Ouvrir le menu principal

Bourgmestre (Pays-Bas)

dirigeant d'une commune néerlandaise
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourgmestre.

Aux Pays-Bas, le bourgmestre était, avant 1824, un magistrat ou administrateur civil au niveau local. Depuis cette date, le titre est équivalent à celui de maire et désigne le détenteur du pouvoir exécutif au niveau communal.

Sommaire

Étymologie et traductionModifier

En néerlandais, le terme utilisé est Burgemeester et en frison Boargemaster[Note 1].

Étymologie par rapport aux Pays-BasModifier

Cornelius Kiliaan donne en 1599 dans son Etymologicum Teutonicae Linguae (le premier dictionnaire explicatif néerlandais) « borgh-meester, borgher-meester : Consul tribunus plebis. vulgò burgi magister. q.d arcis, opidi, ciuium plebisque magister, praefectus, &defensor »[1]. En effet, Borghmeester (fr:maître du bourg) est sourcé depuis 1254, borgermeyster (fr:maître des bourgeois) depuis 1286 [2]. Dans d'autres langues germaniques il y a par exemple borgermester (norvégien), Bürgermeister (allemand). La forme francisée bourguemaître est sourcée depuis 1309. Dans le Groot charterboek der graaven van Holland, van Zeeland en heeren van Vriesland datant de 1380, se trouvent burgermeester d'Utrecht et sa traduction latine magister civium[3]. Une variante plus rare est burgmeester. Vers 1500 se trouve aussi poortmeester[4].

En 1722, Carolus Tuinman, dans son dictionnaire étymologique Fakkel der Nederduitsche Taale (Flambeau de la langue néerlandaise), fait le point pour retenir finalement l'orthographe burgemeester, mot qui, selon lui, englobe à la fois les mots plus anciens de borgemeester (pour les villages) et de poortmeester (pour les villes)[5].

En France, c'est le Dictionnaire de Trévoux de 1752 qui, sous la rubrique MAîTRE connecte Maitre des Citoyens, ou des bourgeois à l'allemand Burgermeister et au français Bourgmestre, et décrit Maître ou Maire des bourgs, villages, magister vicorum, comme un magistrat, juge ; par contre sous la rubrique MAIRE, une des significations est décrite : le premier Officier de la ville, et dans ce sens du mot, il serait dérivé de l'allemand Mayer, en Belgique francophone maïeur. Aux Pays-Bas il existe le mot similaire de meier ou meyer, équivalent à hoog-schout (haut-écoutète), ce qui est plus près de bailli que de maire. Ainsi, dans le mot maire, les deux racines latines magister et maior se rejoignent.

Traduction de burgemeester en françaisModifier

Le Dictionnaire de la langue française de Littré (1880) décrit Bourgmestre comme « Titre du premier magistrat des villes de Belgique, d'Allemagne, de Suisse, etc.[6], déscription auquel les dictionnaires explicatifs français modernes Larousse[7] a ajouté des villes des Pays-Bas, le Petit Robert[8] des communes néerlandaises et le Grand Robert[9] aux Pays-Bas. Ces dictionnaires retiennent d'ailleurs la déscription du Littré pour maire qui est pertinent pour cet article : « Aujourd'hui, le premier officier municipal d'une ville, d'une commune ». C'est également le cas de la version française de la constitution des Pays-Bas qui contient bourgmestre comme traduction[10]. L'Académie française recommande également Bourgmestre comme nom pour la fonction aux Pays-Bas[11].

Les dictionnaires modernes néerlandais-français donnent un double traduction pour burgemeester en français : maire et bourgmestre. En effet, le mot burgemeester est traduit, pour des raisons de clarté linguistique, soit par maire, soit par bourgmestre. Pour burgemeester ou borgemester d'avant l'annexation des Pays-Bas par Napoléon, au sens de fonctionnaire civil local, la traduction bourgmestre semble la plus adéquate. Certains auteurs scientifiques, au XXIe siècle, considérent Bourgmestre pour maire comme un mot d'emprunt[12], un belgicisme ou flandricisme [13] ou même un statalisme (une néologie en lexicologie)[14] et, selon les dictionnaires modernes la traduction générale de burgemeester en français est maire, et, pour le titre, aussi bourgmestre. Ainsi, certaines éditions des dictionnaires néerlandais-français van Dale et Robert en Van Dale recommandent la traduction de burgemeester aux Pays-Bas par maire, le mot général[15], en contraste avec la Belgique, où les titres de burgemeester et bourgmestre sont officielles et pour lequel le Van Dale a retenu le mot bourgmestre[16];[17]. Les nuances dans les traductions du mot burgemeester se reflètent dans la version française de la constitution des Pays-Bas qui contient bourgmestre[10] (concerne le titre), et dans le site web de la Maison Royale des Pays-Bas qui utilise maire pour la fonction actuelle[18], et bourgmestre pour la fonction historique[19].

