Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brandt.

Brandt France
logo de Brandt (entreprise)
Logo de Brandt

Création 1924
Dates clés 1993 : cession par Thomson
2000 : fusion avec Moulinex
2005 : rachat par Fagor
2014: rachat par Cevital
Fondateurs Edgar Brandt
Forme juridique Société par actions simplifiée à associé unique
Slogan Pour tous les jours et même les autres (depuis 2013)
Siège social Rueil-Malmaison
Drapeau de France France
Direction Malik Rebrab
Actionnaires CevitalVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Électroménager
Produits Appareil ménagerVoir et modifier les données sur Wikidata
Société mère Groupe Brandt
Effectif 1054 (2017)
SIREN 801 250 531
Site web www.brandt.com

Chiffre d'affaires en diminution 284 784 400 € (2017)
291 009 400 € (2016)
Résultat net en diminution + 706 400 € (2017)
+ 708 000 € (2016)

Brandt est une société française d'électroménager, filiale du Groupe Brandt[1], appartenant lui-même à Cevital.

Elle a été fondée en 1924 par Edgar Brandt au sein des établissements Brandt, à l'origine spécialisés dans la fabrication d'armements légers. La marque et les entreprises qui fabriquaient les produits Brandt ont été rachetés au groupe espagnol Fagor à la suite de son dépôt de bilan le .

Sommaire

HistoireModifier

La marque Brandt a fait partie de nombreux groupes aux noms différents :

En 1956, la société des Établissements Brandt fusionne avec l'entreprise Hotchkiss et renomme sa société Hotchkiss-Brandt. Dès cette époque, elle possède une usine qui fabrique des machines à laver (la SGAE de Lyon) et des réfrigérateurs Brandt (SCOMAM[2] à Laval)[3].

En 1966, Hotchkiss-Brandt fusionne avec la Compagnie française Thomson-Houston (CFTH) et prend le nom de Thomson-Houston-Hotchkiss-Brandt, puis Thomson-Brandt.

En 1968, l'activité électronique de Thomson-Brandt est regroupée avec la Compagnie générale de la télégraphie sans fil (CSF) pour donner naissance à Thomson-CSF. Le groupe Thomson-Brandt subsiste avec pour seule activité l'électroménager (marques Brandt et Thomson).

En 1982, Thomson-Brandt et Thomson-CSF sont nationalisées par le gouvernement de Pierre Mauroy, et les deux entreprises sont fusionnées sous le nom de Thomson SA (société anonyme). Au sein de ce nouvel ensemble, les activités électroménager de Thomson-Brandt se retrouvent dans le pôle Thomson Consumer Electronic Company (TCE) en 1987.

En 1992, Thomson acquiert la branche électroménager de De Dietrich puis cède quelques mois plus tard toutes ses activités électroménager à El.Fi SpA, constructeur italien d'appareils électroménager blancs, le numéro 3 italien, sous les marques Ocean, Samet et Sangiorgio. El.Fi est une filiale du groupe italien Elettro Finanziaria S.p.A. Celui-ci regroupe toutes ses marques françaises d'électroménager (De Dietrich, Brandt, Vedette, Thomson, Sauter, Thermor) dans une unique filiale nommée Brandt SA.

En 2000, sous la pression gouvernementale, El.Fi est "invité" à reprendre Moulinex en faillite virtuelle. El.Fi fusionne Brandt avec Moulinex et devient propriétaire à hauteur de 74,3 % du nouvel ensemble nommé Moulinex-Brandt, ayant plus de 20 000 salariés[4]. Brandt devient la filiale gros électroménager du nouvel ensemble, qui voit s'ajouter à son catalogue la marque Sauter.

El.Fi fait faillite en septembre 2001. Moulinex et la branche petit électroménager seront reprises en partie par le groupe SEB. Toute la branche gros électroménager, les marques et les usines en Italie et en France, sont reprises par le groupe électroménager israélien Elco. La filiale française Brandt SA devient Elco-Brandt SA, la branche électroménager du groupe Elco, numéro 1 en France ; l'entité possède alors cinq marques françaises (Brandt, De Dietrich, Thomson, Vedette, Sauter) et trois marques italiennes (Ocean, SAMET (it) et San Giorgio (électroménager) (it)).

En 2005, Elco-Brandt est rachetée par le groupe associatif espagnol Fagor. La nouvelle entité française est rebaptisée Fagor-Brandt et devient sa filiale française.

Le 6 novembre 2013, Fagor-Brandt, qui emploie 1 800 salariés, annonce son dépôt de bilan[5]. Le même jour, mais quelques heures plus tard, les autorités espagnoles annoncent également le dépôt de bilan de l'ensemble du groupe[6].

