Ouvrir le menu principal
Bataille de Riobamba

Informations générales
Date
Lieu Tapi, près de Riobamba
Équateur
Issue Victoire patriote
Belligérants
Flag of Guayaquil.svg Province Libre de Guayaquil
Flag of the Gran Colombia (1819-1820).svg Grande Colombie
   Flag of the United Kingdom (3-5).svg Légion britannique
Flag of Argentina (1818).svg Provinces-Unies du Río de la Plata
Flag of Peru (1821-1822).svg République du Pérou
Flag of Cross of Burgundy.svg Empire espagnol
Commandants
Antonio José de SucreNicolás López
Juan Carlos Tolrá
Forces en présence
Total: ~1.500[1]
1 300 fantassins et 196 cavaliers[2]
Total: ~2 300[1]
1 700 fantassins et 400 cavaliers[3]
Pertes
2 morts et 20 blessés[4]52 morts et 40 blessés[5]

La bataille de Riobamba ou de Tapi est un affrontement qui a eu lieu le près de Riobamba, dans l'actuel Équateur, entre des éléments des forces indépendantistes dirigées par le général vénézuélien Antonio José de Sucre et les forces royalistes commandées par Nicolás López. Il s'agit d'une action de cavalerie réalisée sans tirer une seule balle.

ContexteModifier

Après sa défaite lors de la bataille de Huachi, le , Antonio José de Sucre change de stratégie pour libérer Quito et commence une campagne depuis le sud de Guayaquil à Machala, où il a transporté par la mer son armée depuis la fin janvier 1822. Après avoir réorganisé ses forces, il parvient à Cuenca le 21 février et, après n'avoir rencontré aucune résistance dans cette ville, poursuit sa marche. Sa cavalerie atteint Riobamba le 21 avril où elle se heurte à des cavaliers royalistes.

Ordre de batailleModifier

PatriotesModifier

 
Ecusson honorifique attribué aux officiers présents lors du combat[6].

Caballería del Ejército Libertador de Colombia

DéroulementModifier

C'est un combat de cavalerie que se livrent les deux armées, et plus particulièrement les patriotes de la première charge de l'argentin Juan Lavalle commandant un escadron du régiment de grenadiers à cheval (es) créé par José de San Martín comprenant 96 hommes.

Cette première charge audacieuse contre la cavalerie royaliste de 400 cavaliers est appuyée par une seconde et dernière charge des dragons et chasseurs montés.

Les patriotes remportent le combat et entrent dans Riobamba.

ConséquencesModifier

Antonio José de Sucre a rendu hommage au « courage dont il n'y a que rares exemples" du major Juan Lavalle et de son escadron. Bolívar a honoré Lavalle et ses hommes avec le titre « Grenadiers de Riobamba ».

Ce combat est connu localement comme la bataille de cavalerie la plus brillante des guerres d'indépendance en Amérique du Sud[citation nécessaire].

RéférencesModifier

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Riobamba » (voir la liste des auteurs).
  1. a et b Riobamba - "La Batalla de Tapi, 21 de abril de 1822". RTU.
  2. TV Mundus. Combate de Riobamba. pp. 5-6
  3. Combate de Riobamba. pp. 4
  4. Pablo Camogli, Batallas por la libertad, Ed. Aguilar, Bs. As., 2005. (ISBN 987-04-0105-8)
  5. David Marley "Wars of the Americas: a chronology of armed conflict in the New World" pág. 431
  6. Réplique réalisée par Regimientosdeamerica.com.

Liens externesModifier