Évolution de la fonction de bourgmestreModifier

C'est avec la création de privilèges urbains, qu'aux Pays-Bas au XIIIe siècle un nouveau type de magistrat fait son apparition, le borgemeester, mot évolué à burgemeester. À l'origine, les bourgmestres étaient nommés pour conseiller ou assister les schepenen (échevins)[20]. Ils avaient des fonctions qui correspondaient plus ou moins à celui de comptable, de trésorier ou d'ordonnateur[Note 2]. Au début ils étaient soumis au schout (écoutète), et aux kerkmeesters, magistrats de l'église. Il y avait tôt un distinction entre le bourgmestre-intérieur (binnenburgemeester ou poortmeester) de la ville fortifiée et le bourgmestre-extérieur (buitenburgemeester) de la campagne sous la jurisdiction de cette ville. Le ou les bourgmestre(s)-intérieur, choisi(s) par les échevins, deviennent ensuite eux-mêmes des membres du collège de l'écoutète et des échevins. Les désignations et les fonctions changent d'une région à l'autre, mais se résument essentiellement à celà[21];[Note 3].

Environ aux XVe – XVIe siècles, l'écoutète perd de son importance : sa fonction est reduit au magistrat de jurisprudence, tandis que les bourgmestres gagnent en pouvoir dans le collège des échevins, à l'origine présidé par un maitre-échevin, mais depuis environ 1500 présidé par un bourgmestre.

 
Les quatre bourgmestres d'Amsterdam attendant le message d'arrivée de Marie de Medici, 1638, par Thomas de Keyser.jpg

Au XVIe siècle, à Amsterdam, les bourgmestres étaient nommés à vie, mais seulement quatre des bourgmestres étaient des bourgmestres-régent, dont un est élu, à tour de rôle, bourgmestre-président (présidence tournante), de ce fait chef du pouvoir exécutif. Les anciens bourgmestres prenaient le titre d’oud-burgemeester et ceux-là formaient avec les bourgmestres-régent le oud-raad, qui était un conseil consultatif [22].

Amsterdam devient dans les Provinces-Unies l'exemple suivi par d'autres villes néerlandaises : un nombre pair de bourgmestres-régent, élus à vie, un régence oligarchique, et un conseil d'anciens bourgmestres membres d'un oud-raad.

Entre 1795 et 1851, période qui commence avec la Révolution batave et qui se termine en 1851 avec la loi sur les communes de Thorbecke le système du pouvoir communal passe par une période instable avant d'aboutir au système moderne du maire français aux Pays-Bas[23] :

  • 1795, République batave : les quatre bourgmestres d'Amsterdam, sont destitués, leur fonctions supprimés, et un maire provisoire est nommé avec la fonction de chef de la police[Note 4], et cela arrive pareillement dans d'autres villes, les villages n'ayant pas encore un statut particulier.
  • 1798, Constitution de la République batave : pour la première fois, la commune devient l'entité administrative pour les villes et les villages, avec en tête du conseil municipal un seul maire. L'implantation du nouveau système trainera juqu'en 1832, année que le cadastre néerlandais est mis en place.
  • 1801, Constitution du Bataafsch Gemenebest : d'entité administrative, la commune devient entité locale au pouvoir exécutif. Ceci résulte dans le retour au système, de fait encore existant, d'écoutète avec un collège de bourgmestres-échevins, avec son diversité de titres.
  • 1804, Intervention de Napoléon Ier pour un retour aux communes avec un maire à la française.
  • 1807, Royaume de Hollande : sous le roi Louis Napoléon une première loi sur les communes diminue le pouvoir de celles-ci; les titres restent divers
  • 1811, Empire français : Après l'annexation des Pays-Bas par la France en 1810, Napoléon Ier impose en 1811 avec la loi communale française aussi le maire à la française, au titre en néerlandais de Maire.
 
Débat des maires des quatre grandes villes: Jozias van Aartsen (La Haye), Ahmed Aboutaleb (Rotterdam), Aleid Wolfsen (Utrecht) et Job Cohen (Amsterdam), 2010
  • 1813, Royaume des Pays-Bas : la situation reste chaotique, l'ancien et le nouveau sont mélangés et la confusion regne. Pour contrecarrer la confusion, les textes néerlandais de l'époque utilisent Schout (maire) et Burgemeester (maire) ou maire tout court[Note 5].
  • 1814 : Le titre burgemeester est retenu.
  • 1817 : Retour au titre de schout.
  • 1825 : Par décret Royal, le titre officiel devient Burgemeester.
  • 1851, Loi de Thorbecke sur les communes : la différence entre ville et village est définitivement supprimé. L'appellation Burgemeester s'applique dorénavant à un maire à la française[24]. La loi est resté en vigueur jusq'en 1992, quand elle est remplacé par une nouvelle loi sur les communes.

