Ouvrir le menu principal

Bloch MB.800
Constructeur Drapeau : France Société des avions Marcel Bloch
Rôle Avion d'entraînement avancé
Premier vol
Nombre construits 1
Équipage
3
Motorisation
Moteur Béarn 6B
Nombre 2
Type 6 cylindres en ligne
Puissance unitaire 180 ch
Dimensions
Envergure 12,20 m
Longueur 8,60 m
Hauteur 2,50 m
Surface alaire 19,0 m2
Masses
À vide 1 395 kg
Maximale 1 987 kg
Performances
Vitesse maximale 338 km/h
Plafond 6 500 m
Endurance 5 h

Le Bloch MB.800 était un avion bimoteur militaire français polyvalent de la Seconde Guerre mondiale. S'il ne dépassa pas le stade du prototype, il servit probablement de base au développement d'un avion de transport bimoteur léger, le SNCASO SO.80.

Sommaire

Un triplace polyvalent mystérieuxModifier

Lorsque la nationalisation transforma la Société des avions Marcel Bloch en SNCASO, Marcel Bloch en fut nommé administrateur délégué. Il conserva néanmoins un bureau d'études indépendant. C’est au sein de ce bureau d’études que l’ingénieur Pierre le Bihan entreprit le développement d’un petit bimoteur métallique dont deux versions étaient prévues, l’une pour la formation des pilotes de multimoteurs (P3 pour perfectionnement triplace) et l’autre dite « de travail » (T3)[1] pour répondre au même programme que le MB.500. Dans les deux cas l’appareil, construit en bois et équipé d’une double dérive, possédait un fuselage assez fin, les trois occupants se trouvant installés l’un derrière l’autre sous une longue verrière.

Premier mis en chantier, le MB.800 P3 devait recevoir des moteurs Béarn 6B de 180 ch qui ne furent jamais livrés. Il prit finalement l’air le à Bordeaux-Mérignac[1], alors sous contrôle allemand, piloté par Daniel Rastel, avec des moteurs Béarn 6D. Un vol qui faillit mal se terminer, la DCA allemande, surprise par la présence d’un appareil inconnu, ouvrit le feu, endommageant le prototype et forçant l’équipage à effectuer un atterrissage d’urgence.

Ce prototype fut photographié en août 1941 à Mérignac et signalé en 1942 à Châteauroux, donc en zone libre, où on le retrouve à la Libération. Il est alors question de l’équiper de moteurs Renault 6Q de 220 ch, mais il disparaît mystérieusement.

Il semble que le MB.800 T3 ait été mis en chantier en 1939, mais les travaux furent certainement rapidement interrompus, tant en raison de la guerre que du choix déjà fait de commander diverses versions du Potez 630.

L'autre MB.800Modifier

Un autre appareil a porté la désignation MB.800. Il s’agit d’un bimoteur de transport léger développé sous l’Occupation, également par Pierre le Bihan, et utilisant la voilure du bimoteur militaire. Bien que les liasses originales indiquent clairement le type MB-800 P (Postal) et que l’inscription Bloch 800 P n°01 ait figuré sur la dérive au moment de son premier vol le à Cannes avec à son bord Daniel Rastel et Lucien Servanty[2], cet avion a rapidement été rebaptisé SNCASO SO.80 pour cause d’aryanisation : il fallait supprimer le patronyme juif Bloch[1].

SourcesModifier

  1. a b et c « Bloch MB 800 », Dassault Aviation (consulté le 13 janvier 2016)
  2. La chronique de l'aviation, Édouard Chemel, p. 390

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

  • Philipe Ricco et Philippe Jung, « Le Bloch 800, avion de tous les mystères », Le Fana de l'Aviation, no 333,‎ , p. 50-59
  • Alain Marchand, « Le grand gaspillage des T-3 », Le Fana de l'Aviation, no 354,‎ , p. 62-65