Belz (Ukraine)

Belz
Белз
Blason de Belz
Héraldique
Drapeau de Belz
Drapeau
Belz (Ukraine)
Belz : l'hôtel de ville.
Administration
Pays Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Subdivision Flag of Lviv Oblast.png Oblast de Lviv
Raïon Flag of Sokal Raion.png Sokal
Maire Alexey Makukh
Code postal 80062 — 80063
Indicatif tél. +380 3257
Démographie
Population 2 267 hab. (2019)
Densité 388 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 23′ nord, 24° 01′ est
Superficie 585 ha = 5,85 km2
Divers
Première mention 1030
Statut Ville depuis 1377
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Oblast de Lviv
Voir sur la carte administrative de l'Oblast de Lviv
City locator 14.svg
Belz
Géolocalisation sur la carte : Ukraine
Voir sur la carte administrative d'Ukraine
City locator 14.svg
Belz
Géolocalisation sur la carte : Ukraine
Voir sur la carte topographique d'Ukraine
City locator 14.svg
Belz
Sources
Liste des villes d'Ukraine

Belz (en ukrainien et en russe : Белз ; en polonais : Bełz ou Bełsk ; en yiddish : בעלז) est une petite ville de l'oblast de Lviv, en Ukraine. Sa population s'élevait à 2 267 habitants en 2019.

GéographieModifier

Belz est située à proximité de la frontière polonaise, à 61 km au nord de Lviv.

HistoireModifier

La ville existe depuis au moins le Xe siècle, en tant que l'un des bastions des Villes Rouges (la Ruthénie), des bastions durant les règnes tchèque et polonais, c'est-à-dire du XIe au XIVe siècle.

Depuis , Belz fait partie du Rus' de Kiev (duché de Kiev, puis de Halych), à l'exception de la période entre 1018 et 1031, où elle appartenait à la Pologne. En , elle est annexée par le royaume de Pologne des Piast et, en , acquiert les privilèges urbains (droit de Magdebourg). Elle reste polonaise jusqu'au premier partage de la Pologne, en .

De 1462 à 1793, elle fut chef-lieu de voïvodie, passant des mains de la Pologne en 1772 à celles de l'Empire d'Autriche en 1793. Sous l'Empire austro-hongrois, elle fit partie de la région de la Galicie et de la Lodomérie. C'est à cette époque qu'elle devint le centre de l'une des dynasties hassidiques, appelée Belz d'après la ville. Shalom Rokea'h de Belz (1779 - 1855), également appelé le Sar Shalom (Ministre de la Paix), fut le premier Belzer Rebbe, de 1817 à 1855.

 
Synagogue de Belz

De 1919 à 1939, Belz fut de nouveau rattachée à la Pologne. A la veille de la seconde guerre mondiale, Belz comptait 6100 habitants dont 3600 Juifs, 1600 Ukrainiens et 900 Polonais.

De 1939 à 1944, la ville fut occupée par l'Allemagne nazie, et rattachée au Gouvernement général. Belz est située sur la rive gauche de la rivière Solokiya (affluent du Boug), qui était la frontière germano-soviétique en 1939-1941.

Avant l'occupation de la ville par les Allemands, la majorité des Juifs réussissent à s'échapper à l'est. Les nazis établissent un camp de travaux forcés dans lequel étaient emprisonnés les Juifs des villes voisines. En , il y avait 1 540 Juifs à Belz[1][source insuffisante]. Le , environ 1 000 personnes ont été déportées de Belz à Hrubieszów puis déportés au camp d'extermination de Sobibor. En , 504 Juifs restés dans la ville subissent le même sort[2][source insuffisante],[3][source insuffisante].

Après la guerre, le territoire revint à la Pologne jusqu'en 1951. Après un réajustement mineur de frontière, elle passa à l'Union soviétique et fut incorporée à la République socialiste soviétique d'Ukraine. Depuis 1991, Belz fait partie de l'Ukraine indépendante.

PopulationModifier

Recensements (*) ou estimations de la population[4] :

Évolution démographique
1939 1959 1970 1979 1989 2001 2010 2011
6 1002 2212 7052 6842 3782 4782 3572 359
2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019
2 3632 3432 3522 3472 3222 3082 2972 267

Anecdotes culturellesModifier

Belz fut une ville importante pour les Juifs de Galicie, et l'ancien siège de la dynastie hassidique de Belz (en).

Belz est aussi un lieu très important pour les catholiques ukrainiens et polonais, en tant que lieu où la Vierge noire de Częstochowa est supposée avoir résidé pendant plusieurs siècles jusqu'en 1382, année à laquelle Władysław Opolczyk, prince d'Opplen, prit l'icône [5][source insuffisante].

PersonnalitésModifier

 
Le troisième rebbe de Belz, Yissakhar Dov Rokeakh (I).

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier