Bernardino Castelli

peintre vénitien

Bernardino Castelli (né à Arsiè le et mort à Venise le ) est un peintre italien de portraits et de personnages religieux.

Bernardino Castelli
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Genre artistique

BiographieModifier

Bernardino Castelli prend ses premières leçons à Feltre auprès d'un artiste local nommé Giovanni D'Antonio et aidant à décorer la Villa Franzoia à Quero. Son travail est remarqué par Alvise Franzoia, qui l' emmene à Trévise et le présente à Mgr Paolo Francesco Giustiniani qui lui propose de le prendre sous sa protection et l'aide à poursuivre ses études[1].

Sa première œuvre majeure est un portrait de l'évêque, suscitant des demandes de portraits de la part d'autres prélats de la région et le lançant dans une carrière de portraitiste. Il a également réalisé une peinture de Saint Lorenzo Giustiniani pour la chapelle du Séminaire de Trévise, un Saint Joseph pour la paroisse de Rasai à Seren del Grappa et un Saint Spyridon pour la paroisse de Coste à Maser[1]. En 1772, il a été chargé par les Dominicains à l'église Saint-Nicolas de faire plusieurs portraits, d'en restaurer d'autres et de créer une galerie dans la salle capitulaire, qui a été détruite lors d'un bombardement en 1944. Trois ans plus tard, à l'invitation de l'évêque Giustiniani et de son frère, Castelli s'installe à Padoue, où il devient peintre de portrait privé.

En 1782, après avoir établi sa réputation, il se rend à Venise et rejoint l'Académie des beaux-arts de Venise[1]. Dix ans plus tard, il déménage à Bologne et devient membre de l'Accademia Clementina . Il a également travaillé brièvement à Ferrare. Il refuse une invitation d'Antonio Canova à Rome et retourne à Venise.

Malgré sa renommée de portraitiste, il n'a jamais abandonné les thèmes religieux et était connu comme le « peintre des belles Madones  »[1]. L'une de ses dernières œuvres est une représentation de Suzanne et les Vieillards, peinte dans le cadre d'un concours organisé par Girolamo Manfrin , un marchand de tabac qui était aussi un mécène des arts. Une toile de Saint Gerolamo recueillant de l'argent pour les orphelins a été laissée inachevée et complétée par Liberale Cozza.

RéférencesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :