Ouvrir le menu principal

Bernard IV de Comminges

comte de Comminges (1176-1225)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bernard de Comminges.
Bernard IV de Comminges
Titres de noblesse
Comte de Comminges
-
Prédécesseur
Bernard III de Comminges (d)
Successeur
Comte de Bigorre
-
Prédécesseur
Successeur
Biographie
Décès
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Bernard III de Comminges (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Enfants

Bernard IV de Comminges (mort le ) est comte de Comminges de 1176 à 1225, fils de Bernard III Dodon, comte de Comminges, et d’une fille [1] d’Alphonse Jourdain, comte de Toulouse.

Il participe à certains combats de la croisade des albigeois, dans le camp des cathares.

Sommaire

BiographieModifier

À la mort de son père, en mai 1176, il partage ses biens avec son frère Roger, qui reçoit la vicomté de Couserans. De 1180 à 1195, il s'empare de la ville de Saint-Lizier et en chasse les trois évêques qui se succèdent, jusqu'à ce que le pape intervienne et désigne Navarre, l'évêque de Couserans, comme son légat chargé de lutter contre le catharisme. D'une prudente neutralité pendant les sièges de Béziers et de Carcassonne, il s'allie à Raymond VI, comte de Toulouse, lorsque Simon de Montfort attaque ce dernier.

Il participe aux combats à Castelnaudary et de Muret. En 1212, Simon de Montfort occupe le Comminges, mais le concile de Latran lui rend son comté en 1216, mais est obligé de marier sa fille Pétronille avec Guy de Montfort, le fils cadet de Simon de Montfort. Lors de la révolte de l'Occitanie contre Montfort, il participe avec ses soldats à la défense de Toulouse, puis à celle de Marmande. Sur la demande du pape, il cesse le combat en septembre 1220 et meurt le 22 février 1225.

Mariages et enfantsModifier

Il épouse en 1180 en premières noces à Béatrix III de Marsan, comtesse de Bigorre et vicomtesse de Marsan, veuve de Pierre II de Dax. Elle est fille de Centulle III de Marsan, comte de Bigorre et vicomte de Marsan, et de Mabille des Baux, qui donne naissance à :

En 1192, ayant fait main basse sur la Bigorre, il se sépare de Béatrix et se remarie en 1195 avec Comtors de la Barthe, fille d’Arnaud Guillaume, vicomte de la Barthe, qui donne naissance à :

Il se sépare ensuite de Comtors pour une question de consanguinité et épouse en troisièmes noces en 1197 Marie de Montpellier, fille de Guilhem VIII, seigneur de Montpellier et d’Eudoxie Comnène, qui donne naissance à :

  • Mathilde, mariée en 1212 à Sanche III, vicomte de la Barthe
  • Pétronille, mariée à Centulle Ier, comte d’Astarac

Bernard IV est également le père de deux filles dont on ignore qui est la mère :

  • Delphine, abbesse de l’Esclache
  • Mascarosse.

En 1201, Bernard et Marie de Montpellier se séparent. Selon les uns[2], Marie le quitte pour épouser Pierre II, roi d’Aragon et Bernard reprend pour épouse Comtors de la Barthe. Selon les autres[3], c'est le roi d'Aragon qui le lui demande en échange de la cession du Val d'Aran, ce dernier étant tombé amoureux de Marie de Montpellier, ou plus prosaiquement désirant s'emparer de la seigneurie de Montpellier, et renforcer ainsi sa présence dans le Languedoc.

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. La Foundation for Medieval Genealogy ne donne pas de nom, mais le Père Anselme lui attribue celui de Laurentina, repris en Laure par les Biographies médiévales.
  2. (Amat 1961, p. 395).
  3. Biographies médiévales.

Voir aussiModifier

Bibliographie complémentaireModifier

  • Patrick de Latour, « Bernard IV, obligé d’Alphonse le Chaste et vassal de Pierre le Catholique (1176-1213) », dans Le Temps de la bataille de Muret, 12 septembre 1213 : Actes du 61e Congrès de la Fédération historique de Midi-Pyrénées, Muret, 13-14 septembre 2013, Saint-Gaudens, Fédération historique de Midi-Pyrénées / Société du patrimoine du Muretain / Société des études du Comminges, , p. 181-202.
  • René Souriac, « Bernard IV de Comminges en ses villes maîtresses : les coutumes de Muret (1203), et de Saint-Gaudens (1202) », dans Le Temps de la bataille de Muret, 12 septembre 1213 : Actes du 61e Congrès de la Fédération historique de Midi-Pyrénées, Muret, 13-14 septembre 2013, Saint-Gaudens, Fédération historique de Midi-Pyrénées / Société du patrimoine du Muretain / Société des études du Comminges, , p. 319-340.

Articles connexesModifier