Éditions Baudinière

maison d'édition française
(Redirigé depuis Baudinière)

Éditions Baudinière
Repères historiques
Création 1918
Disparition 1955
Fondée par Gilbert Baudinière
Fiche d’identité
Siège social Paris (France)
Langues de publication français

Les éditions Baudinière sont une ancienne maison d'édition française basée à Paris, créée en 1918, exclue de la profession en pour publications antisémites, et qui disparaît en 1955.

ParcoursModifier

Ancien éditeur de cartes postales, Gilbert Baudinière (1893-1953) ouvre sa librairie au 23 rue du Caire en 1918 et commence à publier des romans et des poèmes (Hégésippe Moreau) parfois illustrés. Le succès arrive avec la publication du roman La Madone des sleepings de Maurice Dekobra, un auteur spécialisé dans l'exotique de charme, et qui lui reste fidèle jusqu'à la fin, puisqu'il lui donne près d'une cinquantaine d'ouvrages.

En , Baudinière transfère ses services éditoriaux au 27bis rue du Moulin-Vert. Il lance de nombreuses collections, parfois illustrées par des artistes reconnus comme Carlo Rim, Henri Guilac, Jean Oberlé, Lucien Guezennec, mais la plupart du temps ce sont des ouvrages bon marché, dans le genre populaire ou bien des essais qui collent à l'actualité politico-économique, et aussi des ouvrages humoristiques (Pierre Henri Cami), etc.

En 1932, il rejoint les messageries d'Hachette, augmentant encore sa visibilité, puis fonde une imprimerie, La Technique du livre, qui imprime, entre autres, La DCA, de ses origines au [1] qui est toujours l'ouvrage de référence des spécialistes.

 
Paul Chack, 1931.

En 1939, le catalogue compte près de 1 000 titres.

Gilbert Baudinière choisit de rejoindre le camp des pétainistes convaincus. Il édite dès 1940 des auteurs comme Paul Chack, Lucien Pemjean, Armand de Puységur ou Pierre Costantini, qui se montrent violemment antisémites. Il fait partie durant ces années-là des dix éditeurs les plus productifs[2].

Le , il est exclu du Syndicat des Éditeurs puis arrêté le [3]. Il est libéré le en raison de son état de santé. Paul Chack est fusillé, une dizaine des auteurs de la maison sont portés sur la liste des indésirables. Gilbert Baudinière, lui, se voit interdit le par la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration de conserver des postes de responsabilité dans l’édition. Entre-temps, Fernand Hazan a été nommé en octobre 1944 administrateur temporaire des éditions Baudinière par le comité d'épuration.

Le , les éditions sont citées en cour de justice pour leurs activités pendant l'Occupation mais elles sont acquittées. Étonnamment, Baudinière avait entre-temps continué de publier des ouvrages, dont ceux de Dekobra. Il meurt le  ; sa maison lui survit encore une année puis le fonds est liquidé en 1955.

RelanceModifier

Fin 1976, Jean-Claude Lamy lance les Nouvelles Éditions Baudinière mais dépose le bilan en 1981.

CitationModifier

Dans Le Figaro du , André Rousseaux (1896-1973), chroniqueur littéraire du journal, commence une enquête sur « le rôle moral de l’éditeur ». Gilbert Baudinière répond :

« Tout peut s’écrire pourvu que ce soit avec talent. Et de bonne foi. La vie quotidienne, dont le roman reste le reflet et l’interprétation, a ses grandeurs — mais aussi ses servitudes et ses laideurs. Un sujet honnête peut comporter des outrances. Tous les romans se ressemblent et diffèrent, comme des visages. L’éditeur ne doit pas s’y tromper. Il a des devoirs moraux, sinon moralisateurs, toujours compatibles avec l’esprit d’éclectisme. Le souci de ne donner le jour à des œuvres probes et de valeur intrinsèque doit dominer toutes ses préoccupations[4]. »

Extrait du catalogueModifier

 
Couverture d'un roman de Gaston Leroux.

Quelques collections :

  • L'Air et la Mer
  • Les aventures de Thérèse Arnaud, espionne française
  • Bibliothèque de l'Aviateur / Récits de Guerre et Maritimes
  • Bibliothèque du Lettré
  • Galerie du rire
  • La Guerre secrète
  • Hebdo
  • Littérature et Art français
  • Les Maîtres de la plume
  • Le Roman moderne
  • Les Romans célèbres
  • Les Romans policiers
  • Stop
  • Toute la Terre
  • La Vie documentée[5]

Auteurs publiésModifier

NotesModifier

  1. Chef d'escadron Jean Lucas ; préface du général Georges Perrier ; voir notice bibliographique du catalogue général de la BnF.
  2. Gilbert Baudinière est l'auteur en 1942 d'un album Histoire de Robinson Crusoé - Vieille chanson recueillie avec André Pavie et illustré par Henri Gazan, dont l'imagerie est profondément raciste (Éditions de La Technique du livre).
  3. Fouché (1987) et Chronologie de l'édition française sous l'Occupation.
  4. Cité dans « Robert Denoël, une chronologie », en ligne.
  5. C'est dans cette collection que sont surtout parus les essais réprimandés à la Libération.

BibliographieModifier