Bataille de Valence (transition démocratique espagnole)

conflit identitaire

La bataille de Valence est un conflit identitaire qui agita la société valencienne durant la période la Transition démocratique espagnole, à la fin des années 1970 et début des années 1980. Particulièrement conflictuel et violent, il provoqua une fracture politique et sociale qui perdure encore dans la Communauté valencienne actuelle[1]. Son épicentre fut la ville de Valence et l'Horta.

Drapeau du Conseil du Pays valencien
Proposition de drapeau officiel du Pays valencien prévu dans le statut de Benicàssim (1981).
Drapeau officiel à partir de la validation du Statut d'autonomie de la Communauté valencienne (1982), qui est aussi celui de la capitale de la région ; il porte la frange bleue couronnée, d'où les blavéristes tirent leur nom.

Origines

modifier

Le conflit éclata après les élections générales espagnoles de 1977, à l'issue de laquelle la gauche fut majoritaire. Il opposa certains secteurs politiques et culturels de la droite valencienne, en profonde restructuration après la fin du franquisme, au début connu comme le búnker barraqueta et plus tard qualifiés de « blavéristes », qui reçurent le soutien de l'Union du centre démocratique, grand parti de la droite espagnole, et de certains milieux culturels, notamment le journal régional Las Provincias dirigé par María Consuelo Reyna, aux secteurs de gauche, plus progressistes et proches du catalanisme, ainsi que certains milieux intellectuels et universitaires[2]. Il gravita de façon générale autour de l'identité valencienne, et de la question du lien historique et culturel entre Valence et la Catalogne. Les plus grands clivages portèrent en particulier sur le choix du drapeau de la communauté (drapeau à quatre barres historique des monarques de la couronne d'Aragon, associé au catalanisme par les blavéristes, ou drapeau couronné portant la frange bleue, défendue par les blavéristes, qui sera finalement retenu), sa dénomination (« Pays » ou « Royaume » ; le choix se porta finalement sur « Communauté »), son hymne, ainsi que sur la question de l'unité de la langue valencienne et du catalan (les blavéristes revendiquant le valencien comme une langue distincte tandis que les secteurs de gauche et nationalistes ainsi que la très grande majorité des milieux universitaires et scientifiques le considèrent comme un ensemble de modalités rattachées au catalan).

Déroulement

modifier

Chronologie des événements

modifier
  •  : mort du général Franco
  •  : manifestation non autorisée à Valence réunissant 30 000 personnes, pour la liberté, l'amnistie et l'autonomie, convoquée par le Conseil démocratique du Pays valencien (ca), réprimée par les forces de l’ordre[3],[4]
  •  : l’assemblée de Lo Rat Penat devient majoritairement blavériste à la suite d’une manipulation des autorités[5]
  •  : agression du prêtre Pere Riutort, accusé d’être « catalaniste », à l'instigation du président de la Junta Central Fallera, Ramón Pascual Lainosa[6],[7]
  •  : Une bombe éclate dans le stade du Levante UD
  •  : importante manifestation (120 000 personnes) à Valence, convoquée à l'initiative de la Table des forces politiques et syndicales du Pays valencien (Taula de Forces Polítiques i Sindicals del País Valencià), avec le slogan : « Per la llibertat, per l'amnistía, per l'Estatut d'Autonomía, per el Sindicat Obrer » (« Pour la liberté, pour l’amnistie, pour le statut d'autonomie, pour le syndicat ouvrier »)[3],[7]
  •  : autre manifestation convoquée à l’initiative de la Taula à Alicante (20 000 personnes)[7]
  •  : attentat à la bombe à la librairie Tres i Quatre de Valence[8]
  •  : 100 librairies valenciennes ferment pour protester contre les attentats dont elles sont victimes[9]
  •  : déclaration blavériste de la municipalité de Valence (fugir del perill catala (sic)), toujours aux mains des franquistes[3],[8],[5]
  •  : dans une déclaration, la Taula demande un statut d’autonomie et rejette explicitement l'« anticatalanisme »[10]
  •  : la municipalité de Valence fait une déclaration réclamant une « pleine autonomie » pour la région[11]
  •  : fondation du Grup d'Accio Valencianista (GAV)[8],[5]
 
