Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec Bataille de Verdeloma (1812).
Bataille de Verdeloma

Informations générales
Date
Lieu Près de Biblián, province de Cañar
Équateur
Issue Victoire royaliste.
Belligérants
Flag of Cuenca, Ecuador.svg Patriotes de CuencaFlag of Cross of Burgundy.svg Empire espagnol
Commandants
Manuel Chica y Ramos
Zenón de San Martín
León de la Piedra
Pedro Zea
Felipe y Pedro Serrano
Juan Monroy
Ambrosio Prieto
Francisco Eugenio Tamariz
Francisco González
Pertes
400 morts

Guerre d'indépendance de l'Équateur

Batailles

m Révolution de Quito (es) (1809-1812)

Campagne de Guayaquil (1820-1821)

Campagne de Quito (1821-1822)

Rencontre de Guayaquil (26 juillet 1822)

Ibarra (2) (17 juillet 1823)

La bataille de Verdeloma est un affrontement armé qui a eu lieu le près de Biblián, dans l'actuelle province de Cañar et fait partie des batailles livrées à la suite de l'indépendance de Guayaquil à l'époque des guerres d'indépendance en Amérique du Sud. Les belligérants sont les soldats royalistes appuyant l'Empire espagnol et les forces indépendantistes de la ville de Cuenca qui, suivant l'exemple de Guayaquil, a proclamé son indépendance le . C'est la troisième bataille livrée par les armées d'émancipation équatoriennes sans l'appui de forces extérieures.

ContexteModifier

Après leur victoire sur les indépendantistes de Guayaquil lors de la Bataille de Huachi le , les troupes royalistes renoncent provisoirement à attaquer Guayaquil et préfèrent se diriger au sud, vers la ville de Cuenca, afin de libérer totalement la route allant de San Juan de Pasto au Pérou. Les patriotes cuencanos se portent à leur rencontre au niveau de la ville de Biblián, dans l'actuelle province de Cañar.

DéroulementModifier

Une fois la bataille commencée, le , les indépendantistes manquant de préparation, d'armes, de munitions et d'autres fournitures sont décimés et laissent sur le champ de bataille plus de 400 morts.

ConséquencesModifier

Seconde défaite des indépendantistes après celle de Huachi, la victoire royaliste de Verdeloma permet à ces derniers de reléguer les rebelles dans la région côtière. Elle signifie également la chute de l'éphémère « République de Cuenca », qui n'aura duré que six semaines. Les patriotes capturés sont ramenés à Cuenca où ils sont fusillés pour l'exemple.

RéférencesModifier

Liens externesModifier