Winterthour

ville de Suisse du canton de Zurich

Winterthour
(de) Winterthur
Winterthour
Vue aérienne de Winterthour.
Blason de Winterthour
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Zurich Zurich
District Winterthour
Localité(s) Stadt, Oberwinterthur, Seen, Töss, Veltheim, Wülflingen, Mattenbach
Maire Michael Künzle (PDC)
NPA 8400
N° OFS 0230
Démographie
Population
permanente
111 851 hab. (31 décembre 2018)
Densité 1 643 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 30′ nord, 8° 45′ est
Altitude 439 m
Superficie 68,07 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation
Localisation de Winterthour
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton de Zurich
Voir sur la carte administrative du Canton de Zurich
City locator 14.svg
Winterthour
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Winterthour
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Winterthour
Liens
Site web stadt.winterthur.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Winterthour ou Winterthur (en allemand : Winterthur) est une ville de Suisse située à environ 25 km à l'est de Zurich. Sixième ville plus peuplée de Suisse, elle se situe dans le canton de Zurich.

ToponymieModifier

Le nom vient de l’allemand Winterthur. L’allemand est la langue locale.

On trouve en Français deux formes écrites : Winterthour (selon le Dictionnaire historique de la Suisse[3] ou selon la division francophone du Groupe d’experts des Nations Unies pour les noms géographiques[4]) ou Winterthur (selon l’encyclopédie Larousse en ligne[5]).

GéographieModifier

Selon l'Office fédéral de la statistique, Winterthour mesure 68,07 km2[2].

DémographieModifier

Selon l'Office fédéral de la statistique, Winterthour compte 111 851 habitants fin 2018[1]. Sa densité de population atteint 1 643 hab./km2.

HistoireModifier

Une colonie helvético-romaine s’est établie dans ce qui était alors Vitudurum, sur les bords de l'Eulach, au Ier siècle av. J.-C. Une pierre du mur d'enceinte, portant une inscription latine et datant de 294, rappelle les origines du lieu.

Vers 1170, le comte Hartmann III de Kybourg établit un marché au carrefour des routes de Bâle à Saint-Gall et de Zurich à Schaffhouse. Il en est fait mention pour la première fois dans un document de 1180.

Jusqu’en 1204, la ville appartient aux comtes de Kybourg.

Au XIXe siècle, grâce à ses entreprises de textiles, la ville est entrée dans l'ère industrielle et a connu un essor spectaculaire. Ses locomotives, fabriquées par Sulzer, sont connues dans le monde entier.

En 1921, les cinq faubourgs (Oberwinterthour, Seen, Töss, Veltheim et Wülflingen) sont rattachés à la ville, qui compte alors 50 000 habitants.

 
Photo aérienne (1958)

PolitiqueModifier

La ville est dirigée par une majorité de gauche depuis 2018. La gauche étant composée de trois socialistes et un vert tandis que la droite est représentée par deux radicaux et un démocrate-chrétien. Avec le mandat de Josef Lisibach (UDC) entre 2014 et 2018 la ville de Winterthour était la seule grande ville en Suisse gouvernée par une majorité bourgeoise. [6]

JumelagesModifier

La ville de Winterthour est jumelée avec[7] :

ÉconomieModifier

Sur le plan économique, Winterthur était l'un des foyers de l'industrie ferroviaire suisse et un centre industriel. Winterthur a acquis une renommée internationale grâce à ses entreprises de construction mécanique telles que Sulzer, Schweizerische Lokomotiv- und Maschinenfabrik, Rieter et Geilinger. L'industrie ferroviaire et les autres industries lourdes ont largement disparu, tandis que la production textile a décliné encore plus tôt. Aujourd'hui, les anciennes grandes entreprises industrielles n'ont plus que quelques fractions de leur ancienne taille, de sorte que de nombreux anciens départements de Sulzer sont devenus indépendants. Autoneum (machines textiles et équipements automobiles) et Kistler (fabricant de capteurs) sont des entreprises industrielles toujours actives.

