le Parti socialiste à 25,34 %, l'Union démocratique du centre à 23,07 %, le Parti libéral-radical à 22,36 %, les Verts à 16,54 % et l'Alliance du centre à 12,70 %[8].

Lors des élections fédérales suisses de 2015, la commune a voté à 28,29 % pour l'Union démocratique du centre. Les deux partis suivants furent le Parti socialiste suisse avec 21,95 % des suffrages et le PLR avec 16,59 %.

Lors des élections cantonales au Grand Conseil d'avril 2017, les habitants de la commune ont voté pour, le Parti libéral-radical à 29,09 %, l'Union démocratique du centre à 23,66 %, le Parti socialiste à 21,22 %, les Verts à 15,29 %, Vertlibéraux Pirates et Indépendants à 6,30 % et l'Alliance du centre à 4,43 %.

Sur le plan communal, Bretigny-sur-Morrens est dirigé par une municipalité formée de 5 membres et dirigée par un syndic pour l'exécutif et un Conseil général dirigé par un président et secondé par un secrétaire pour le législatif[9].

Le 10 juin 2018, à la suite de la démission de Jean-Luc Agassis (municipal), une élection complémentaire a été organisée. Lors du premier tour, Marc Tille est sorti avec 109 suffrages, Serge Cruchon avec 74 suffrages et Maxime Meier avec 59 suffrages. La majorité absolue (123 suffrages) n'étant pas atteinte, un deuxième tour a dû être organisé. Lors du 2e tour, Marc Tille a été élu avec 56 suffrages, Serge Cruchon obtenant 29 suffrages et Maxime Meier 13. La participation au 1er tour était de 40,8% du corps électoral et lors du 2e tour de 16,6%[10].

ÉconomieModifier

Jusqu'au milieu du XXe siècle, l'économie locale était principalement dominée par l'agriculture et l'élevage qui ne représentent plus maintenant qu'une part mineure des emplois locaux. Si une scierie existait autrefois sur le cours du Talent, c'est dans le domaine de la construction métallique que la commune s'est développée depuis les années 1980. Dans les dernières décennies, le village s'est transformé par la création de zones résidentielles habitées par des personnes travaillant principalement dans la région lausannoise ; cette mutation s'est accompagnée de la création de plusieurs petites entreprises locales. La commune compte un restaurant.

Le taux d'imposition est de 81 point en 2018.

TransportsModifier

Bretigny-sur-Morrens se trouve à côté de la route principale reliant Lausanne à Thierrens. Au niveau des transports en commun, la commune fait partie de la communauté tarifaire vaudoise Mobilis. Le bus n° 60 des Transports publics de la région lausannoise faisant le parcours Lausanne-Cugy-Bottens-Froideville s'arrête dans la commune[11]. La localité est également desservie par les bus sur appel Publicar, qui sont un service de CarPostal[12].

Vie localeModifier

La commune de Bretigny-sur-Morrens compte plusieurs associations, parmi lesquelles un groupe scout, un groupe de paysannes vaudoises, une abbaye vaudoise et une société de jeunesse, une ludothèque-bibliothèque, ainsi que des clubs de gymnastique et de dance[13].

RéférencesModifier

  1. a et b « Population résidante permanente au 31 décembre, nouvelle définition, Vaud », sur Statistiques Vaud (consulté le 25 juillet 2019)
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. Valérie Favez, « Chapelle-sur-Moudon » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du . consulté le 15 octobre 2012
  4. « Annexe à l'arrêté relatif aux armoiries communales (AAC) du 10 février 1925 (175.12.1) » (consulté le 15 octobre 2012)
  5. « STAT-TAB: la banque de données statistiques interactive », Confédération suisse (consulté le 5 octobre 2012)
  6. « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 1er octobre 2012)
  7. « Elections au Conseil national 2011: Participation, force des partis, électeurs fictifs », sur Statistique suisse (consulté le 2 octobre 2012)
  8. « Election du Grand Conseil du 11 mars 2012 », sur vd.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  9. « Bretigny-sur-Morrens », sur communal.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  10. La rédaction, « Découvrez les résultats des élections complémentaires vaudoises », 24Heures, 24heures, VQH,‎ (ISSN 1424-4039, lire en ligne, consulté le 23 juin 2018)
  11. « Lausanne-Cugy VD-Montheron-Bottens-Froideville », sur fahrplanfelder.ch (consulté le 4 octobre 2012)
  12. « PubliCar Echallens (VD) », sur carpostal.ch (consulté le 5 octobre 2012)
  13. « Associations », sur bretigny.ch (consulté le 9 octobre 2012)

SourcesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Fonds d'archivesModifier

  • Fonds : Archives de la Commune de Bretigny-sur-Morrens (1696 -). Bretigny-sur-Morrens : Commune de Bretigny-sur-Morrens.