Le bourgmestre aux Pays-Bas actuelsModifier

Nomination et compétencesModifier

Le bourgmestre actuel est nommé par la Couronne (sans droit de veto), par décret royal, pour une période de six ans[10], sur proposition du ministre de l'Intérieur. Le ministère choisit parmi deux candidats sur la recommandation du conseil municipal[25]. Cette procédure est ancré dans l'article 131 de la constitution, mais en 2018 la seconde chambre a pris l'initiative de rayer cet article pour permettre l'adaptation de la procédure[26].

Le bourgmestre nommé entre en fonction par son prestation de serment[27].

Les fonctions du bourgmestre sont incompatibles avec un autre emploi public ou privé: pour un bourgmestre, il ne peut pas y avoir du cumul de mandat. Le bourgmestre est responsable de l'ordre public et de la sécurité de sa commune[25]. Il est responsable de la représentation, de la police municipale et des pompiers[10], les projets étant élaborés par le conseil municipal avec l'aide des citoyens.

Relation avec le conseil municipalModifier

Les candidats pour la fonction de bourgmestre, recommandés après une procédure d'embauche ouverte à toute personne qualifiée, ne sont normalement pas issus du conseil municipal. Les nominations des bourgmestres ne sont pas synchronisées avec les élections municipales, qui se font sans relation avec la nomination du bourgmestre, et par conséquent sans que la tête de liste va diriger la maison communale pour le mandat. En effet, aux Pays-Bas, les bourgmestres sont vus comme des personnalités politiques qualifiés pour la fonction sans attaches particulières et ont souvent un parcours de bourgmestre dans plusieurs communes successives (Ivo Opstelten, avant de devenir ministre, a ainsi été bourgmestre dans six communes différentes).

Le bourgmestre est assisté par les adjoints au bourgmestre ou échevins[10] (nl: wethouders), qui sont nommés par le conseil municipal, basé sur une coalition de partis dans le conseil. Le collège des bourgmestre et échevins[10] forme l'exécutif municipal.Depuis 2002, il existe dans les communes le dualisme politique [28] : Le bourgmestre et les adjoints au bourgmestre ne sont pas membre du conseil municipal et n'y ont pas de droit de vote, mais le bourgmestre ou un adjoint préside les réunions du conseil. Ainsi, à l'instar de la politique nationale et provinciale, la politique municipale est également fortement parlementarisée[29]

SuppléanceModifier

Le bourgmestre titulaire peut se faire remplacer occasionnellement par le loco-burgemeester, l'adjoint doyen d'âge, qui alors fait fonction de bourgmestre. Quand le siège de bourgmestre devient vacant, le commissaire du roi installe pour quelques mois un waarnemend burgemeester, un bourgmestre par interim de son choix, qui est bourgmestre titulaire jusqu'à la nomination d'un nouveau bourgmestre par la Couronne.

Signe distinctifModifier

 
Ed van Thijn portant le collier à son installation de bourgmestre d'Amsterdam, 1983

Le signe distinctif du bourgmestre en fonction est un collier précieux avec une chaîne reprenant les insignes civiques.

BibliographieModifier

  • Artur Trres Pereira, Jean-Pierre Lipouville, La démocratie locale et régionale aux Pays-Bas, Strasbourg, 26 mars 2014 [lire en ligne]
  • Wim Derksen, De historie van de burgemeester, 3 janvier 2014 [lire en ligne]

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Depuis 1985, le frison est reconnu équivalent au néerlandais dans les textes officielles.
  2. Ainsi, au Limbourg néerlandophone il existait aux XVe – XVIIIe siècles la fonction de pey-burgemeester
  3. Ainsi, à Dordrecht, il y a un borgemeester der stadt Dordrecht et un borgemeester van 't gerecht of van 's Heeren wegen (Hendrick en Johannes van Esch, Memoriael: dienende voor mijne eerw. Heeren, mijn Heeren de schout, borgemeester, schepenen, raden, oudt-raden ende goede luyden van den achten der stadt Dordrecht, 1659, p. A2} [lire en ligne])
  4. Dans les textes de ces années, Burger Maire (traduction néerlandaise du Citoyen Maire) est le nom d'appellation du fonctionnaire qui signe le Maire d'Amsterdam.
  5. Selon Jacob van Lennep, pour la nouvelle fonction rejeter le nom Napoléonien de maire, ainsi que rejeter les noms utilisés entre 1795 et 1810, s'imposaient socialement, mais retourner aux anciens noms dans un contexte complètement changé a été politiquement faux, et a causé de sérieux problèmes d'ordre pratique : fausses interprétations (abus) de pouvoir et de privilèges (J. van Lennep, Het leven van D. J. van Lennep. - 1 : 1774-1845, Muller, 1862 p. 358-360