Au mois de décembre 2013, le Journal officiel annonce que le groupe en redressement judiciaire recevra une aide de l'État de dix millions d'euros pour relancer en partie le site d'Orléans[7].

Le , le conglomérat algérien Cevital reprend les activités françaises du groupe Fagor-Brandt[8]. Le groupe Cevital prévoyait de reprendre également les activités espagnoles et polonaises du groupe Fagor, mais l'offre de reprise de l'activité en Espagne n'a pas été retenue par la justice espagnole et l'usine polonaise du groupe Fagor a finalement été reprise par BSH[9].

En difficulté au moment de la reprise par Cevital en 2014, Brandt est en meilleure santé en 2016[10] et a réussi le pari de sa relance. Ainsi, alors que le PDG du groupe algérien Issad Rebrab avait promis de conserver 1225 employés sur les 1760 qui y travaillaient avant le rachat, il y en avait 1200 qui officiaient encore dans l'entreprise.[11]

Brandt aujourd'huiModifier

La marque Brandt couvre une gamme très large d'appareils électroménagers : lave-vaisselle, lave-linge, sèche-linge, réfrigérateurs, congélateurs, caves à vin, cuisinières, fours, hottes, fours à micro-ondes, et s'est également diversifiée dans le petit électroménager, avec des bouilloires, grille-pain, centrifugeuses…

MarquesModifier

Sites de productionModifier

Actuellement la production de gros-électroménager est réalisée dans trois usines :

  • deux en France :
    • Orléans, pour les cuisinières, fours, tables vitrocéramique et induction,
    • Vendôme, pour les hottes décoratives, fours, tables vitrocéramique et induction et fours à micro-ondes encastrables ;
  • une en Algérie :
    • Sétif[16] ; le complexe de Sétif, d’une superficie de 95 000 m2, qui a nécessité un investissement de 250 millions d’euros, produit annuellement, à partir du premier trimestre 2017, huit millions d’appareils dont le taux d’intégration sera de 70 à 80 %. Il emploie dans un premier temps 4 000 salariés. Il est en mesure de produire annuellement 500 000 appareils de haut de gamme[17] (téléviseurs, cartes électroniques lave-linge, cuisinières et climatiseurs) dont 90 % sont destinés à l’exportation[18] ; avec cette usine, le groupe Cevital compte devenir le plus grand exportateur d’électroménager d’Europe et de la région MENA[19].

Anciens sites de production[20] :

  • Aizenay (France) : micro-ondes, l'usine a été reprise par Variance Technologies en 2013 mais continue à fournir le groupe Brandt en micro-onde jusqu'en 2015; la production de micro onde ayant été transférée sur le site de Vendôme[21] ;
  • Lyon (France) : lave-linge top ; en 2005 la production a commencé à être transférée en Pologne[22],[23] puis l'usine a été vendue en 2010 à la société SITL. Elle a continué à fournir des lave-linges top jusqu'en 2014 avant de déposer le bilan ;
  • La Roche sur Yon (France) : lave-vaisselle, sèche-linge et machines à laver à chargement par le haut (à grande capacité ou séchant). Le site a été fondé en 1958 par Jean Esswein[24]. Le site a été repris en 2013 par s20 industries et a continué de fournir Brandt en lave-linge séchant et en sèche-linge jusqu'en 2019[25],[26]. Le site fournissait également des lave-vaisselle à Brandt jusqu'en 2016. Un an plus tard, Daan Technologies annonce un partenariat avec S20 industries en vue de relancer la filière française du lave-vaisselle en 2018[27]. En juillet 2019, S20 Industries est liquidée et seule une offre de reprise partielle portant sur 27 emplois dans le petit électroménager a été retenue[28]. Le site cesse donc de fournir Brandt en gros électroménager ;
  • Verolanuova (Italie) : réfrigérateurs, usine qui a été vendue, le projet de reprise a échoué[29],[30],[31] ;
  • Nevers (France) : composants (moteurs électriques) : usine Brandt Components vendue en 2004 au groupe ATB qui deviendra Selni[32], l'entreprise est placée en liquidation judiciaire faute de repreneur, sa dernière commande honorée a été passée par s20 industries (repreneur du site de la Roche sur Yon)[33],[34]
  • Lesquin (France) : réfrigérateurs, congélateurs et caves à vin, fermé en janvier 2005[35],[36],[37].