Winterthur abrite également deux grandes entreprises de formation. Le Centre de formation de Winterthur (azw), issu des anciennes sociétés de formation Sulzer, est le plus grand centre de formation du canton. La deuxième grande entreprise de formation avec sa propre école professionnelle est l'école de mécatronique de Winterthur. Il s'agit de la deuxième plus grande entreprise de formation de ce type en Suisse alémanique.[8] Les deux entreprises de formation forment ensemble 250 apprentis par an.

La maison de commerce Volkart était également connue au niveau national. L'entreprise s'est retirée du commerce du café en 1989 et a vendu cette activité au groupe Erb à Winterthur. Volkart était la quatrième entreprise au monde dans le commerce des matières premières du coton jusqu'à ce qu'elle se retire de cette activité en 1999[9].

Winterthur est également le siège de la Bank in Winterthur (1862), dont la fusion avec la Toggenburg Bank en 1912 a donné naissance à l'actuelle UBS. Le bâtiment où la banque a été fondée est situé dans la Stadthausstrasse et est encore aujourd'hui l'un des sièges de l'UBS.

Depuis les années 1980, l'économie de Winterthur a subi une transformation majeure, avec le passage de la construction mécanique aux services (assurances et banques). Dans les années 1990, la vente de Winterthur Assurances au groupe Crédit Suisse et les fréquentes restructurations qui ont suivi ont toutefois entraîné le déclin de cette branche de l'économie. Jusqu'en 2006, la société était la plus importante de Suisse et figurait dans le top 10 européen. Le , la société Winterthur a été officiellement rachetée par le groupe français AXA et s'appelle désormais AXA Winterthur. Swica, la troisième plus grande compagnie d'assurance maladie de Suisse, est également située en bordure de la vieille ville de Winterthur.

Peraves, le fabricant de la "moto à cabine fermée" appelée Monotracer, précédée d'un modèle antérieur appelé Ecomobile, fabrique ces véhicules inhabituels depuis le début des années 1980. En 2010, Peraves a remporté le X-Prix de l'assurance automobile progressive avec une version électrique du Monotracer.

Avec le premier grand projet de marketing urbain en Suisse, une tentative a été faite depuis 1992 pour convertir le système industriel par le biais d'une politique de développement et d'implantation en faveur de nouveaux secteurs industriels et de petites et moyennes entreprises (PME). L'entreprise américaine de technologie prothétique Zimmer a établi son siège pour l'Europe, l'Asie et l'Australie à Winterthur. Plusieurs petites entreprises du secteur de la haute technologie ont également fait de même.

FormationModifier

MédiasModifier

  • Tele Top (télévision régionale)
  • Der Landbote (journal régional)
  • Radio Top
  • Radio Stadtfilter

CultureModifier

MuséesModifier

MonumentsModifier

ManifestationsModifier

  • Albanifest
  • Journées internationales du court-métrage

DistinctionsModifier

Transports et communicationsModifier

SportsModifier

AnnexesModifier

PersonnalitésModifier

RéférencesModifier

  1. a et b « Population résidente permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2018 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 30 septembre 2018).
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. « Winterthour », sur hls-dhs-dss.ch (consulté le 16 février 2020)
  4. Nom usuel francophone selon la division francophone du Groupe d’experts des Nations Unies pour les noms géographiques de l'ONU : [1]
  5. Éditions Larousse, « Encyclopédie Larousse en ligne - Winterthur », sur www.larousse.fr (consulté le 16 février 2020)
  6. (de-CH) Daniel Fritzsche, « Städtisch, aber nicht links | NZZ », NZZ,‎ (ISSN 0376-6829, lire en ligne, consulté le 17 janvier 2019)
  7. Städtepartnerschaften
  8. (de) « This looks like Google! »
  9. (de) « Gebr. Volkart AG »

Liens externesModifier