RéférencesModifier

  1. Borghmeester dans l’Etymologicum Teutonicae Linguae sur le site de la BNL
  2. Ton den Boon, Waarom schrijven we burgemeester en niet burgermeester, Trouw, 15 november 2018
  3. Groot charterboek der graaven van Holland, van Zeeland en heeren van Vriesland'', 1380, p. 368
  4. Poortmeester, site de l'Instituut voor de Nederlandse taal
  5. Carolus Tuinman, Fakkel der Nederduitsche Taale: ontsteken byzonderlyk aan de Hebreeuwsche, Grieksche, en Latynsche spraaken, als ook de oude Duitsche, uit de overblyfzels der gryze aaloudheid, en die van laatere eeuwen. ... Om ... te leeren verstaan, door opheldering van den oorsprong en de waare betekening van zeer veele woorden en spreekwyzen ... Hier achter is gevoegt oud en nieuw; of Vergelyking der oude en nieuwe Nederduitsche taal, in vorming en spreekwijzen, Samuel Luchtmans, Leyden, 1722 p. 42-43 [lire en ligne]
  6. Littre Bourgmestre
  7. « Bourgmestre », sur larousse.fr (consulté le 5 janvier 2019)
  8. Le Petit Robert, Paris, Dictionnaires Le Robert (lire en ligne), Bourgmestre
  9. Le Grand Robert, Paris, Dictionnaires Le Robert, (lire en ligne), Bourgmestre
  10. a b c d e et f Articles 125 et 131 de la Constitution du Royaume des Pays-Bas 2008
  11. Dictionnaire de l'académie française, Paris, Académie française (lire en ligne), Bourgmestre
  12. Willemyns Sijs, Het verhaal van het Nederlands, Site de la Koninklijke Nederlandse Academie van Wetenschappen, 2009 p. 118
  13. Georges Lebouc, Dictionnaire de belgicismes, Éditions Racine, Bruxelles, 2006 p. 157.
  14. Bernhard Pöll, Le français en Belgique et en suisse romande : du purisme franco-français à quelques « fonctionnements pluricentriques », in : Le français et les langues d'Europe, Cinquièmes Rencontres de Liré, Françoise Argod-Dutard (dir.), Presses Universitaires de Rennes, 2011 p. 73-83 alinéa 21.]
  15. van Dale Groot woordenboek Nederlands-Frans, Utrecht/Antwerpen, 2de druk 1990 : « burgemeester (de (m.)) 0.1 maire (m.)⇒(Belg.) bourgmestre (m.) »
  16. Van Dale Groot woordenboek Frans-Nederlands, 1990, p. 187 : « Bourgmestre : 0.1 (Belg.): burgemeester. »
  17. Pourquoi en Belgique on parle de bourgmestre et pas de maire ?
  18. Maire sur le site de la Maison Royale
  19. Bourgmestre sur le site de la Maison Royale
  20. Erik Halbe de Jong, Weldenkende burgers en Oranjeliefhebbers: Patriotten en Prinsgezinden in Leiden, 1775-1795, Uitgeverij Verloren, 2014 p. 84.
  21. Willem Albert Bachiene, Beschryving der Vereenigde Nederlanden, Van Esveldt, Holtrop en Van Paddenburg, 1777.
  22. P. H. J. van der Laan, R. Bessem, Resoluties van de vroedschap van Amsterdam, 1551-1565, Uitgeverij Verloren, 2008 p. 10
  23. Peter EkamperTwee eeuwen gemeentelijke herindelingen in Nederland
  24. Egidius Slanghen, De Fransche maire in Nederlandsch kleed gestoken, J.K.Alberts, Sittard, 1868
  25. a et b (en) ProDemos Huis voor democratie en rechtstaat, Politics in the Netherlands, La Haye, Pays-Bas, , 96 p. (ISBN 978 90 6473 479 3, lire en ligne)
  26. Benoeming burgemeester geschrapt uit Grondwet, Site de la VNG, 21 novembre 2018
  27. Article 65 de la loi sur les communes
  28. Wet dualisering gemeentelijke medebewindsbevoegdheden (Dualiseringswet)
  29. Exécutif municipal sur le site web de La Haye