Photo de Miquel Grau, militant communiste mort des suites d'une agression par des militants d'extrême-droite le 6 octobre 1977.
  •  : Vicente Giner Boira d'Alianza Popular publie dans Las Provincias une annonce intitulée « El día 16 dejarás de ser valenciano, serás catalán », en allusion aux élections générales, dirigée contre Joan Fuster et les partis valencianistes[12],[13],[14]
  •  : Agression du jeune militant communiste alicantin Miquel Grau alors qu'il posait des affiches pour les célébrations du (fête du Pays valencien), par des partisans d'extrême-droite ; il meurt des suites de ses blessures dix jours plus tard[3],[15],[16],[17]
  •  : Matin : Défilé traditionnel en hommage à Jacques Ier d'Aragon, à la demande des autorités franquistes ; premiers troubles publics de la part de manifestants blavéristes, dirigés contre certaines personnalités politiques (en particulier le communiste Emèrit Bono et le nationaliste Francesc Burguera)[18],[19]. Après-midi : Grande manifestation à Valence pour réclamer le statut d'autonomie, à la demande des groupes démocratiques[3],[8],[20],[21],[5]
  •  : une réunion de l'Assemblée de parlementaires du Pays valencien est interrompue par un groupe de manifestants blavéristes[3]
  •  :
  •  : Grande réunion blavériste aux arènes de Valence, dirigée contre le Conseil du Pays valencien[3],[24]
  •  : Publication dans Las Provincias de l’article La paella dels 'Països Catalans' de Manuel Broseta (UCD)[25]
  •  : Explosion d'une bombe lors d'un meeting de nationalistes valenciens aux arènes de Valence[3],[24]
  •  : Un groupe de manifestants blavéristes manifeste devant le palais de la Generalitat pour réclamer le drapeau avec frange bleue[3],[24]
  •  : Attentat à la bombe au domicile de l'écrivain catalaniste Joan Fuster[3]
  •  : Découverte d'un paquet bombe déposé au domicile de Sanchis Guarner[3],[24]
  •  : Élections municipales, dans lesquelles les socialistes sont majoritaires dans toutes les provinces[3],[26] mais la carte électorale leur est défavorable et l'UCD devient majoritaire dans les députations provinciales d'Alicante et Castellón[27],[28]
  • 23 et  : Officiellement en signe de protestation contre l'absence de publication du décret de bilinguisme au Bulletin officiel de l'État espagnol, le Conseil adopte le drapeau à quatre barres[29],[3] ; l'UCD, absente de la session, soutient ensuite que le quorum n'avait pas été atteint[30] et que la décision est inconstitutionnelle[26]
  •  :
    • Attentats à la bombe aux domiciles du président Albiñana et de Martínez Castellano[29]
    •  : Manifestation blavériste à Valence[29]
  •  :
  •  : Josep Lluís Albiñana, président du Conseil du Pays valencien, et Manuel Girona Rubio, président de la députation provinciale de Valence, tous deux affiliés au PSPV, sont agressés à Quart de Poblet. Les maires de gauche réunis s'enferment dans la mairie de la ville pour protester contre l'inaction des forces policières[31],[32],[33].
  •  : Manifestation massive à Valence contre le drapeau du Conseil[34],[3]
  •  : À l'occasion de la fête du Pays valencien, plusieurs hommes politiques de gauche dont le maire de Valence, Ricard Pérez Casado (PSPV), sont agressés en public[35],[3],[36] ; les drapeaux suspendus au balcon de la mairie de Valence sont brûlés[37]
  •  : Emili Beüt et Enric Soler i Godes sont expulsés de Lo Rat Penat car ils défendent l'unité du catalan et du valencien[33],[38].
  •  : Interpellation d'Alfons Cucó (PSPV-PSOE) au Sénat espagnol, concernant le climat de violence au Pays valencien, qui demande l'« adoption des mesures nécessaires pour garantir l'ordre public et le fonctionnement normal des institutions démocratiques au Pays valencien » ainsi que la destitution du gouverneur civil de Valence, José María Fernández del Río[33],[39],[3],[40]
  •  : Départ et démission du président Albiñana et des autres socialistes du Conseil du Pays valencien[3]. Enrique Monsonís (UCD) prend la tête d'un gouvernement intérim[41],[42],[43]
  •  : Le drapeau à quatre barres du siège de la députation de Valence est brûlé à plusieurs reprises[32],[43]
  •  : Procès contre Pascual Martín Villalba (président du GAV), qui avait accusé Sanchis Guarner d'avoir déposé lui-même la bombe chez lui ; il est condamné à trois mois de prison[32],[44]
  •  : Des blavéristes agressent Manuel Girona à la porte de la députation de Valence après l'approbation d’édition d'œuvres en valencien[44]
  • Automne 1980 : Agressions contre Josep Guia (PSAN) et sa famille[45]
  •  : des membres du GAV agressent le maire de Valence, Ricard Pérez Casado (PSPV-PSOE, lors de la « procession civique » de la fête valencienne[46]
  •  : Explosion devant le siège du PCPV à Alicante
  •  : Nouvel attentat à la bombe au domicile de Joan Fuster[47],[3],[28]
  •  : Remaniement du Conseil, retour des socialistes et élection formelle de Montsonís comme président[48],[49]
  •  : De graves troubles secouent la célébration de la journée du Pays valencien ; nouvelle agression du maire de Valence Pérez Casado (PSPV-PSOE)[3],[32]
  •  : Amparo Cabanes Pecourt (UCD), déléguée à l'éducation du Conseil du Pays valencien, envoie un courrier aux entités culturelles valenciennes présentant les Normes del Puig, normes orthographiques sécessionnistes défendues par le blavérisme, comme une actualisation des Normes de Castellón signée en 1932 en coordination avec les autorités académiques catalanes et jusqu'alors très majoritairement utilisées dans la diffusion du valencien écrit[50].
  •  : Fondation d’Unio Valenciana (sic)[51].

