Bois vert

Le bois vert est un bois dont le teneur en humidité se trouve au-dessus du point de saturation des fibres[1]. Il contient donc encore de l'eau libre. C'est la qualité des bois directement après l’abattage de l'arbre. Rapporté au bois, vert — « qui a encore de la sève » — s'oppose partiellement à sec[2].

PrésentationModifier

Le bois vert est souvent défini comme du bois fraîchement coupé dans lequel les parois cellulaires sont complètement saturées d'eau et pour les quels de l'eau supplémentaire peut résider dans la lumière des cellules. La teneur en humidité du bois vert va de 35% à 120%[3] (200% pour le peuplier[4]). Dans les résineux verts, la teneur en humidité de l'aubier est généralement supérieure à celle du bois de cœur; dans les feuillus verts, la différence d'humidité entre le bois de cœur et l'aubier dépend de l'essence[5].

OuvrabilitéModifier

Au delà du point de saturation des fibres, le bois possède des qualités d'ouvrabilité élevées, c'est-à-dire qu'ils peuvent être facilement équarris à la hache, percés, sciés, tournésetc.

Dans la marine en bois historique, les bois étaient pour les « constructions ordonnée » quelquefois gabariés en forêt[6], donc vert; ou saturés d'eau, au sortir de l'enclavation. Cette dernière manière de faire rendait les bois plus tendres; d'autre-part la main d'œuvre y était moins importante[7].

Le bois vert était aussi le matériau de prédilection des sabotiers (le bois sec se fend tout de suite[8]). Au Moyen Âge, l'élaboration des produits de l'artisanat du bois s'effectuait en forêt, souvent sur du bois vert[9]. Milieu XXe siècle bien que de nombreux métiers (parmi les derniers, les charbonniers) se soient retirés de la forêt, les bodgers, des tourneurs sur bois vert, organisaient toujours leur travail à côté de l'aire d'abattage des arbres[10]. De nos jours le bois vert forme toujours l'un des standards de la construction en bois massif empilé[11].

Bélidor avait conclu d'observations faites sur le travail journalier des scieurs de long, que le bois sec est plus difficile à scier que le vert dans le rapport de 4 à 3[12]. De nos jours le sciage se fait rapidement après abattage ou après un stockage humide. Le coefficient de frottement bois-acier est plus faible sur bois vert que sur bois sec, il en résulte dans une scierie moderne une diminution de l'usure des dents de scie, par frottement et échauffement; l'humidité des grumes contribue aussi au refroidissement de la lame[13].

Aujourd'hui encore (dans le monde anglo-saxon, le green woodworking), des artisans perpétuent les gestes du passé (bodging), le tronc fraîchement abattu n'est pas scié mais fendu, les blocs de bois sont ensuite travaillés sur un banc de sculpteur au ciseau. Le mobilier est séché par la suite[14].

Pratique du Moyen ÂgeModifier

 
Guédelon - équarrissage à la hache.
 
Guédelon, équarrissage à la doloire de charpentier.

Les études archéologiques sur le mobilier et les ensembles de charpentes du Moyen Âge, montrent que les bois étaient la plupart du temps travaillés vert ou ressuyés[9]. La notion de séchage du bois est une conception moderne que les traités de charpenterie du XVIe siècle (écrits « par des architectes, des lettrés et non par des charpentiers »)[15], l'ébénisterie et surtout la marqueterie du XVIIIe siècle[9] et pour finir les nouvelle exigences d'« uniformité et de précision » du XIXe siècle[16] vont contribuer à répandre. Les bénéfices du séchage n'étaient pas inconnus, mais utilisés uniquement pour du mobilier de prestige (retablesetc.) comme les stalles de la cathédrale Notre-Dame de Rouen, pour lesquelles un témoignage écrit établit la commande de bois sec[15]. « Il est vraisemblable que les nombreuses légendes concernant le séchage des bois proviennent de la confusion entre les métiers de charpentier et de menuisier »[15]. Les bois étaient rapidement mis en œuvre après abattage pour des raisons d'ouvrabilité facilitée (équarrissage à la hache, mortaisage, percement des trous de cheville à la tarière), par là d'économie d'énergie, et pour éviter un coûteux entreposage à l'air libre et couvert[15], qui d'après l'expérience moderne, ne permet pas de prémunir les grumes de la pourriture[17]: l'emploi de bois secs n'était « donc conciliable ni avec la pratique de la taille, ni avec le réalités économiques d'un chantier »[15].

