Ouvrir le menu principal

Pierre Costantini

écrivain français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Costantini.
Pierre Costantini
Costantini, Pierre.jpg
Pierre Costantini en 1941
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 97 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Conflit

Pierre Dominique Costantini ou commandant Costantini, né à Sartène (Corse) le 16 février 1889 et mort le 30 juin 1986, est un militaire, journaliste, écrivain et collaborateur français.

Dirigeant de la Ligue française, parti collaborationniste sous l'Occupation, il participe à la fondation de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme (LVF), force militaire supplétive des armées du IIIe Reich.

ParcoursModifier

Il combat en tant qu'officier dans l'Aéronautique militaire (plus tard devenue l'Armée de l'air) durant la Première Guerre mondiale. Il en ressort invalide à cent pour cent. Dans l'entre-deux guerres, il participe à la Croisière Jaune et milite dans les Ligues.

En 1940, il fonde la Ligue française d’épuration, d’entraide sociale et de collaboration européenne, appelée couramment Ligue française, mouvement politique collaborationniste français. Il dirige le journal L'Appel, organe de la Ligue française.

 
Pierre Costantini et les principaux chefs collaborationnistes en 1941.

Le 8 juillet 1941, il cofonde avec Jacques Doriot, Jean Boissel, Marcel Déat, Pierre Clémenti et Eugène Deloncle la Légion des volontaires français contre le bolchevisme (LVF). La naissance de la Légion des volontaires français contre le bolchévisme (dite Légion des volontaires français ou LVF), connue sous le nom Infanterie régiment 638 par les Allemands, est portée par une galaxie de partis collaborationnistes. La LVF fut reconnue d'utilité publique et Pétain déclara que ses soldats détenaient « une part de notre honneur militaire »». Ceux-ci prêtèrent serment de fidélité personnelle à Adolf Hitler, en 1943, lors d’un meeting qui se tint au Vel d’hiv.

En 1943, il fonde l'Union des journalistes anti-maçons.

Il s'enfuit à Sigmaringen en 1944. Jugé en 1952, il s'identifie à Napoléon et est déclaré en partie irresponsable par la justice militaire[1]. Il est condamné à 15 ans de travaux forcés commués en 15 ans de réclusion en raison de son âge. Il séjourne quelques années en milieu psychiatrique.

Par la suite, il poursuit une carrière de journaliste et publie plusieurs essais.

PublicationsModifier

  • La Grande Pensée de Bonaparte, Paris, Éditions Baudinière, 1940.
  • La Haute Signification de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme, Paris, L.V.F., ca 1942.
  • Ode au masque de Napoléon, Paris, Éditions Baudinière, 1943.
  • Bonaparte en Palestine, Paris, D'Hallium & Co Éditeurs, 1967.

Notes et référencesModifier

  1. « Dominique Constantini a été condamné à quinze ans de réclusion », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Voir aussiModifier