RéférencesModifier

  1. http://www.groupebrandt.com/?lang=fr
  2. À la suite des établissements Borel.
  3. Brandt, sur le grand livre de la TSF.
  4. Moulinex, sur Boursilex
  5. FagorBrandt: journée cruciale pour les salariés avec la réunion du CCE La Croix, 6 novembre 213
  6. Fagor et sa filiale française déposent le bilan. Le Monde, 6 novembre 2013
  7. Peut-être un espoir pour les ex-Fagor Brandt de Lyon. France 3, 3 décembre 2013
  8. Le spécialiste de l'électroménager FagorBrandt sauvé Le Figaro, 15 avril 2014
  9. « Plus petit, Brandt réussit le pari de la relance », sur lesechos.fr, (consulté le 19 juillet 2017).
  10. Adrien Cahuzac, « Brandt, à la reconquête du marché français », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne)
  11. « Cinq choses à savoir sur Issad Rebrab, le PDG de Cevital qui investit à Charleville-Mézières », France 3 Grand Est,‎ (lire en ligne, consulté le 8 novembre 2018)
  12. « INPI – Service de recherche marques », sur bases-marques.inpi.fr (consulté le 21 décembre 2018)
  13. « INPI – Service de recherche marques », sur bases-marques.inpi.fr (consulté le 21 décembre 2018)
  14. « INPI – Service de recherche marques », sur bases-marques.inpi.fr (consulté le 21 décembre 2018)
  15. « INPI – Service de recherche marques », sur bases-marques.inpi.fr (consulté le 21 décembre 2018)
  16. « Cévital ouvrira une usine FagorBrandt à Sétifen 2016 ». Algérie-Focus, 12 juin 2014.
  17. Le groupe s'engage à faire de l'Algérie un pays exportateur vers les quatre coins de la planète. Brandt, déjà un mastodonte de l’électroménager!. Liberté, 3 juin 2016.
  18. Groupe Cevital : mise en service du complexe Brandt à Sétif. El Watan, 2 juin 2016.
  19. Groupe Cevital : Mise en service du complexe Brandt à Sétif. El Watan, 2 juin 2016.
  20. Implantations du groupe Fagor-Brandt
  21. « La reconversion réussie des anciens sites vendéens », sur lesechos.fr, (consulté le 6 juillet 2017)
  22. FagorBrandt va arrêter la fabrication de lave-linge en France, sur l'Usine Nouvelle. L'Usine nouvelle, Adrien Cahuzac, 27 janvier 2011
  23. pour-les-lave-linge-de-lyon_856885 Un nouveau cycle pour les lave-linge de Lyon. Libération, 29 octobre 2012
  24. « Industrie. L’entreprise S20 Industries à nouveau en difficulté à La Roche-sur-Yon », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  25. « Aux Ajoncs, S20 Industries relève la tête », ouest France,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juillet 2017)
  26. « S20 Industries : le tribunal de commerce accorde deux semaines de plus pour trouver un repreneur », sur France Bleu, (consulté le 29 juin 2019)
  27. « Bob, un lave-vaisselle mobile pour jeunes actifs », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 30 septembre 2017)
  28. « Le tribunal de commerce de La Roche-sur-Yon liquide S20 Industries », sur actu.fr (consulté le 24 juillet 2019)
  29. L'Usine Nouvelle, « FagorBrandt veut vendre son site italien de Verolanuova - Electroménager », usinenouvelle.com/,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juillet 2017)
  30. (it) Edizioni Brescia S.p.A., « Verolanuova, di Brandt restano solo i capannoni Epilogo in tribunale », Bresciaoggi.it,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juillet 2017)
  31. (it) « La protesta dei 400 dell’ex Ocean che non vogliono esser dimenticati », Corriere della Sera,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juillet 2017)
  32. education-programme, « Un itinéraire chaotique, Thomson-Selni », sur C'est la vie ! Images d'archives (consulté le 13 septembre 2019)
  33. « Faute de repreneur, l'entreprise Selni de Nevers va fermer : 74 salariés perdent leur emploi », Le Journal du Centre,‎ (lire en ligne)
  34. « Quatre mois après la fermeture définitive, le matériel de l'usine Selni de Nevers vendu aux enchères pour 416.000 € », Le Journal du Centre,‎ (lire en ligne)
  35. « Brandt Industries va fermer son usine de Lesquin », sur lesechos.fr, (consulté le 6 juillet 2017)
  36. « Les salariés d’Elco-Brandt veulent attaquer un tribunal de commerce », sur www.20minutes.fr (consulté le 23 août 2017)
  37. « Elco - Lesquin (Nord) : Reprise bidon et licenciements », sur Lutte Ouvrière : Le Journal (consulté le 23 août 2017)