Notes et références

modifier
  1. (ca) Jordi Cassasas (dir.), Atles del catalanisme, Barcelone, Enciclopèdia Catalana, , 334 p. (ISBN 978-84-412-1952-6), p. 263
  2. (es) Miquel Alberola, La clave de la 'batalla de Valencia' - Attard propició el 'blaverismo' al cerrar la puerta de UCD a los reformistas del régimen, El País, 19/02/2007
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u et v Cucó 2002, p. 363-369
  4. Sanz 2018, p. 250.
  5. a b c et d Flor 2011, p. 348.
  6. Flor 2010, p. 600.
  7. a b et c Sanz 2018, p. 251.
  8. a b c et d Flor 2010, p. 612.
  9. Sanz 2018, p. 253.
  10. Sanz 2018, p. 254.
  11. Sanz 2018, p. 255.
  12. Cucó 2002, p. 76
  13. (ca) Anselm Bodoque Arribas, « Partits y conformació d'elits polítiques autonòmiques. Transició política i partits políticis al País Valencià », Institut de Ciencies Polítiques i Socials, Barcelone, Université autonome de Barcelone, no 183,‎ , p. 29 (ISSN 1133-8962, lire en ligne)
  14. Flor 2010, p. 233, 612
  15. (es) Jaime Millás, Funeral y manifestación por el joven muerto en Alicante - Miles de personas, en los actos de Valencia , El País, 20/10/1977.
  16. (es) Doce años de prisión al homicida de un militante de izquierda - Sentencia confirmada por el Supremo , El País, 03/01/1979.
  17. Sanz 2018, p. 77-82 ; 255.
  18. Burguera 1991, p. 161-164
  19. (es) Jesús Sanz, La cara secreta de la política valenciana: De la predemocracia al estatuto de Benicassim (Debates y testimonios), F. Torres, Valence, 1982, 347 p.
  20. Plusieurs sources du moment, dont la première page de Las Provincias du lendemain, avancent le chiffre de 500 000 participants à cette manifestation — 800 000 selon Sanz 2018, p. 255 —. Cette manifestation est souvent présentée comme la plus massive jamais organisée dans la ville.
  21. Burguera 1991, p. 164
  22. Burguera 1991, p. 180
  23. (es) Vicente Ramos Pérez, Pancatalanismo entre valencianos, Valence, Quiles, , 2e éd., 183 p. (ISBN 84-400-4815-7)
  24. a b c et d Flor 2010, p. 613.
  25. Cucó 2002, p. 95.
  26. a et b Sanz 2018, p. 265.
  27. (es) La victoria de la izquierda no alcanza a las diputaciones, El País, 05/04/1979.
  28. a et b Santacreu Soler et García Andreu, 2002, p. 96-98
  29. a b et c Flor 2010, p. 180
  30. (es) Eduardo Mas, El Consejo del País Valenciano adopta la bandera cuatribarrada, El País, 26/04/1979.
  31. (es) 30 años del encierro de Quart - El día que los alcaldes echaron la llave, Levante-EMV, 07/09/2009
  32. a b c et d Flor 2010, p. 614
  33. a b et c Flor 2010, p. 181
  34. (es) Manifestación contra la bandera del Consell, El País, 07/10/1979.
  35. (es) Jaime Millás, Violencia "ultra" en la conmemoracion de la "Diada" valenciana - Agresiones al alcalde y al presidente de la Diputación, El País, 10/10/1979.
  36. Sanz 2018, p. 269.
  37. (es) Vicente Ruiz Monrabal,El largo camino hacia la Autonomía Valenciana, Revista Valenciana d'Estudis autonòmics, n° 41/42, 2003, p. 372-421, p.397, sur le site de la présidence de la Generalitat valencienne
  38. Sanz 2018, p. 270.
  39. (es) Diario de sesiones del Senado, 12/12/1979, p. 1442.
  40. Viadel 2009, p. 140-144.
  41. (es) Jaime Millás, José Luis Albiñana, principal perdedor en la en crisis del Consejo, El País, 20/12/1979.
  42. (es) Jaime Millás, Dimite Albiñana tras la retirada del PSOE del Consell, El País, 23/12/1979.
  43. a et b Sanz 2018, p. 271.
  44. a et b Sanz 2018, p. 274.
  45. Sancho Lluna 2017, p. 190.
  46. l’acte sera renvendiqué en 2002 par l’entité (Viadel 2009, p. 292)
  47. (es) Atentado contra el domicilio del escritor Joan Fuster, El País, 11/09/1981.
  48. Cucó 2002, p. 149-150.
  49. Flor 2010, p. 164.
  50. Viadel 2009, p. 357-358.
  51. Flor 2011, p. 351.

Annexes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

modifier

Audiovisuel

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier