Coefficient de frottement

La traînée aérodynamique ou hydrodynamique d'un corps se décompose en traînée de pression et en traînée de frottement (ou de friction) (sur l'image ci-contre on peut voir que les forces locales résultent soit en une traînée de pression, soit en une traînée de friction).
Pour la quantification de cette traînée de frottement , on définit le coefficient de frottement noté s'appliquant à une surface de référence S.

Forces de pression et forces de friction.
avec q : pression dynamique de l'écoulement
et S : ladite surface de référence qui doit toujours être précisée (en général la surface mouillée du corps, mais pas forcément).

Valeurs du Modifier

Dans l'eauModifier

  • Couche limite turbulente : En 1957, la conférence ITTC (International Towing Tank Conference) a adopté une ligne de corrélation[1] donnant le   en fonction du Reynolds de l'écoulement, cet écoulement se faisant avec une couche limite turbulente. Cette ligne de corrélation est dessinée par la formule :
 
avec   : logarithme décimal du nombre de Reynolds  
avec  , la vitesse en m/s,  , une longueur de référence du corps (ici la longueur de flottaison ou la corde du profil) en m, et  , la viscosité cinématique =   pour l'eau à 15 °C.
  • correction pour la rugosité
Δ  s'ajoute au  

Dans l'airModifier

Voir l'article détaillé Couche Limite qui donne la valeur des   ainsi que leurs ordres de grandeur.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. "Le terme ligne de corrélation a été utilisé délibérément en reconnaissance du fait que l'extrapolation du modèle réduit à l'échelle réelle n'est pas régie uniquement par la variation du frottement superficiel." De fait, cette ligne de corrélation s'avère un peu au-dessus de la ligne de Shoenherr pour les Reynolds longitudinaux inférieurs à 10^7. [1]