La terminologie ancienne pour les bois de charpente distingue principalement bois de brin et bois de sciage : l'usage du bois de brin allait aux poutres et poutrelles, celui du bois de sciage aux poteaux, solives, chevrons et les bois de menuiserie[18]etc. Le bois de brin désigne les pièces équarries (dont on a seulement ôté l'aubier, les dosses) dans lesquelles se trouve en entier le cœur du bois, le duramen, en quoi consiste sa force[19]. Pour les charpentes du Moyen-âge l'équarrissage se faisait sur des bois verts, au plus près de la surface du bois; les courbures étaient conservées, les bois ainsi taillés étaient indéformables contrairement aux bois sciés[20]. Un séchage se produit après la mise en place de la charpente et la pose de la couverture, quand le taux d'humidité du bois s'équilibre avec celui du comble : les fibres ligneuses se rétractent sur les plans transversaux de la pièce, avec un retrait tangentiel plus important que le retrait radial, limité par le rayon; le retrait longitudinal est quasiment nul[15].

« Le bois vert se déjette plus que le sec »[21] : par trop de sécheresse, en renflant ou se resserrant, les bois se courbent et se gauchissent[22], ceci n'est valable que pour les bois sciés, phénomène bien connu du retrait.

Pour la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris, un véritable chantier « vert » devrait se mettre en place[23].

CombustionModifier

Lorsque le bois vert est utilisé comme combustible dans les appareils de chauffe, il dégage moins de chaleur par unité de volume en raison de la chaleur consommée pour évaporer l'humidité[24],[25]. Des températures plus basses en résultent, qui peuvent entraîner une augmentation de la production de créosote, qui se déposera ensuite dans les conduits d'évacuation. Ces dépôts peuvent ensuite s'enflammer en présence de suffisamment de chaleur et d'oxygène, et provoquer un feu de cheminée.

ExpressionsModifier

« Bois vert » dans la littérature ancienne est opposé à bois mort. Il s’agit d'un arbre sur pied. Ici un octroi accordé à Guillaume de Soupplainville par Charles VIII[26]:

« sont attachées soubz le contre-scel de nostre chancellerie donné et octroyé et à ses hoirs et successeurs faculté et puissance d'avoir et prendre perpetuellement et à tousjours en nostre forest de Poncourt toute et telle quantité de boys mort et mort boys à chauffer qu'il leur conviendra pour l'usaige de ladite maison de Villemandeur et aussi du boys vert de haulte fustaie pour bastir et edifier audit lieu de Villemandeur, aux boys verts gisans jusques au trespas de nostredit feu seigneur et pere. »

— Charles VIII de France, Confirmation de l'octroi fait à Guillaume de Souplainville d'un Droit d'usage dans la forêt de Poncourt

Droits d'usage de la forêt de Paucourt (1545)[27]:

« Aussy avaient droict à tous boys vert et racheau pour ediffier et bastir et faire paillis et autres bcsonnes a eulx nécessaires oultrc et avec ce avaient lesdicts habitans droicts de pasturaige leurs bestes aumailles et pourceaulx en toute »

On retrouve aussi bois vert dans différentes expressions:

