Boson de Matha

Boson de Matha († 1247) est seigneur de Cognac et par mariage comte de Bigorre et vicomte de Marsan de 1228 à 1247. Il était fils de Fouque, seigneur de Matha, et d'une dame de Saintes[1].

Boson de Matha
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Décès
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfant

BiographieModifier

Seigneur saintongeais, il épouse la comtesse Pétronille de Bigorre, veuve d’Aymeri de Rancon, et devient ainsi comte de Bigorre et vicomte de Marsan. Pétronille vivait alors dans le Limousin, car issue d’une famille occitane protégeant les Albigeois, elle s’était ensuite mariée à des nobles septentrionaux faisant partie des croisés contre les Albigeois (Guy de Montfort, Aymeri de Rancon) et craignait un mauvais accueil de ses sujets et de ses voisins.

Boson de Matha est un homme de poigne qui lui permet de revenir en Bigorre, après douze ans d’absence. Durant l’absence de Pétronille en Bigorre, et malgré la présence de sénéchaux pour la représenter, des brigands avaient rejoint le pays et le rançonnait. À peine arrivé, Boson se charge d’assainir le comté.

Il attaque en 1232 le comte Bernard V de Comminges, au nom des droits de sa femme sur ce comté[2]. Il ne parvient pas à s’en emparer, mais annexe Saint-Gaudens et une partie du Nébouzan.

En 1242, il rejoint la coalition formée par Raymond VII, comte de Toulouse, Hugues X comte de la Marche et d’Angoulême et le roi Henri III d’Angleterre contre saint Louis et son frère Alphonse, comte de Poitiers, mais, mal organisée, cette coalition est vaincue. Le roi punit Boson en lui confisquant Cognac.

Mariage et enfantsModifier

Il épouse en 1228 Pétronille de Comminges († 1247), comtesse de Bigorre et vicomtesse de Marsan. De ce mariage nait :

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. base généalogique de Daniel de Rauglaudre
  2. En effet, Pétronille était issue du mariage de Bernard IV de Comminges et de Béatrix III de Bigorre. Bernard avait ensuite répudié Béatrix pour se remarier avec Contors de la Barthe, qui donne naissance à Bernard V. Mais aux yeux de Boson et de Pétronille, ce second mariage est nul, puisque la première épouse était encore vivante et Bernard V, de ce fait illégitime, ne peut succéder au comté de Comminges.

Articles connexesModifier