  • On disait de ceux qui font les choses avec éclat, violence et impétuosité de naturel que c'est la force du bois, par allusion au bois vert qui se tourmente et qui travaille[28];
  • « Il n'est feu que de bois vert », la force appartient aux jeunes[29]. Le feu de bois vert bien allumé était considéré le meilleur[30]. À contrario « bois vert » peut désigné quelqu'un d'inutile ou d'inexpérimenté[29]; on dit « Jeune femme, pain tendre, & bois vert, mettent la maison au désert », pour dire, que c'est ordinairement ce qui ruine les petits ménages[31].
  • volée de bois vert;
  • fracture en bois vert, fractures incomplètes à la manière d'une branche de bois vert quand on la casse[32].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. « bois vert », sur gdt.oqlf.gouv.qc.ca (consulté le 19 avril 2020)
  2. Prudence Boissière, Dictionnaire analogique de la langue française: répertoire complet des mots par les idées et des idées par les mots, Larousse et Boyer, (lire en ligne)
  3. Claude Dalois, Manuel de sciage et d'affûtage, Editions Quae, (ISBN 978-2-85411-013-5, lire en ligne)
  4. La forêt, Editions Mardaga, (ISBN 978-2-8021-0071-3, lire en ligne)
  5. (en) Glass, Samuel & Zelinka, Samuel. (2010)., « Moisture Relations and Physical Properties of Wood. : Table 4 -1. Average moisture content of green wood, by species », sur ResearchGate (consulté le 2 mai 2020)
  6. Henri Louis Duhamel du Monceau, De l'exploitation des bois : seconde partie, Paris, L.H. Guérin, 1764, 706 p. Lire en ligne
  7. Antoine Joseph de Fréminville, Traité pratique de construction navale, Paris, Athus Bertrand, (lire en ligne)
  8. Per Denez, « Société traditionnelle paysanne dans la région de Douarnenez », Norois, vol. 112, no 1,‎ , p. 653–657 (DOI 10.3406/noroi.1981.4004, lire en ligne, consulté le 19 avril 2020)
  9. a b et c Pierre Mille, « L'usage du bois vert au Moyen Age : de la contrainte technique à l'exploitation organisée des forêts », Actes des congrès de la Société d’Archéologie Médiévale, vol. 5, no 1,‎ , p. 166–170 (lire en ligne, consulté le 19 avril 2020)
  10. (en) Joan Thirsk, Rural England: An Illustrated History of the Landscape, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-860619-2, lire en ligne)
  11. International Log Builders Association. Log Building Standards For Residential, Handcrafted, Interlocking, Scribe-fit Construction. Lire en ligne
  12. Bernard Forest de Belidor et Navier, Architecture hydraulique, Firmin Didot, (lire en ligne)
  13. Christian Sales, La scie à ruban: Théorie et pratique du sciage des bois en grumes, Quae, (ISBN 978-2-7592-1516-4, lire en ligne)
  14. (de) Vincek Sykora, « Grünholz - der einfache Weg der Holzbearbeitung », sur www.gruenholzwerk.de (consulté le 21 avril 2020)
  15. a b c d e et f Frédéric Épaud, De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie: évolution des techniques et des structures de charpenterie du XIIe au XIIIe siècles, Publications du CRAHM, (ISBN 978-2-902685-39-4, lire en ligne)
  16. Gaspard Monge et Barnabé Brisson, Géométrie descriptive, V. Courcier, (lire en ligne)
  17. [PDF]FCBA, Forstliche Versuchs und Forschungsanstalt. Par l’équipe de spécialistes de l’Action Concertée QLK5-CT2001-00645 STODAFOR. Coordination : Didier Pischedda Guide technique sur la récolte et la conservation des chablis. Année 2004
  18. Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1765
  19. Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1765
  20. « Charpente de Notre-Dame : stop aux idées reçues ! », sur CNRS Le journal (consulté le 10 mai 2020)
  21. Le Dictionnaire de l'Académie française. Cinquième Édition. T.1
  22. D’Alembert, Diderot, L’Encyclopédie, 1re éd., t. Tome 4, (lire sur Wikisource), p. 773
  23. Frédéric Lewino, « La charpente de Notre-Dame sera reconstruite à l'identique », sur Le Point, (consulté le 10 mai 2020)
  24. Info at gencourt.state.nh.us
  25. NH Forest Market Report 1988, page 22
  26. Ordonnances des roys de France de la troisième race: Ordonnances rendues depuis le mois de mars 1482 jusqu'au mois d'avril 1486. 1835, Imprimerie royale, (lire en ligne)
  27. Archives départementales du Loiret, Inventaire-sommaire des Archives départementales antérieures à 1790: Série A., nos. 1 a 1799, Imprimerie administrative de Paul Dupont, (lire en ligne)
  28. Dictionnaire comique, satirique ..., (lire en ligne)
  29. a et b В. Когут, Proverbes et dictons de France et leurs équivalents russes : Французские пословицы и поговорки и их русские эквиваленты, Litres,‎ (ISBN 978-5-04-134726-0, lire en ligne)
  30. J. F. ROLLAND, Nouveau Dictionnaire universel de la Langue Françoise, etc, (lire en ligne)
  31. Le Dictionnaire de l'Académie française 1694, t. 2
  32. Encyclographie des sciences médicales, Établissement Encyclographique, (lire en ligne)